Accueil du site
> Psycho & Sexo > En savoir plus sur...
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Y a-t-il une différence entre l’humour masculin et féminin ?
Y a-t-il une différence entre l'humour masculin et féminin ?
rubrique
note des lecteurs
date et réactions
3 février 2010
Auteur de l'article
LC, 33 articles (Equipe de Rédaction)

LC

Equipe de Rédaction
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
33
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Y a-t-il une différence entre l’humour masculin et féminin ?

Y a-t-il une différence entre l'humour masculin et féminin ?

L’humour c’est culturel. En effet on parle de l’humour belge, de l’humour anglais, de l’humour juif...Et de récentes études montrent que c’est aussi génétique, puisque la différence entre l’humour masculin et féminin existe bien.

A qui n'est-ce pas déjà arrivé ? Bien installée avec votre conjoint devant la télé, vous l'entendez et le voyez soudain s'esclaffer bruyamment, alors que vous....rien !! Nada et Grand moment de solitude ! Vous ne comprenez même pas pourquoi il se marre !! Alors vous lui demandez...mais soit vous ne comprenez toujours pas, soit vous avez compris mais vous ne trouvez toujours pas ça drôle.
Et là le verdict tombe : « Cherche pas, t'as pas d'humour ! » Vlan et deuxième grand moment de solitude !
Des chercheurs de l'université de Stanford en Californie viennent de montrer ce que l'on soupçonnait déjà, à savoir que les femmes et les hommes n'ont pas le même type d'humour. Ces études scientifiques réalisées au niveau du cerveau nous expliquent pourquoi.

Matière grise XX ou XY

C’est grâce aux progrès de l'imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf), qui permet d’observer l’activité du cerveau, que les scientifiques ont pu analyser la perception de l’humour chez les hommes et les femmes.

20 candidats se sont prêtés au jeu. 10 hommes et 10 femmes placés dans un scanner IRMf ont visionné 70 dessins animés en noir et blanc. Ces personnes devaient évaluer l'humour de chaque dessin animé en pressant un bouton.

Humour : version XX ou XY

Les résultats montrent que les femmes utilisent davantage de parties de leur cerveau pour comprendre les plaisanteries. Cette activité cérébrale a lieu dans le cortex pré-frontal du cerveau, zone contrôlant l'interprétation du langage et les processus d'analyse.
Il apparaît aussi que le temps de réaction aux blagues est légèrement plus long chez les femmes que chez les hommes.
Par ailleurs les hommes sont dans un état d’attente de la plaisanterie, contrairement aux femmes. On constate chez les hommes une activation des noyaux accumbens (partie du cerveau impliquée dans la récompense et le plaisir), indiquant qu’ils sont davantage dans l’expectative de la blague. Et lorsque celle-ci ne vient pas, ils sont plus déçus que les femmes. Par contre chez ces dernières, le plaisir ressenti lors de la compréhension de la plaisanterie est plus élevé que chez les hommes

L’humour et ses clichés, une histoire de cortex préfrontal et de cellules accumbens

Le professeur Alain Reiss, directeur du Centre interdisciplinaire de recherches sur le cerveau des sciences à Stanford, qui a mené l’étude, remarque que les résultats de l’analyse correspondent aux idées reçues sur l’humour homme-femme. Les femmes décortiquent davantage en profondeur l’humour, ce qui explique pourquoi elles prennent plus de temps et préfèrent un humour plus sophistiqué. Elles sont plus sensibles que les hommes aux jeux de mots et à la narration qu’aux farces et bouffonneries.
Le professeur Reiss a commencé une enquête similaire sur des enfants pour savoir si la différence entre l’humour masculin et féminin provient du biologique et du génétique ou de l’éducation, de l’apprentissage et de l’expérience.

Humour grinçant ou au féminin charmant

La différence entre l’humour féminin et masculin ne se joue pas que sur le plan cérébral, elle se constate également dans les relations sociales. Rod Marin, professeur de psychologie à l’université de Western Ontario au Canada constate que les hommes sont plus enclins à recourir à l’humour moqueur, railleur pour tourner l’autre en dérision et établir une position dominante, alors que les femmes vont se servir de l’humour davantage pour maintenir des relations ou mettre à l’aise l’autre. Ce constat reste toutefois à approfondir.
Rire aux éclats avec l’autre ou à ses dépens n’est certes pas la même chose ! En tout cas, n’oublions pas comme le remarque Léautaud qu’ « On rit mal des autres, quand on ne sait pas d’abord rire de soi-même. ».

Rira bien qui rira le denier

On comprend donc mieux pourquoi l’on ne partage pas toujours l’humour de l’autre. Et désormais lorsque la pointe « Tu n’as pas d’humour » fusera, vous pourrez rétorquer, « Si, mais moi j’apprécie et je jouis XX, tandis que toi tu te poiles et te bidonnes XY ! ». Et vous pourrez rire sous cape et lui …dans sa barbe.
 
Enfin, comme disait La Bruyère « Il faut rire avant que d’être heureux, de peur de mourir sans avoir ri. »
L.C Journaliste pour CareVox

SOURCES

  • http://www.timesonline.co.uk/tol/news/science/biology_evolution/article7009688.ece
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté