Accueil du site
> Psycho & Sexo > En savoir plus sur...
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Votre dernière lettre d’amour, à quand remonte-t-elle ?
Votre dernière lettre d'amour, à quand remonte-t-elle ?
rubrique
note des lecteurs
date et réactions
14 février 2012 | 3 commentaires
Auteur de l'article
Frédéric Duval-Levesque, psychopraticien et hypnothérapeute, 156 articles (Psychopraticien certifié)

Frédéric Duval-Levesque, psychopraticien et hypnothérapeute

Psychopraticien certifié
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
156
nombre de commentaires
2
nombre de votes
83

Votre dernière lettre d’amour, à quand remonte-t-elle ?

Votre dernière lettre d'amour, à quand remonte-t-elle ?

Et vous ? A quand remonte votre dernière lettre d’amour, posté à l’être aimé ?

Irremplaçables lettres d’amour… Une jeune femme recevait, le 7 mars 1833, ce billet d’un homme rencontré quelques mois auparavant : “Je vous aime, mon pauvre ange, vous le savez bien, et pourtant vous voulez que je vous l’écrive. Vous avez raison. Il faut s’aimer, et puis il faut se le dire, et puis il faut se l’écrire…” Elle, c’est Juliette Drouet. Lui, s’appelle Victor Hugo.

Jusqu’à sa mort, le poète adressera à sa maîtresse comédienne plusieurs centaines de lettres.

A 23 ans, Anne-Sophie Moutier n’en est peut-être pas là. Toutefois, depuis novembre 2011, son amoureux, élève dans une école militaire, est loin d’elle. Alors, ils s’écrivent. Par mails et textos, évidemment. Presque tous les jours. Par lettres, aussi. Des vraies, manuscrites, à l’ancienne. “Rien ne peut remplacer une lettre d’amour. Le téléphone ne suffit pas et par écrit, on peut dire des choses qui paraîtraient peut-être un peu gnangnan si nous nous les disions”, confie-t-elle. Romantique, Sophie ? Amoureuse, sûrement. Comme son fiancé.

Avant de partir en entraînement, il glisse sur sa poitrine une lettre de Sophie, “tout contre son coeur”.

Mièvrerie ? Enfantillages ? Rien de tout cela. Fragment du discours amoureux, la lettre d’amour “est d’une importance considérable, assure Philippe Brenot, psychiatre, président de l’Observatoire international du couple et auteur de La Lettre d’amour (éd. Zulma, 2000). Lieu des confidences, elle reste l’un des moyens d’exprimer son sentiment, son désir, de le déclarer, le faire vivre au début d’une relation, et au-delà, le réveiller, quand il semble s’émousser”.

On croyait pourtant la lettre d’amour désuète. “Avec le téléphone d’abord et plus encore avec les nouvelles technologies, on a cru la voir disparaître, observe-t-il. Or, aujourd’hui, elle est devenue unique, car le temps renforce sa valeur, celui que l’on prend pour l’écrire, celui qu’elle met à parvenir à son destinataire et le temps qu’il prend pour la lire.” Certes, les lettres envoyées par la poste se font plus rares. En réalité, les mails et les textos ne remplacent-ils pas ces billets qu’autrefois, l’on faisait porter à l’élu(e) de son coeur pour exprimer son désir immédiat ?

“Un effet différé délicieux”

La lettre d’amour est-elle encore utile quand l’autre sexe et la sexualité n’ont plus rien d’interdit ? “Au contraire ! , répond le psychiatre et psychanalyste Roger Schembri, le sentiment a toujours été plus facile à écrire qu’à dire. Plus encore aujourd’hui, où l’on dit plus facilement “J’ai envie de baiser avec toi” que “Je t’aime”. En outre, écrire opère un effet différé délicieux et délivre une part de rêve que nous avons envie de vivre.” A l’instar de Patrick Boulet, 45 ans, qui écrit beaucoup à Claire. “Décrire mon amour m’est essentiel et donne un peu d’éternité à ce que nous vivons.”

Les nouveaux moyens de communication n’auraient donc pas enterré la correspondance amoureuse ? Celle écrite à la main, envoyée par la poste, parfois même parfumée, agrémentée de dessins, enrichie de menus souvenirs ? Pour Joëlle-Andrée Deniot, professeure de sociologie à l’université de Nantes, “Internet, Facebook ou Twitter l’auraient plutôt développée”.

Et les jeunes, accrocs pourtant au virtuel, ne sont pas en reste. Ils disent leur amour sur tous les supports, jolis papiers et parchemins, Post-it et cartes postales, textos et courriels, et rivalisent de sens créatif. Il est vrai qu’une lettre manuscrite dans les boîtes pleines de prospectus et de factures, ça a un certain cachet.

La lettre reçue qui porte l’écriture de l’aimé(e) est sensuelle et charnelle comme l’expression du désir. Ecrire comme un prolongement de soi. “ Comme une caresse, un baiser que l’on donne pour se rassurer en assurant l’autre de notre affection“, témoigne Josiane Abiwen, 48 ans. Il arrive aussi que l’autre soit loin ou qu’il nous quitte pour de bon. Alors, l’acte d’écrire est une manière de nous interroger sur ce sentiment qui nous chamboule, ou de fuir la souffrance et le chagrin. “Quand j’ai compris que je ne la reverrai jamais, j’ai décidé de lui écrire la plus belle lettre d’amour” avoue Jérémie Franc de Ferrière, 27 ans.

La lettre d’amour contient bien cette part de rêve que nous cherchons tous, pour nous protéger des turbulences et des duretés du monde.

Pour donner aussi un sens à la sexualité, entre plaisirs et sentiments.


Frédéric Duval-Levesque, psychopraticien et hypnothérapeute. Mon blog: PSYCHOTHERAPIE - SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE - COACHING (à Toulouse)

SOURCES

  • - “Ecris-moi si tu m’aimes encore”, une correspondance amoureuse du XVIIIe siècle, collectif (Ed. Bayard, 2010, 19,50 €) ;

    - “Sex@mour”, de Jean-Claude Kaufmann (éd. Armand Colin, 2010, 216 p., 15,10 €) ;

    - “Intimités amoureuses”, France 1920-1975, d’Anne-Claire Rebreyend (Presses universitaires du Mirail, 2009, 29,45 €).

    - lemonde.fr, Mélina Gazsi

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Sexualité Amour Libido
Commentaires
0 vote
par parkway (IP:xxx.xx8.112.169) le 14 février 2012 a 13H38
parkway (Visiteur)

"A quoi sert d’aimer,

s’il faut le dire, le répéter,

s’il faut l’écrire ?"

G.MANSET (Amis)

2 votes
par le journal de personne (IP:xxx.xx1.72.31) le 14 février 2012 a 14H22
le journal de personne, 1 article (Rédacteur)

Sans Valentin

Quand je te dis je t’aime C’est que je t’aime vraiment Pour de vrai… parce que tu es ma vérité Quand je dis je t’aime C’est que je t’aime toujours, tout le temps, jusqu’à la mort Pour l’éternité, s’il en est Quand je dis je t’aime C’est que je t’aime indépendamment de tes défauts ou de tes qualités. Pas relativement, mais absolument. Cette illusion cette fiction, cette fusion, seul un Dieu pourrait la révéler… n’est-ce pas ? Et pourtant, l’amour n’a pas d’autre figure que celle de l’infidélité… de l’incrédulité ou de l’éphémérité… Je vous demande pardon de vous laisser entendre que je suis la seule à aimer… Vous me direz : « qui fait l’ange, fait la bête… » Qu’il faudrait être bête pour avoir un électron pareil en tête. Oui… je suis bête… suffisamment bête pour vous dire que ce n’est rien d’autre que l’intelligence de l’amour : Accepter d’être bête, une fois rien qu’une fois mais une fois pour toutes…

http://www.lejournaldepersonne.com/...

1 vote
par Alexandre (IP:xxx.xx8.143.64) le 11 juillet 2013 a 18H19
Alexandre (Visiteur)

Lequel de l’un ou de l’autre à recopié ce contenu ? Pourquoi je vous pose cette question, lire ici : http://www.jourdelasaintvalentin.co...

Google Panda et Pingouin ne vont pas vraiment apprécier.

Cordialement

Alexandre