Accueil du site
> Psycho & Sexo > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Un français sur trois flirte au travail
Un français sur trois flirte au travail
rubrique
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
10 juin 2011 | 8 commentaires
Auteur de l'article
Patrick Rollo, 495 articles (Rédacteur)

Patrick Rollo

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
495
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Un français sur trois flirte au travail

Un français sur trois flirte au travail

Les relations amoureuses au travail seraient de moins en moins taboues. A en croire une étude réalisée par OpinionWay pour les édition Tissot intitulée « la sexualité, les français et le travail », 31% des français avouent avoir vécu une relation sentimentale ou sexuelle sur leur lieu de travail. Et même sans aboutir, la drague au bureau est devenue courante : La moitié des français considère l’environnement professionnel comme propice au flirt et à la rencontre amoureuse. Les experts expliquent ce phénomène par le besoin d’une sauvagerie du désir.

A en croire l’étude réalisée du 11 au 19 mai dernier par OpinionWay et portant sur 1 100 personnes majeures travaillant dans des entreprises publiques ou privées, les français ont le sang chaud sur leur lieu de travail. 31% des sondés avouent avoir déjà fait l’expérience d’une relation sentimentale ou sexuelle consentie dans le cadre d’une activité professionnelle. Hommes et femmes sont aussi nombreux à lever le voile sur ces relations au bureau. En revanche, les 18-24 ans sont moins nombreux à le faire (22%) que leurs aînés de 35-49 ans (35%). A en croire les intéressés le décor s’y prêterait à merveille, puisque 50% des personnes interrogées estiment que l’entreprise est un lieu propice aux affinités et aux relations amoureuses.

14% des jeunes utiliseraient d’ailleurs Internet pour flirter avec les collègues. Pour Ronan Chastellier, sociologue à Sciences Po Paris et expert du site de rencontres Meetic, le phénomène n’est pas si étonnant : « On a cru pendant longtemps que l’entreprise était une zone neutre, étanche aux sentiments et à l’amour, mais elle est en réalité devenue un lieu social, riche en agglutination dynamique, un peu comme un bar ou une boite de nuit… et donc finalement propice à la rencontre. Dans ce contexte, le coup de foudre amoureux peut survenir sur le lieu de travail et la sauvagerie du désir peut transgresser les règles et les conventions ». Pour le sociologue, l’aspect festif du management comme les séminaires, mais aussi les milieux hospitaliers, ou le monde de la communication et de la presse seraient autant de déclics pour stimuler « le besoin d’ensauvagement au travail ».

D’autant qu’il s’agit d’une relation furtive dans 63% des cas. Robin Dual, président des éditions Tissot, y est également allé de sa contribution, le 10 juin au micro d’Europe 1 : « Le discours des salariés sur leurs relations privées est plus franc, cela fait partie de ce qui est non-tabou ». Et en fin de compte, ces rapprochements auraient un impact positif sur la productivité : Pour 55% des français, être amoureux influe bénéfiquement sur la qualité de leur travail. Et les femmes seraient plus nombreuses à penser qu’elles travaillent plus efficacement lorsqu’elles ont un amant en tête.
 

Inscrivez-vous à la newsletter !
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Sexualité Travail Amour
Commentaires
2 votes
par rififi (IP:xxx.xx3.132.23) le 10 juin 2011 a 21H30
rififi (Visiteur)

L’enquête concerne aussi...les femmes de chambre ?

3 votes
par clostra (IP:xxx.xx4.151.42) le 14 juin 2011 a 14H12
clostra (Visiteur)

"une relation sentimentale ou sexuelle " confusion habituelle...

A part ça, la pansexualité* me semblerait plutôt régressive car après ?

Monsieur ou madame passe à la (au) suivant(e), conseille à la précédente de ne pas (plus) montrer ses relations/sentiments, madame se venge sur les/la/le nouveau (elle) maitre(sse) et fait un carton avec les préférées de son gros balourd et les poussent dehors en lui disant "bien fait !"...

Il semblerait vraiment que les américains aient une avance sur nous !

Le savez-vous ? les scientifiques (ou plutôt la censure) ont caché durant des années un lien de parenté assez impressionnant entre l’homme et non pas les chimPANzés, mais les bonobos, tant ces charmantes petites bêtes usaient de leurs avantages pour régler leurs conflits. C’est à peu près le discours que j’ai entendu dans un hôpital qui se reconnaîtra, prétendant obtenir la paix (la guérison, c’est autre chose) de la part de leurs patients en les invitant à "baiser" dans leur chambre d’hôpital...Un super calmant disaient-ils.

Entrainant dans ce charmant débraillé ambiant un peu tout le monde excepté les homos (car ils étaient homophobes) les pires brutalités (et peut-être les extrêmes douceurs de ces mangeurs de lotus dont Uysse eut tant de mal à se défaire pour "s’en retourner plein d’usage et raison vivre entre ses parents le reste de son âge") : jamais n’aura régné autant de violence entre des professionnels !

Le vase clos est propice au bouillon d’inculture. On trouve dans les mythologies de ces violences extrêmes qui arrachent à la soupe primitive les premiers râles de la vie...Et des hordes sauvages qui assassinent mère et soeurs...

Racontez-nous ce qui se passe : après

2 votes
par a (IP:xxx.xx9.45.240) le 14 juin 2011 a 15H55
a (Visiteur)

Cette étude tombe à pic avec des "affaires" très encombrantes pour la gente masculine. Donc, les femmes fricoteraient au travail..., les hommes aussi, c’est une preuve de plus...

2 votes
par jacques-philo (IP:xxx.xx0.79.146) le 14 juin 2011 a 17H06
jacques-philo (Visiteur)

oh cela doit ventiler BHL...il se sent mieux et plus libre enfin..

3 votes
par cyril (IP:xxx.xx4.217.152) le 14 juin 2011 a 18H14
cyril (Visiteur)

voila encore une étude qui sent la bidonnerie a 10 km. parce que,a-t-on tenu compte de presque 8 millions de chômeurs,du nombre de métiers ou vous n’avez qu’un sexe,genre la maçonnerie ou la plupart des jobs dans le bâtiment. parler de sexualité,c’est comme parler de démocratie,on en a jamais autant parlé qu’au moment ou on le vivait le moins. enfin,une société se rassure comme elle peut,surtout quant elle est l’exacte inverse de se qu’elle aimerait faire avaler a la terre entière.

2 votes
par L.S. (IP:xxx.xx1.110.162) le 14 juin 2011 a 18H25
L.S. (Visiteur)

c’est génial, il faut légaliser le harcèlement et oublier les affaires telles Laurence Treille ou autres chiffre du genre plus de 50 % des plaintes sont issues des milieux médicaux policiers et notables. Ou lancer le slogan du 21è siècle"travailler plus pour baiser plus" ou " chômage sauf pour les filles en petites tenues sexy " c’est top non ? " Les experts expliquent ce phénomène par le besoin d’une sauvagerie du désir. " je bosse donc je suis une bête et les autres je les piétine. Je bosse donc je sui un dominant et les autres me supplient à genoux, tous ceux qui bossent pas sont mes futurs clients ! La femme à genoux dominera-t-elle ainsi l’homme ? http://www.dailymotion.com/video/x2... j’ai pas trouvé le bon, mai ça détend

1 vote
par Micka FRENCH (IP:xxx.xx7.50.115) le 15 juin 2011 a 06H10
Micka FRENCH (Visiteur)

Des nouvelles de l’Ecossaise...

Et heureusement qu’on se fait draguer !!! Sinon, le boulot serait d’une tristesse !!!

Micka FRENCH http://mickafrench.unblog.fr

0 vote
par MALIA (IP:xxx.xx5.157.17) le 16 juin 2011 a 21H50
MALIA (Visiteur)

quelle chance ..A la retraite ,on a meetic et c’est moins rigolo ..