Accueil du site
> Psycho & Sexo > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Un psychiatre belge couche avec ses patientes
Un psychiatre belge couche avec ses patientes
rubrique
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
10 octobre 2012 | 5 commentaires
Auteur de l'article
Henri de Miebenthal, 476 articles (Kinésithérapeute)

Henri de Miebenthal

Kinésithérapeute
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
476
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Un psychiatre belge couche avec ses patientes

Un psychiatre belge couche avec ses patientes

Un professeur et psychiatre renommé de Louvain, Walter Vandereycken, a reconnu le 9 octobre dernier lors d’une émission de télévision avoir eu pendant 20 ans des relations sexuelles avec plusieurs de ses patientes. Il n’en a pas fallu moins pour que la clinique psychiatrique de Broeders Alexianen à Tirlemont, où il exerçait, ait décidé de se passer de ses services. Et la ministre belge de la Santé, Laurette Onkelinx, a porté plainte contre le psychiatre indélicat auprès du parquet et de la commission médicale provinciale.

Au cours du printemps 2011 un fait divers médical du plat pays plutôt cocasse, celui d’un médecin qui envoyait sa copine soigner un patient, était déjà parvenu à nos oreilles. Mais l’histoire belge de cette année ne manque pas de sel non plus. Dans la soirée du 9 octobre dernier, les téléspectateurs qui ont suivi l’émission "Terzake" sur la chaîne néerlandophone VRT, devaient se pincer pour le croire : Walter Vandereycken, psychiatre, psychothérapeute, et sexologue de renommée internationale, avouait devant la caméra qu’il a du lui-même se faire examiner par un confrère suite à l’étrange situation dans laquelle il s’était embourbé en couchant avec plusieurs de ses patientes.
 
L’homme, âgé aujourd’hui de 63 ans, est passé aux confidences : « Cela a commencé il y a 20 ans lorsque je suis tombé amoureux d’une patiente dans une clinique privée. J’ai arrêté sa thérapie et j’ai eu une courte relation avec elle. Cela s’est répété et je suis encore tombé amoureux d’autres patientes. J’ai donc décidé, à mon tour, de m’en remettre à un psychiatre car on ne peut entretenir des relations amoureuses et des séances de thérapie en même temps. Même pour ce qui est des relations amicales c’est impossible si la personne a confié sa santé mentale entre vos mains. Je suis allé trop loin, certes, mais je précise que je n’ai jamais violé personne : toutes les femmes étaient d’accord ».
 
Une ancienne patiente du psychiatre a témoigné à son tour durant l’émission : « J’ai dû m’entretenir avec Walter. Les lumières devaient être éteintes et il venait s’asseoir à mes côtés. Je ne me sentais pas du tout à l’aise, absolument pas en sécurité. J’étais effrayée ». Suite à ces révélations fracassantes, la clinique psychiatrique de Tirlemont, Broeders Alexianen, a pris la décision de licencier Walter Vandereycken. Le psychiatre amoureux de ses patientes y exerçait des responsabilités à la tête du service thérapeutique pour adolescents et jeunes adultes. Mark Waer, le recteur de la KUL (l’université catholique de Louvain) où Vandereycken dispensait ses lumières, a décidé de le suspendre.

Enfin, Geert Dom, président de l’Association flamande des psychiatres, évoque « une attitude totalement inacceptable ». La justice n'a pas tardé à se pencher sur le psychiatre et a découvert qu’il y avait effectivement des rumeurs sur les relations dont il a fait état à la télévision, mais qu’« aucune patiente n’avait encore porté plainte contre lui, à une seule exception près  ». Et c’était sans compter sur la ministre de la Santé Laurette Onkelink, qui vient de porter plainte auprès du parquet et de la commission médicale provinciale en raison d’« une infraction manifeste aux règles de déontologie ».

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
5 votes
par Ricoxy (IP:xxx.xx0.86.143) le 11 octobre 2012 a 12H48
Ricoxy (Visiteur)

Bôof, il s’agit d’une relation « classique » transfert / contre-transfert. Pas de quoi fouetter une chatte.

3 votes
par desabuse (IP:xxx.xx8.77.86) le 11 octobre 2012 a 13H26
desabuse (Visiteur)

Et puis, si elle se sentait mieux après.

1 vote
par focalix (IP:xxx.xx2.79.185) le 11 octobre 2012 a 13H55
focalix (Visiteur)

Décidément vous ne comprenez rien à la psychanalyse.

La petite partite de fesses sur le divan, c’est comme la symbolique du paiement en espèces : c’est thérapeutik.

0 vote
par NFC (IP:xxx.xx3.250.50) le 13 octobre 2012 a 15H54
NFC (Visiteur)

Je ne suis pas moraliste, mais je trouve ça horrible dans ma position de femme, surtout qu’il s’agit d’un professionnel, c’est grave d’être femme qui a des problèmes en plus et de ne pas avoir aucune securité aujourd’hui. L’occident devient fou, je pense que c’est du à une grande tristesse, qqchose de très superficiel qui se rajoute> Coucher avec qqun est devenu un acte quasiment méchanique comme boire d’eau et les gens sont souvent victimes des fantasmes sexuels opprimés des autres, ainsi que certains complexes. Je trouve ça vraiment dommage

0 vote
par Docteur David Vincent (IP:xxx.xx9.86.37) le 3 février 2013 a 14H43
Docteur David Vincent, 74 articles (Médecin généraliste)

Quand on soigne on ne devrait pas avoir de sexe, neutre. C’est un travail à faire sur soi et si l’on n’en est pas capable il faut éviter de recevoir des patients.