Accueil du site
> Psycho & Sexo > En savoir plus sur...
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Sexualité : réveiller le désir est parfois problématique
Sexualité : réveiller le désir est parfois problématique
rubrique
note des lecteurs
date et réactions
20 août 2012 | 2 commentaires
Auteur de l'article
Jean-Philippe Jason, 42 articles (Sophrologue)

Jean-Philippe Jason

Sophrologue
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
42
nombre de commentaires
6
nombre de votes
4

Sexualité : réveiller le désir est parfois problématique

Sexualité : réveiller le désir est parfois problématique

Chez l’homme, l’absence de désir peut resurgir suite à une problématique enfouie et refoulée depuis de très nombreuses années : angoisse de s’abandonner au plaisir au lâcher-prise ; angoisse de ne pas ou plus être à la hauteur, frustré, inhibé. C’est à ce moment précis que l’intellect agit sournoisement, car l’homme vit la relation dans un sentiment de compétition.

Les mauvaises pensées se succèdent pour l'homme : Si je ne conserve pas ou partiellement mon érection « je suis un piètre amant », «  je me dois de contrôler mon éjaculation »... Déjà le simple fait de désirer contrôler suffit à perdre la bataille.

Chez la femme, le désintérêt érotique se caractérise par la baisse de niveau de réceptivité corporelle et des sensations érotiques. Les causes organiques mais non médicales que l’on rencontre le plus souvent dans la difficulté à lubrifier suffisamment, sans créer ou réveiller des douleurs lors de la pénétration ou des caresses sont un relâchement des muscles périnéaux. Il ne faut pas négliger les causes psychogènes qui vont de la mésentente conjugale, la culpabilité liée au plaisir de jouir librement et sans tabou, la peur d’éveiller et accéder à certains phantasmes avouables ou inavouables. La sexualité vécue comme perverse…

Très souvent lors d’un travail thérapeutique, on trouve des causes plus anciennes. Expériences sexuelles ayant engendré douleur, déception, angoisse, tentative de viol, d’inceste ou des attouchements pervers lors de l’adolescence. Que ce soit un trouble de l’érection, absence de lubrification sont des causes à ne pas négliger, le traitement proposé en thérapie brève et cognitive a fait ses preuves. Dans les cas des traumatismes anciens, il est primordial d’associer au travail sophrologique des séances de thérapies qui mettent en évidence les conflits et les causes plus profondes.

http://eclosion83136.canalblog.com

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
En savoir plus sur...
Mots-clés :
Sexualité Désir
Commentaires
3 votes
par Maëlle (IP:xxx.xx2.81.150) le 20 août 2012 a 12H21
Maëlle (Visiteur)

Sans nier le rôle du mental, il y a parfois des explications autres pour la baisse du désir : Ceux qui prennent des statines pour faire baisser leur cholestérol doivent être alertés sur le fait que les troubles de l’érection sont un de leurs nombreux effets secondaires...

Faire un tour sur le site du chercheur en cardiologie Michel de Lorgeril peut rendre service...

http://michel.delorgeril.info/

1 vote
(IP:xxx.xx7.209.120) le 20 août 2012 a 18H56
 (Visiteur)

Pareil pour le scandale de la Finastéride...