Accueil du site
> Psycho & Sexo > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Un jeune sur deux en proie aux difficultés psychologiques
Un jeune sur deux en proie aux difficultés psychologiques
rubrique
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
25 octobre 2010
Auteur de l'article
La rédaction CareVox, 602 articles (Comité de rédaction)

La rédaction CareVox

Comité de rédaction
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
602
nombre de commentaires
0
nombre de votes
3

Un jeune sur deux en proie aux difficultés psychologiques

Un jeune sur deux en proie aux difficultés psychologiques

Un sondage mené tout récemment par OpinionWay auprès de la population des 18 à 35 ans montre que 50% des jeunes ressentiraient des difficultés psychologiques. Et cela va bien plus loin qu’un simple «  mal être éternel ».

En commandant ce sondage à l’institut OpinionWay, la Fondation Pierre Deniker, qui lance cette semaine le programme « Bien dans ses études, bien dans sa vie ! » afin de constituer une assistance pour les jeunes en proie à des troubles psychologiques, s’attendait à des chiffres préoccupants, mais pas à ce point. Le président de la Fondation, le Professeur Jean-Pierre Olié, rattaché à l’hôpital Sainte Anne de Paris, peut ainsi mesurer toute la détresse des lycéens, étudiants et apprentis. 9% des sondés exprimeraient des difficultés pouvant être associées à un diagnostic psychopathologique, et pour 7% des jeunes, il est même question de signes d’ « allure dépressive ».

Et c’est en faible nombre que la population concernée se tourne vers un professionnel afin de bénéficier de soins : Chez les 9%, ils sont 60% à ne pas avoir eu recours à un professionnel de santé, et seulement 11% se sont tournés vers un psychiatre ou un psychologue. Et c’est bien d’un détournement du mal qu’on peut parler puisque les jeunes en difficulté estiment, à 59%, « ne pas ressentir le besoin de consulter car ce problème n’est pas important ». Le frein principal serait celui d’un catalogage excessif. Et ceux qui franchissent malgré tout la porte d’un professionnel le font dans une logique de recommandation familiale ou de leur entourage proche.

L'enquête a été réalisée en juin sur un échantillon représentatif de 1.217 jeunes âgés de 18 à 25 ans (585 lycéens et étudiants, 551 jeunes en apprentissage ou ayant un travail, 81 en recherche d'emploi).

La rédaction CareVox
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté