Accueil du site
> Psycho & Sexo > En savoir plus sur...
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Une perversion sexuelle made in japan
Une perversion sexuelle made in japan
rubrique
note des lecteurs
date et réactions
19 décembre 2011 | 6 commentaires
Auteur de l'article
David Rofé-Sarfati, 14 articles (Psychanalyste)

David Rofé-Sarfati

Psychanalyste
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
14
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Une perversion sexuelle made in japan

Une perversion sexuelle made in japan

Certaines perversions se veulent humour, troussage de bonnes ou gag de potaches. Qui décide sinon la victime du statut d’agression sexuelle, car ou bien elle est consentante ou bien elle ne l’est pas.

Le japon est inventif pour faciliter et agrémenter nos quotidiens. Il exporte beaucoup de technologie surtout électronique. Les restaurants japonais sont “tendance” et se retrouvent aujourd’hui dans le monde entier provoquant même une pénurie de certaines espèces de thon.

Ce que l’on sait moins est que le japon a aussi exporté aux États Unis et ailleurs une perversion hallucinante : le sharking.
Le sharking, que l’on peut traduire par l’attaque abusive du requin, consiste à repérer une femme dans la rue, à la guetter puis, rapidement dans une attaque éclair, comme le ferait un requin, à se ruer sur elle pour lui arracher son t shirt ou chemisier découvrant sa nudité. Cette pratique se justifie comme un gag, comme une blague de potache. La victime n’en est pas moins choquée.
 
Il existe des déclinaisons du sharking
 
L’auteur tirera de force non le haut mais le bas, la jupe ou le pantalon de la femme toujours sans son consentement, pour exposer sa féminité.
Un compère filmera la nudité. Le visage de l’auteur des faits sera ensuite flouté. Ces vidéos sont très populaires au japon.
Le sharking consiste aussi à filmer des dessous lors d’instants volés dans des cabines d’essayage, des escalators etc…
Plus lâchement, l’intimité sera volée pendant le sommeil de la victime. Certains iront jusqu’à se masturber sur les vêtements de la victime endormie. (Voir Nobody likes the shark)

Que raconte cette pratique ?

Qui n’a pas enfant fait le rêve d’être surpris nu ou à moitié nu. Qui n’a pas espionné une sœur, une tante ou ses parents ? Le propos est à chaque fois le même ; il s’agit du désir du dévoilement , dont l’avatar princeps est la scène primitive, et le carburant premier l’excitation de l’interdit.
L’éjaculation sur la belle endormie agrée les vêtements de la victime comme une seconde peau, la peau alors pensée comme le sac enveloppant du contenu psychique. Utiliser cette seconde peau et en jouir réifie le lien fusionnel des premiers temps de la vie du bébé avec la peau de sa mère tout en élaborant la nécessaire différenciation psychique et corporelle en convenant de son absence.
La pulsion sexuelle est par nature et en partie agressive. La pratique du sharking s’autorise à cette agressivité en la réservant à une victime rendue consentante par la volonté et l’ingéniosité de l’agresseur.
 
Ou s’arrêteront ils ?
 
La forme la plus élaborée du sharking s’appelle en anglais : le cumshot sharking. L’individu se prépare à l’abri du regard de sa victime. Dans la pratique, il se masturbe en cachette. Puis il se rue sur la femme qu’il avait repérée pour éjaculer sur ses vêtements ou son visage.
Nous n’avons définitivement aucun doute sur le caractère d’agression sexuelle de cette pratique. Mais comment cela est possible ? Comment peuvent ils se préparer ? Le mystère demeure, sauf peut être à imaginer une préparation sous la douche d’une chambre d’hôtel tandis que la victime, la femme de ménage, s’affaire à son labeur.
David Rofé-Sarfati, Psychanalyste, Maisons Alfort.
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
En savoir plus sur...
Psycho & Sexo
Commentaires
0 vote
(IP:xxx.xx4.0.219) le 19 décembre 2011 a 11H58
 (Visiteur)

Quand cela reste un tirage de haut, Je trouve ça marrant, mais c vrai que cette pratique dérive sérieusement

4 votes
par lsga (IP:xxx.xx0.22.105) le 19 décembre 2011 a 13H29
lsga (Visiteur)

Mais quand allez vous arrêtez de racontez n’importe quoi sur carevox ????

Les vidéos de shark sont truquées : ce sont de actrices.

La pornographie est ultra surveillée au Japon.

2 votes
par Ivanohe (IP:xxx.xx0.162.250) le 19 décembre 2011 a 19H22
Ivanohe (Visiteur)

Assez d’accord avec Isga.

Les vidéos de sharking made in japan sont réputées pour être totalement truquées. D’après ce que j’ai pu en voir (par hasard bien sûr, les pop-up, c’est pénible évidemment), les scènes sont totalement scénarisées et parfois même ridicules.

Cela dit, le transfert vers les Etats-Unis pourrait rendre le phénomène plus macabre et malsain.

Il paraîtrait qu’il y ait là-bas des pros de la méthode qui prennent réellement leurs victimes par surprise. Mais un bon scénariste sait rendre toute scène réaliste.

Difficile en l’état de trancher et donc d’en faire une analyse sociale. Ca peut n’être qu’une déclinaison de plus du cinéma porno amateur. Rien d’extraordinaire en somme.

1 vote
par David Rofé-Sarfati (IP:xxx.xx6.248.133) le 20 décembre 2011 a 15H35
David Rofé-Sarfati, 14 articles (Psychanalyste)

Certaines de ces videos sont "bidonnées", elles n’en constituent pas moins une scénarisation d’un fantasme tout à fait réel. La pornographie au Japon est très encadrée, comme partout d’ailleurs. Elle préfère souvent une femme contrainte, victime. Les videos japonaises, de Bondage de Nyotaimori ou de Sharking nous sont souvent étranges et peuvent nous sembler presque misogynes pour nous qui vivons en Europe ou aux Etats Unis. Le propos de mon article n’est pas de juger un fantasme contre un autre, le Japon contre l’Occident. Tous les fantasmes se valent, tout compte fait, tant qu’ils le restent. Et l’agression sexuelle est condamnable au Japon comme aux Etats Unis, comme en France.

1 vote
par blh (IP:xxx.xx8.146.125) le 21 décembre 2011 a 00H39
blh (Visiteur)

Mais arrêtez de fantasmer sur ces "dérives sexuelles".. ; Vous êtes au Japon, pas en Occident. D’une part, le sexe n’est pas vu de la même manière que chez nous, à tel point qu’il y a une fête du "zizi", à laquelle participent toutes les familles au complet, enfants compris, et dans le même temps, s’embrasser ou simplement se tenir par la main est très mal vu au pays des libellules. Les filles sont habillées ultra-courtes et personne n’y prêtent attention...Une jeune femme, en plein après midi, s’est étendue sur un coté de route et s’est masturbée tranquillement sous le ne nez des passants...qui passaient sans aucun regard. Ces activités sont quasi un sport national, comme celui de vendre les petites culottes à la sortie des collèges-lycées...(de préférence ayant déjà servi, le prix étant plus élevé). Quant aux vidéos, certaines sont bien réelles ; mais bon, les "crimes et délits" sexuels dans ce pays sont excessivement peu nombreux ?

0 vote
par Jean Calone (IP:xxx.xx7.57.76) le 21 décembre 2011 a 16H04
Jean Calone (Visiteur)

Je vous signale que cela existe en Europe (taper sharking sur vidéos Google...).... Et dire que c’est "bidonné" est un prétexte facile pour se rincer l’oeil, au-delà d’excuser les faits... "Le sharking est un phénomène qui a commencé en Asie et qui semble se propager lentement mais sûrement sur toute la planète.... http://www.loveliste.com/insolite/l...