Accueil du site
> Psycho & Sexo > Etudes Scientifiques
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
« Si votre esprit vagabonde, vous serez triste » : vrai ou faux ?
« Si votre esprit vagabonde, vous serez triste » : vrai ou faux ?
rubrique
note des lecteurs
date et réactions
3 janvier 2011 | 3 commentaires
Auteur de l'article
Frédéric Duval-Levesque, psychopraticien et hypnothérapeute, 156 articles (Psychopraticien certifié)

Frédéric Duval-Levesque, psychopraticien et hypnothérapeute

Psychopraticien certifié
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
156
nombre de commentaires
2
nombre de votes
83

« Si votre esprit vagabonde, vous serez triste » : vrai ou faux ?

« Si votre esprit vagabonde, vous serez triste » : vrai ou faux ?

Mon esprit vagabonde, donc je suis triste…

« Je suis rêveur plus que triste », disait Michel Houellebecq, lauréat du Goncourt 2010 (Le Figaro).

Mais « je suis rêveur donc je suis triste », dirait plutôt la plupart d’entre nous, selon une récente étude de l’Université Harvard publiée dans la revue Science.

Les gens passent 46,9 % de leur temps d’éveil à penser à autre chose que ce qu’ils font, et quand leur esprit vagabonde ainsi, ils seraient moins heureux, selon cette étude menée par les chercheurs en psychologie Matthew A. Killingsworth et Daniel T. Gilbert.

Ils ont utilisé une application iPhone Web pour recueillir auprès de 2250 personnes leurs pensées, sentiments et activités à différents moments de leurs journées.« Un esprit humain est un esprit qui vagabonde, et un esprit qui vagabonde est un esprit malheureux », écrivent-ils. « La capacité de réfléchir à ce qui n’est pas en train de se passer est un acquis cognitif qui a un coût émotionnel », ajoutent-ils.

« Les êtres humains, disent-ils, passent beaucoup de temps à penser à autre chose que ce qui se passe autour d’eux : contempler des événements survenus dans le passé, des événements qui pourraient se produire dans l’avenir, ou peut-être ne jamais se produire. L’esprit qui vagabonde semble être le mode d’opération par défaut du cerveau. »

Killingsworth a développé une application iPhone qui communiquait avec 2.250 participants à des intervalles aléatoires pour leur demander leur niveau de bonheur, ce qu’ils étaient en train de faire, et s’ils pensaient à leur activité actuelle ou à d’autre chose qui était agréable, neutre ou désagréable.

En moyenne, les répondants ont déclaré 46,9 % du temps que leur esprit errait, et pas moins de 30 % du temps au cours de chaque activité, sauf celle de faire l’amour.

« Le vagabondage de l’esprit semble omniprésent dans toutes les activités », explique Killingsworth. « Cette étude montre que la vie mentale est empreinte, à un degré remarquable, par le non-présent. »

Les gens étaient plus heureux quand ils faisaient l’amour, faisaient de l’exercice ou étaient en conversation. Ils étaient moins heureux quand ils se reposaient, travaillaient ou utilisaient un ordinateur à la maison.

« En fait, à quel point l’esprit quitte le présent et dans quelle direction vont les pensées prédit mieux le bonheur que les activités dans lesquelles une personne est engagée« , dit Killingsworth.

Seulement 4,6 % du bonheur d’une personne à un moment donné était attribuable à l’activité spécifique dans laquelle elle était engagée, estiment les chercheurs, alors que l’orientation des pensées contribuerait pour environ 10,8 %.

Les analyses de décalage de temps menées par les chercheurs suggèrent que le vagabondage de la pensée serait généralement la cause, et non la conséquence, de la tristesse.

Frédéric Duval-Levesque, psychopraticien et hypnothérapeute. Mon blog: PSYCHOTHERAPIE - SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE - COACHING (à Toulouse)
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Etudes Scientifiques
Commentaires
3 votes
(IP:xxx.xx3.131.26) le 3 janvier 2011 a 15H18
 (Visiteur)

Heureusement, je n’ai pas d’Iphone.

2 votes
par Traroth (IP:xxx.xx2.104.125) le 4 janvier 2011 a 11H07
Traroth (Visiteur)

Conclusion : arrêtez de penser, ce n’est pas bon pour vous. C’est un gars qui a mesuré ça avec des iPhones qui le dit.

N’importe quoi...

3 votes
par D.D.A (IP:xxx.xx4.81.138) le 4 janvier 2011 a 13H58
D.D.A (Visiteur)

Bonjour, Je crois que t’as pas bien lu l’article.

Il ne s’agit pas de ne pas penser mais de penser à ce que l’on fait au moment où on le fait.

C’est exactement ce que préconisent les gens qui méditent, ne pas se focaliser sur le passé ou sur des choses qui pourraient ou ne pourraient pas se passer à l’avenir, mais se concentrer sur ce que l’on fait. On ne dit pas que tu n’as pas le droit de réfléchir, mais si tu réfléchies à un sujet en particulier évite de penser en même temps à comment va se passer ton rencard ce soir, là tu serais en proie à la tristesse si j’ai bien compris l’article.

C’est très difficile à faire, j’essaye de temps en temps au travail ou quand je mange mais je ne tiens pas très longtemps. Cela dit je me souviens beaucoup mieux de ces moments. Normal, j’étais bien plus présent.