Accueil du site
> Psycho & Sexo > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Sexe : le nombre de rapports en baisse
Sexe : le nombre de rapports en baisse
rubrique
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
26 novembre 2013 | 1 commentaires
Auteur de l'article
Henri de Miebenthal, 476 articles (Kinésithérapeute)

Henri de Miebenthal

Kinésithérapeute
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
476
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Sexe : le nombre de rapports en baisse

Sexe : le nombre de rapports en baisse

Une étude parue dans le Lancet révèle que les Britanniques, bien que se montrant bien plus ouverts aujourd’hui aux expériences variées, ont moins de cinq rapports sexuels par mois contre plus de six en 2000. Selon les auteurs de l’étude, ce sont les soucis financiers et les distractions des médias sociaux qui seraient en cause dans cette baisse des relations sexuelles.

Nous ferions moins l’amour qu’avant. C’est en tout cas la tendance observée au Royaume-Uni, à l’occasion d’une étude très sérieuse effectuée par l’Enquête nationale officielle des attitudes sexuelles et Style de vie, et publiée dans la revue Lancet. Au début des années 2000, les Britanniques, dans la tranche des 16-44 ans, affichaient en moyenne 6,2 rapports mensuels pour les hommes, et 6,3 pour les femmes. Dans un nouveau sondage réalisé entre 2010 et 2012, les hommes interrogés n’avouent désormais pratiquer une activité sexuelle que 4,9 fois par mois et les femmes en moyenne 4,8 fois.
 
Kaye Wellings, co-auteure de l’étude, avance des explications : « Les gens sont inquiets pour leur emploi, ils ont des soucis financiers et ont moins la tête à faire des galipettes. La vie moderne pourrait également avoir un impact sur la libido : Les gens qui ont des tablettes et des smartphones les prennent dans leur chambre pour utiliser Twitter ou Facebook et oublient leur partenaire ». La dernière enquête révèle par ailleurs, toujours chez les couples âgés de 16 à 44 ans, l’utilisation plus importante et décomplexée de la pornographie en ligne comme substitut pour le sexe. En outre, les Britanniques sont de plus en plus nombreux à connaître des expériences variées. Depuis 10 ans, par exemple, le nombre de partenaires sexuels s’est sensiblement accru, particulièrement chez les femmes.
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
1 vote
(IP:xxx.xx1.83.3) le 12 décembre 2013 a 11H10
 (Visiteur)

On perd tellement pied avec le réel que les gens ne savent plus prendre le leur. Que les médias arrêtent de nous parler de sexe mais d’amour et la tendance s’inversera avant la fin de l’ère sodolandouille.