Accueil du site > Santé Des Animaux
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter

Derniers Articles

Les tremblements chez le chien : définitions et liste des causes

Suivant >>

Les tremblements chez le chien sont des signes alarmants pour les propriétaires qui très souvent se sentent impuissants et s’inquiètent sur leurs origines et leurs conséquences.

Les causes des tremblements chez le chien sont nombreuses et pas toujours évidentes à définir.

Dans cet article d’introduction sur les tremblements chez le chien, nous allons d’abord définir les différents types de tremblements, dresser une liste des différentes causes et exposer les différents moyens de diagnostic.

Définition du tremblement

Ce sont des contractions musculaires involontaires, rythmiques, bien souvent de faible amplitude et observées sur un être vivant conscient.

Avec cette définition, on écarte les tremblements associés à une crise épileptiforme ou au sommeil.

Différents types de tremblements chez le chien en fonction du moment d’apparition

En fonction de la durée et du moment d’apparition, on peut distinguer quatre types de tremblements :

1) le tremblement d’action : apparait lors d’une action volontaire (exemple : se lever, aller boire,…) ou d’un comportement bien précis

2) le tremblement de posture : apparait lors du maintien de certaines positions (ex : rester debout)

3) le tremblement de repos : apparait lorsque l’animal n’est qu’au repos

4) le tremblement persistant : est présent dans le temps, continu

En fait, il y a deux grands types de tremblements :

· tremblements sur des muscles au repos (c’est une des caractéristiques de la maladie de Parkinson)

· tremblements sur des muscles activés, appelés « les tremblements essentiels »


Différents types de tremblements chez le chien en fonction du rythme, de la forme et de la localisation

On sait que les tremblements sont des mouvements involontaires, mais il en existe plusieurs types variables dans leurs rythmes, leurs formes et leurs localisations.

1. Myoclonie  : contraction rythmique d’une partie du corps (ex : tête), rapide suivi d’une relaxation

2. Myotonie  : contraction musculaire volontaire suivie d’une décontraction lente et difficile.

3. Fasciculation : brèves secousses musculaires, localisées et totalement involontaires

4. Myokymie  : tremblements d’un groupe musculaire quasi permanents, n’entraînant pas un déplacement et qui ressemblent à des ondulations vermiformes ( formed‘unver. ).

5. Tétanie : contraction tonique, intermittente des muscles extenseurs.


Pour mieux visualiser ces différents types de tremblements ou mouvements involontaires, voici une vidéo qui vous aidera à les différencier :


Les tremblements chez le chien peuvent toucher une partie du corps ou l’ensemble du corps (généralisé).

Exemples de tremblements localisés :

· les tremblements d’origine cérébelleuse (cervelet)

· les tremblements idiopathiques de la tête

· les myoclonies dues au virus de la maladie de carré ou du typhus

Exemples de tremblements généralisés :

· tremblements liés aux intoxications

· tremblements liés aux causes métaboliques

· tremblements liés à la crise d’épilepsie

· le syndrome du chien trembleur


Quelles sont les causes des tremblements chez le chien ?

La liste des causes de tremblements chez le chien est longue, car ce signe clinique peut être présent dans de nombreuses pathologies.

La cause des tremblements chez le chien peut être évidente et facile à diagnostiquer, comme elle peut être aussi délicate à déterminer, exigeant une rigueur dans la démarche diagnostique.

Il existe également des tremblements chez le chien sans causes connues, appelés tremblements idiopathiques.

Je vais tenter de vous donner une liste exhaustive des causes des tremblements chez le chien. Dans le cadre de cet article, je ne pourrai pas détailler les pathologies évoquées et me contenterai simplement de les citer. Mais la plupart seront traitées plus en détail dans de futurs articles.

Voici les causes :

1. Physiologiques (« normales ») : il existe des tremblements en réponse à certains états émotionnels ou états corporels

· stress, peur, anxiété : ces tremblements peuvent être stoppés en rassurant, en calmant l’animal

· le froid (hypothermie) : le frisson (type de tremblement) est la contraction des muscles sous cutanés et sert à réchauffer l’épiderme. C’est une réaction normale des animaux homéothermes pour lutter contre le froid et maintenir sa température interne. On peut aussi arrêter ce type de tremblement en réchauffant l’animal (couverture, bouillotte, lampe,…)

Liés au sommeil : le chien peut avoir des tremblements durant la phase d’endormissement ou durant un rêve. Comme chez l’être humain, le chien peut avoir un « hypnic jerk » (réaction de sursaut) qui sont des contractions involontaires parfois assez violentes, surtout constatées au début de l’endormissement. Ces contractions peuvent provoquer un réveil soudain.

· La douleur  : un chien peut trembler de douleur suite à un traumatisme par exemple

· la fatigue

· le hoquet : le chien peut avoir des tremblements lors de crises de hoquet

2. tremblement de posture

Ce sont les tremblements que l’on peut observer chez les chiens âgés en position debout au niveau des membres postérieurs. On peut rencontrer aussi ce type de tremblement chez les terriers.

 

 

 

 

 

 

 

Les chiens âgés ont souvent une atrophie musculaire et lorsqu’ils restent trop longtemps debout, il y a une fatigue musculaire et les tremblements permettent la libération du glycogène pour assurer la poursuite de la contraction musculaire.

 

 

 

 

 

Ce type de tremblement est bénin, seul le repos est salutaire.

 

Un autre type de tremblement de posture est celui observé chez les grands chiens type Danois, Mastiff lorsqu’ils sont debout et au repos. Ces tremblements rapides de tous les muscles du corps s’arrêtent lorsque l’animal est en mouvement ou couché. Au niveau du traitement, la Gabapentine (anticonvulsivant) peut être prescrit.

3. Congénitale (présent à la naissance) ou à transmission génétique

Ce sont des maladies dégénératives ou des maladies métaboliques du système nerveux présents à la naissance et provoquant des tremblements.

Elles ont la particularité d’être rares mais peuvent parfois être mortelles.

Ces maladies se déclarent avant l’âge d’un an et touchent spécifiquement des races.

On peut citer :

· le syndrome du Chiot trembleur  : tremblements sur des chiots de moins de huit semaines du à un problème de myélinisation (Hypo myélinisation) au niveau de la moelle épinière.

Touche principalement les chiots de race Braque de Weimar, Chow Chow, Welsh Springer Spaniel, Samoyède, Bouvier bernois, dalmatien, Golden retriever.

Il existe un test ADN pour identifier les chiens porteurs ou atteints pour éviter la reproduction.

Il n’y a pas de traitement efficace, mais les tremblements s’atténuent avec l’âge dans la plupart des races sauf pour le samoyède et le Welsh Springer Spaniel.

· La maladie de Krabbe (leucodystrophie à cellules globoïdes) : maladie dégénérative affectant la gaine de myéline du système nerveux. Elle touche principalement le cairn terrier et le Westie.

· Mannosidose

· Gangliosidose  : le chien d’eau portugais

4. effets secondaires à des médicaments

Certains médicaments ont comme effets secondaires de provoquer des tremblements, des spasmes, des myoclonies chez le chien.

Les médicaments pour l’anxiété, affectant le niveau de sérotonine, ont la particularité d’avoir ces effets indésirables.

Comme molécules, on a :

· la buspirone

· fluoxétine

· clomipramine

· Phénobarbital

· Métoclopramide

· injections sous-arachnoidiennes de morphine et anesthésiques locaux

· Doxorubicin

5. causes métaboliques

· Désordres électrolytiques : carence en calcium (hypocalcémie), carence en magnésium ( hypomagnésémie), carence en potassium ( hypokaliémie), l’excès de phosphore ( hyperphosphatémie) sont des pathologies provoquant des tremblements chez le chien .

· Hypoglycémie : (maladie d’Addison)

· Hyperthyroïdisme : excès en hormone thyroïdienne

· Insuffisance rénale : on peut observer des tremblements des membres postérieurs chez un chien IRC

·Hypertension

6. les intoxications

De nombreuses molécules sont responsables de tremblements chez le chien en cas d’intoxication :

· Perméthrine ( chat très sensible à cette molécule)

· Organophosphorés : insecticides avec cyothioate, diazinon, fampfhur, fention, phosmet, et tétrachlorvinphos

· Métaldéhyde : produit anti-limace

· Mycotoxines

· Chocolat

· Stimulants : caféine, amphétamine

· empoisonnement à la nicotine

· Avermectines : ivermectine,.

· Noix de macadam

· Plomb

· Empoisonnement par des produits pétroliers

· mort aux rats (rodenticide :brométhaline)

· Empoisonnement Antigel (éthylène glycol)

7. Infections

· Virus :

Maladie de Carré : on peut constater des myoclonies (contractions musculaires rythmées et persistantes) sur des chiens atteints par le virus paramyxovirus (maladie de carré) et ayant survécus. On constate ces myoclonies principalement au niveau de la tête et/ou des membres.

Virus de la rage : la rage peut être responsable de tremblements chez le chien atteint

· Bactéries :

Le tétanos : la bactérie Clostridium Tetani provoque des contractions musculaires involontaires chez le chien atteint de tétanos.

Le botulisme : maladie rare, grave provoqué par la bactérie Clostridium botulinum qui libère une neurotoxine pouvant être responsable de tremblements musculaires avant de provoquer une paralysie complète. Le chien peut se contaminer en ingérant de la viande crue contaminée, avarié ou des carcasses d’animaux morts.

8. atteintes neurologiques

· Tumeur cérébrale  : la présence d’une tumeur cérébrale peut être à l’origine des tremblements chez le chien

· Crise épilepsie : un chien épileptique peut être sujet à des tremblements en dehors de ses crises.

·Ataxie : c’est la perte de coordination des membres, de la tête et /ou du tronc.

Il existe différents types d’ataxie : sensoriel, vestibulaire, cérébelleux.

L’ataxie peut être responsable de mouvements involontaire de la tête, du cou et de difficultés d’équilibre accompagnés de tremblements chez le chien.

· Abiotrophie cérébelleuse : c’est une des formes d’ataxie chez le chien d’origine héréditaire. Elle est causée par la dégénérescence prématurée de cellules typiques du cervelet (cellules de Purkinje). Il y a une mort cellulaire prématurée au niveau du cervelet responsable de tremblements spécifiques (tête), de problème d’équilibre, perte de notion de perception de l’espace et de distance .Aucun traitement possible, on peut faire un dépistage pour éviter la reproduction des animaux porteurs. Peut toucher les chiens, chats, les chevaux, les bovins, les moutons et les porcs.

 

 

 

 

 

 

 

Myélopathie dégénérative : c’est une dégénérescence au niveau de la moelle épinière provoquant une perte de fonctions avec notamment : tremblements des membres postérieurs, perte d’équilibre, parésie (faiblesse) ou paralysie des membres postérieurs et déficits proprioceptifs. Les grandes races de chien sont sujets à cette pathologie, surtout la race Berger Allemand.

 

 

 

 

 


 

9. Idiopathiques (causes inconnues)

Ce sont des tremblements chez le chien dont les causes sont inconnues à ce jour (2014). On distingue 2 types :

· Tremblements idiopathiques généralisés :

Chez certains chiens de petite taille (entre 1 à 5 ans), on peut constater des tremblements au niveau des membres, du tronc et/ou de la tête surtout lors d’excitation ou de stress. La cause exacte de ces tremblements n’est pas connue, mais avec le temps ce type de tremblement disparait.

· Tremblements idiopathiques localisés à la tête :

Cette pathologie est appelée « Head Bobbing » et touche des chiens entre 1 à 5 ans en particulier : bouledogue anglais et français, doberman, boxer, pinscher, bulldog,…

On constate des tremblements de la tête et du cou de haut en bas ou horizontal, sans cause connue.

Ces tremblements s’estompent lorsque l’animal pose sa tête ou lorsqu’il mange ! A part ces signes, l’état mental du chien n’est pas altéré.

Il n’existe aucun traitement spécifique. Face à une crise, il est conseillé de rester calme et de ne pas communiquer son stress qui ne fera qu’amplifier l’intensité de la crise.

10.Myokymies

Ce sont des mouvements rythmiques de la peau, comme une ondulation, et qui peuvent être localisés ou sur le corps entier.

« Myo » = muscle et « kymia » veut dire ondulation en grec.

On trouve ce type de « tremblements » sur des chiens âgés de quelques mois à 3 ans et les terriers (plus particulièrement le Jack Russell Terrier) semblent être prédisposés à ce type de pathologie.

La durée des épisodes de ces tremblements est variable mais peut aller de quelques minutes jusqu’à quelques heures. L’intensité de ces tremblements ondulatoires peut littéralement clouer le chien au sol, provoquant une forme de paralysie.

Si la crise dure trop longtemps, une hyperthermie (43°) peut également être présente et mettre en péril le pronostic de l’animal.

Les traitements sont souvent décevants mais je reviendrai sur cette pathologie dans un article spécifique.

11. Syndrome du chien trembleur (blanc)

Ce type de tremblement est principalement décrit chez des chiens de petites races, blancs et jeunes (de 1 à 3ans). Le bichon Maltais et le West Highland White Terrier semblent être prédisposés.

 

 

 

 

 

 

 

Ce sont des tremblements de tout le corps, exacerbés lorsque le chien est stressé ou soulevé du sol. On peut également observer d’autres signes neurologiques : ataxie, tête penchée, nystagmus,…

 

 

 

 

 

C’est la conséquence d’une forme atténuée de méningo-encéphalite (inflammation du système nerveux) d’origine auto immune.

 

Le pronostic est généralement bon et les tremblements sont contrôlés par des doses immunosuppressives de corticoïdes et/ou diazépam (Valium*) . La dose sera progressivement réduite jusqu’à disparition des crises, mais il arrive parfois que ce traitement doit être donné à vie !

12. Myoclonie

Comme je vous l’ai précisé au début de cet article, ce sont des contractions musculaires involontaires suivies d’une phase de relaxation qui peuvent toucher une région du corps ou être généralisés.

Même durant le sommeil, on peut constater ce type de contractions musculaires chez l’animal atteint.

Les causes sont :

· Séquelles de maladies virales : Carré, typhus

· Intoxications

· Inflammation du système nerveux central

· Trauma

· Crise épileptiforme myoclonique.

· Physiologique : myoclonie durant l’endormissement ou le sommeil

13. Myotonie

C’est une contraction musculaire soutenue suivie d’une phase de relaxation qui a la particularité d’être retardée.

On peut observer des tremblements lors de ces crises de myotonie.

On peut citer :

· la mytonie congénitale

· la mytonie secondaire

· la myotonie du Schnauzer ou du Chow Chow

· la myotonie suite à l’Hyperadrénocorticisme (Maladie de cushing).

14. Dyskinésie

On peut observer des tremblements chez le chien lors de dyskinésies qui sont des contractions musculaires involontaires, assez lentes, stéréotypées et que l’on observe principalement au niveau de la face (langue,lèvres,yeux,…) . Mais les membres et le tronc peuvent être touchés également.

Comme pathologies faisant partie de ces dyskinésies, on peut citer :

· CECS chez le Border Terrier (canine épileptoïde cramping syndrome)

· CRAMPE DU SCOTTISH Terrier

· Hypertonicité du Cavalier King Charles

15. Syndrome du Doberman danseur

C’est une affection musculaire qui atteint la race Doberman, au niveau des membres postérieurs (muscles jumeaux).

Le principal signe consiste en une flexion des membres postérieurs avec un déplacement du poids sur les pattes arrière qui ressemble à une danse. On peut également noter des tremblements de ces pattes postérieures.

La cause est inconnue, il n’existe pas de traitement efficace, par contre le pronostic est bon.

Comme vous pouvez le remarquer, la liste des causes de tremblements chez le chien est importante et cela demande une approche de diagnostic rigoureuse.


Moyens de diagnostic en cas de tremblements chez le chien

Face à des tremblements chez un chien, le vétérinaire se doit de suivre une démarche stricte au niveau des examens pour déterminer la cause de ces signes.

Comme moyens de diagnostic :

Anamnèse  : l’historique avec la description des signes constatés par le(s) propriétaire(s, les traitements éventuels déjà entrepris, les résultats d’examens déjà effectués…. C’estune étape importante pour le diagnostic.

A ce sujet, je conseille aux propriétaires de chiens atteints de tremblements de prendre un maximum d’informations :

· Avoir un journal avec les dates, la durée, l’intensité et les réactions secondaires aux des crises de tremblements

· Avoir une ou plusieurs vidéo(s) témoins de ces crises pour les montrer au praticien.

Analyses sanguines :

· Numération et formule sanguine

· Profil de biochimie (avec notamment dosage de la créatine kinase)

· Bilan des électrolytes

Mesure de la pression artérielle

Examens neurologiques :

· Tests au niveau des nerfs crâniens

· Electromyographie pour confirmer les maladies neuromusculaires

· Myélogramme pour déceler des lésions de la colonne vertébrale

· IRM (imagerie par résonance magnétique) pour analyser les tissus mous

 

 

 

 

 

 

 

· Analyse du liquide céphalo-rachidien (LCR) en cas de suspicion d’encéphalite ou de maladies inflammatoires.

 

 

 

 

 

· Scanner

 

Biopsie des nerfs et/ou des muscles

Le praticien utilisera un processus de diagnostic différentiel (acronyme VITAMIN-D), en commençant par les pathologies les plus fréquentes jusqu’à ce que la cause correcte soit trouvée.


Traitements possibles en cas de tremblements chez le chien

Selon la cause des tremblements chez le chien, un traitement sera mis en place ou pas.

En effet, pour beaucoup de pathologies responsables de ces tremblements il n’existe pas de traitements efficaces :

· Tremblements de la tête idiopathique

· Tremblements essentiels (gériatrie)

· Tremblements intentionnels

En cas de myokymie , un traitement à base de phenytoine ( antiépileptique), de carbamazépine, de procainamide, mixiletine peut être instaurer .

En cas de tremblements généralisés idiopathiques, un traitement à base d’anti-inflammatoire stéroïdien (AIS) à dose immunosuppressive peut être efficace. On peut y adjoindre un relaxant musculaire.

En cas de tremblements orthostatiques, le gabapentin ou le carbamazépine peut être prescrit avec une certaine efficacité.

Les traitements possibles pour les tremblements chez le chien seront un peu plus détaillés lors de chaque description des pathologies (articles ultérieurs).

Pronostic lors des différentes pathologies responsables de tremblements chez le chien

Le pronostic lors de tremblements chez le chien dépend du type de pathologies.

Lors de tremblements sévères, le danger les plus important est l’élévation de la température interne (jusqu’à 42°) qui peut provoquer des lésions cérébrales.

En conclusion, lors d’épisodes de tremblements chez le chien, sous quelque forme que ce soit, il est conseillé de consulter un vétérinaire pour qu’il détermine la cause afin d’instaurer éventuellement un traitement et d’émettre un pronostic.

J’espère que cette approche succincte des tremblements chez le chien vous a intéressé , certaines pathologies seront détaillées dans d’autres articles sur le blog .

SOURCES

A ne pas manquer