Accueil du site
> Dossiers > La dépression
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Un Français sur 12 a eu une Dépression en 2009 ! Et Vous ?
Un Français sur 12 a eu une Dépression en 2009 ! Et Vous ?
rubrique
note des lecteurs
date et réactions
22 avril 2010 | 3 commentaires
Auteur de l'article
Frédéric Duval-Levesque, psychopraticien et hypnothérapeute, 156 articles (Psychopraticien certifié)

Frédéric Duval-Levesque, psychopraticien et hypnothérapeute

Psychopraticien certifié
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
156
nombre de commentaires
2
nombre de votes
83

Un Français sur 12 a eu une Dépression en 2009 ! Et Vous ?

Un Français sur 12 a eu une Dépression en 2009 ! Et Vous ?

Un Français sur 12 a vécu un épisode dépressif majeur dans la dernière année.

Entre 5 à 8% des Français ont souffert d’un épisode dépressif majeur au cours de la dernière année selon des enquêtes (1) présentées par l’Institut de veille sanitaire (InVS) dans un numéro thématique du Bulletin épidémiologique hebdomadaire sur la santé mentale en France.

Un épisode dépressif majeur est d’un épisode d’une durée d‘au moins 15 jours d’humeur déprimée (triste ou sans espoir) ou de manque d’intérêt presque toute la journée et tous les jours.

Cette humeur est accompagnée de certains des symptômes suivants (3 ou 4) tels que des pertubations du sommeil, des perturbations de l’appétit et du poids, des problèmes de concentration, un manque d’énergie ou une fatigue, un sentiment de dévalorisation ou de culpabilité excessifs et des pensées suicidaires. La dépression est ainsi à distinguer de périodes de tristesse normale. (2)

Jusqu’à 19% de la population auraient présenté, au cours de l’année, un niveau « subsyndromique » de dépression : certains symptômes étaient présents sans que les critères diagnostiques soient rencontrés.

Les épisodes dépressif majeur sont souvent chroniques, 48% des personnes qui ont présenté un tel épisode au cours des 12 derniers mois en ont eu au moins deux et 15% présentent un trouble chronique. Les épisodes étaient sévères dans 3,2% à 2,6% des cas.

Les épisodes dépressif majeur sont deux fois plus fréquents chez les femmes. Des situations fortement associées à la dépression sont, selon ces enquêtes, le veuvage, le divorce, le chômage, l’invalidité et le congé maladie.

(1) Baromètre santé 2005 et Anadep.

(2) Il s’agit des critères du DSM-IV, Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux de l’American Psychiatric Association. Un épisode de dépression majeure peut être léger, modéré ou sévère.

Source : psychomedia.qc.ca, Bulletin épidémiologique hebdomadiare, InVS

Frédéric Duval-Levesque, psychopraticien et hypnothérapeute. Mon blog: PSYCHOTHERAPIE - SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE - COACHING (à Toulouse)
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Dépression nerveuse
Commentaires
0 vote
par Docteur David Vincent (IP:xxx.xx0.66.248) le 25 avril 2010 a 19H07
Docteur David Vincent, 74 articles (Médecin généraliste)

Maintenant que l’on a diagnostiqué d’après les symptômes et que l’on pourrait donner des antidépresseurs, se pose-t-on la question pourquoi ? Dans mon cabinet ça défile, je traverse une mauvaise passe dirons-nous concernant cette question.
- La dernière dépression en date était dûe à une conjonction "pas bien au travail"- hémochromatose
- une autre à une association "pas bien au travail"- hypothyroïdie ;
- une autre, le mélange vie affective médiocre-pilule,
- encore une " pas bien au travail"- mari épouvantable. Si on aide à améliorer l’une ou l’autre chose la situation évoluera dans le bon sens, et ce n’est pas d’un psy dont les patients ont besoin mais une sorte de coach-assistante sociale ; évidemment le versant physique est à rechercher par son généraliste.

0 vote
par John Ford (IP:xxx.xx0.221.127) le 25 avril 2010 a 22H53
John Ford (Visiteur)

le coaching c’est l’infantilisation ça n’est pas une bonne chose non plus ; il leur faut une prise de conscience politique, une compréhension du système pour prévenir les dépressions

0 vote
(IP:xxx.xx0.9.183) le 10 juin 2010 a 13H35
 (Visiteur)

Je ne suis pas d’accord. Moi, j’ai un mari épouvatable. Comment faire passer le message et le faire changer tout en préservant les enfants ? Comment régler les problèmes quand ils viennent du mari et de sa famille ? Moi, la dépression a été le passage parce que je ne savais pas comment faire ? Les femmes ne sont pas respectées, même si de loin elles ont l’air respecté. C’est là le grand problème. Le problème est que nous n’avons presque aucun recours et c’est plein de tabous.

Si cela se passe mal, tu dois en être en parti responsable.

Et bien, non, ce n’est pas forcément le cas.

Et oui, on est responsable de subir...... A bon entendeur !!!!