Accueil du site
> Psycho & Sexo > Conseils & Solutions
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Sur le subconscient et ses possibilités
Sur le subconscient et ses possibilités
rubrique
note des lecteurs
date et réactions
22 avril 2013
Auteur de l'article
Loïc Chaigneau, 1 article (Rédacteur)

Loïc Chaigneau

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
1
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Sur le subconscient et ses possibilités

Sur le subconscient et ses possibilités

Au-delà de l’état pur de conscience, il est possible de distinguer deux états de conscience qui soient autre : l’inconscient d’abord et le subconscient. Pour ce qui est du terme d’inconscient, je préfère le laisser de côté car l’inconscient suppose une autre conscience à l’état initial de conscience pur. Aussi, si l’inconscient est une autre conscience et que tout conscient se conçoit avec un inconscient, il faudrait que tout inconscient ait lui-même un inconscient et cela jusqu’à l’infini. L’hypothèse me paraît absurde. Le subconscient en revanche ne suppose pas une autre conscience mais bien un état de conscience différent et hypnotique qui agit dans l’unique but de nous sauvegarder et de nous protéger.

Je choisis donc de bien distinguer les deux termes et de préférer ici celui de subconscient à celui d’inconscient, d’autant plus que l’inconscience en-dehors de l’aspect moral suppose que le sujet ne soit plus réellement présent à lui-même, hors il me semble qu’il est essentiel que le sujet reste présent à lui-même bien que le subconscient puisse agir de manière inconsciente comme c’est le cas par exemple pour la respiration. Pour autant, un sujet peut tout aussi bien « oublier de respirer », une part toujours consciente de l’individu demeure, comme sous hypnose.

Il faut maintenant nous intéresser aux capacités de notre subconscient. Supposons donc soit un état de transe, soit un rêve. A l’intérieur de l’un ou l’autre de ces états de conscience, je suis en mesure de voler, sans que cela ne choque ma conscience. Et pourtant à la moindre alerte, je sortirais de cet état. Mon subconscient traduit-il alors une capacité que je sous-estime habituellement ? En effet, lorsque dans un rêve je me laisse aller à voler, j’en ai toutes les sensations, comme si cela était naturel, j’en suis tout à fait capable et ne trouve pas cela absurde ou choquant. Mon subconscient est alors capable de dévier les lois de la physique, de les remettre en cause sans que ni ma représentation ni ma conscience n’en soient affectées.

Et si alors il n’était question que de perception même dans un état de conscience pur ? Je pourrais alors transformer ma réalité et faire s’effondrer la physique, d’autant plus que toute loi dite de la nature est une loi énoncée par l’Homme avec une représentation classique des choses qui veut que lorsqu’il y ait un mur en face de lui il ne puisse le traverser. Bien sûr, il ne s’agit pas ici de nier l’existence de la matière, au contraire, le monde est présent avant notre perception du monde et si je m’obstine à vouloir traverser le mur ou à nier l’existence d’une voiture et que je me pose devant celle-ci, le contact avec la matière sera inévitable.

Mais, le subconscient pose la question de notre perception du monde et des choses qui sont présentes à nous en tant que conscience. Et le découpage qui s’opère parmi ces choses et même avec autrui sont le fruit d’une conscience qui admet que celles-ci sont comme elles sont et non autrement, du fait d’une interprétation. Aussi, je ne peux transformer le monde mais agir sur mes représentations et celles d’autrui.

 

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté