Accueil du site
> Psycho & Sexo > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Qui sont les pervers narcissiques ?
Qui sont les pervers narcissiques ?
rubrique
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
9 octobre 2014 | 1 commentaires
Auteur de l'article
David Rofé-Sarfati, 14 articles (Psychanalyste)

David Rofé-Sarfati

Psychanalyste
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
14
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Qui sont les pervers narcissiques ?

Qui sont les pervers narcissiques ?

Le chemin de la libération du Pervers Narcissique, parce qu'il est le chemin de l'affranchissement au discours de l'autre, constitue pour beaucoup de femmes un pèlerinage vers soi même. Pourquoi le pervers narcissique l'emporte ?

Pour Racamier, l'inventeur du concept dans les années 80, la perversion narcissique est une organisation durable caractérisée par la capacité à se mettre à l'abri de ses conflits internes, et en particulier du deuil, en s'étayant narcissiquement au détriment d'une autre personne pris comme sujet objectivé et manipulé comme un ustensile ou un faire-valoir. Elle serait donc une structure psychique au sens de la psychanalyse. Pour la clinique, l'élément relevant est ainsi : il n'y a rien à attendre de la fréquentation des pervers narcissiques, on espère seulement s’en sortir indemne car les relations avec un pervers narcissique (PN) sont nocives. Pour la clinique encore, la notion a tant cannibalisé le discours de certains analysants qu'il ne s'agit plus de se demander si le PN existe, mais plutôt de comprendre ce qui se joue autour de cette notion branchée. Peu nous importe de constater que le PN n'est pas une nosologie puisqu'il s'agit non de 'guérir' le malade mais ses victimes. Peu nous importe de savoir si le pervers narcissique prouve son existence par la portrait des dégâts que lui créditent ses autoproclamées victimes. Peu nous importe au fond s'il la prouve, dans l'au delà d'une argumentation ou d'une réfutation de la preuve ontologique, par une reconnaissance apportée par un désir des victimes ou des médias. Peu m'importe car je pose ici, parodiant Feuerbach et afin de m'y intéresser sans réserve que la femme [1] créa la perversion narcissique à son image.

Les deux notions freudiennes de la psychanalyse qui se conjuguent dans ce concept sont la perversion et le narcissisme. 

La perversion

Freud définit la perversion en décrivant et recensant les aberrations sexuelles. La perversion est définie comme une action déviante. Les perversions concourent chez l'enfant à l'élaboration de la sexualité. Elles collaborent à son apprentissage et de l'objet sexuel et de ses modalités de saisie et d'appropriation. Un simple baiser, en détournant la sexualité de son but naturel est déjà une perversion. Les préliminaires sont à l'âge adulte autant de résidus des perversions de ce pervers polymorphe que nous étions enfants. Tout est pervers au fond. Cependant la perversion comme trouble pervers rapporté à une personnalité perverse est cette inclination compulsive et répétée à détourner les choses de leur vraie nature en vue de mettre en place un mécanisme de défense, c'est-à-dire un phénomène psychique qui vise à éviter une souffrance interne.

Cette inclinaison compulsionnelle est un marqueur de la nature perverse en tant qu'elle utilise l'autre comme une chose, comme un instrument ou un support, en vue d'extérioriser et de projeter sur lui ce qui est considéré comme insoutenable ou déstructurant pour l'individu. Le pervers utilise ce dispositif mental afin de se prémunir de l'intolérable. L'origine de cette utilisation destructrice de l'autre est donc axiomatisée par le pervers comme un aménagement défensif, projetant sur un mode paranoïde sescontradictions internes et les douleurs associées qu'il refuse de ressentir. Lorsque ce mécanisme tend par ailleurs à valoriser l'égo, à étayer l'image extérieure de soi, Racamier propose de parler de perversion narcissique. Toutefois, une perversion a toujours un versant de réparation narcissique. Par exemple, l' acte, ou son projet, d'imposer à l'autre d'une relation sexuelle au détriment de sa volonté et à l'encontre de son désir propre est une perversion, et aussi un trouble farouche du narcissisme et de l'empathie en miroir. À ce titre, nous serions tous des pervers narcissiques en puissance. Uniquement, le passage à l'acte, sa répétition, et le recours quasi exclusif à ce dispositif estampillent le PN.

 À sa source, la perversion est un fonctionnement défensif, utile à tout un chacun. Néanmoins, chez certains, ce mécanisme s'installe comme structure en ce qu'elle leur permet d'éviter la souffrance psychique, l'angoisse, les épisodes de pertes (deuils, vieillissement, maladie, mort...) ou la remise en question de soi-même. Plus ce mécanisme est utilisé, et plus il se renforce, car l'utilisation de l'autre comme instrument et objet de sa perversion prive la personne perverse d'un retour affectif structurant. Nous sommes tous des pervers épisodiquement, mais dans la perversion narcissique décrite par Racamier, la dimension antinarcissique, cette empathie oblative qui vient naturellement compenser nos penchants égocentriques est devenue inopérante : elle aurait disparu, se serait effacée. Le pervers narcissique a paradoxalement besoin des autres et de leur empathie mais il besogne avec tant d'application à les rendre ustensiles pour échapper à sa conflictualité interne qu'il gomme le rapport humain. Un trouble de la personnalité narcissique a habituellement comme destin d'être compensé par une pulsion inverse. Dans le cas de la perversion narcissique, cette pulsion inverse devient imperceptible. La perversion est une antirelation dans laquelle l’autre est objectivé. Le PN colonise la pensée de l'autre sans se laisser empiéter.

Le narcissisme 

Le narcissisme est le fondement de la confiance en soi. Lorsqu'elle est défaillante, lorsque la grande fragilité du sujet est un chantier à ciel ouvert, alors le terme peut désigner l'importance excessive accordée à l'image de soi. Le trouble du narcissisme chez le PN est un intérêt excessif pour soi, pour l'image de soi, associant survalorisation de soi et dévalorisation de l'autre, habituel chez l'enfant, courant chez l'adolescent, compensatoire chez l'adulte. Son corolaire est une tentative d'annulation de l'autre, concurrent insupportable. Le jeunisme de certaines mères, pratiquant la chirurgie esthétique est un trouble narcissique souvent délétère pour leur fille. Si la mère est la jeune, alors où est la fille, sauf à être un objet négligé ou annulé par la mère, soit pire, à être un objet requalifiant la mère par une validation forcée et une complicité tout aussi imposée qu'artificielle.

 Pourquoi ca marche

Mon propos ici ne sera pas la nosologie de ce néosyndrome, mais plutôt de comprendre pourquoi tant de patientes sont confrontées à des êtres aussi nocifs. Car il m'est toujours étrange de voir des personnes tombées dans le panneau, de devenir pour certaines avec autant de facilité des victimes consentantes, jusqu'à glisser lentement faire une dévalorisation de soi même de nature mélancolique, ou le moi est devenu selon l'expression de Freud pauvre et vide.

La perversion est un déni :

Chez le PN, le mécanisme inconscient est le déni de la castration. Et ce refus d'admettre la différence des sexes opère chez lui un clivage. Dans la vie sociale, le PN se comportera souvent comme un citoyen, un hôte, un invité ou un employé modèle et exemplaire tandis que dans sa vie sexuelle et sentimentale il ne pourra atteindre ce qu'il désigne comme sa jouissance qu'à certaines conditions qui lui sont propres. Si ces conditions entrent en conflit avec les lois sociales, il sera tenté de les transgresser ; et si ses conditions entrent en conflit avec les voies de plaisir de son partenaire, il sera tenté égoïstement de pratiquer la manipulation avec la plus grande mauvaise foi, le déni se combinant malicieusement avec le biais paranoïde. On aura compris que le clivage du PN rend son piège diabolique pour la victime. En couple avec l'homme socialement le plus charmant qui soit, il est incongru de se plaindre et ainsi de dévoiler ce qui se passe au sein du couple, car les proches s'étonneraient ; la souffrance se conjugue avec l'isolement. La situation vectorisée par la solitude se consolide.

La perversion féminise :

Pour Freud, la grande différence entre le pervers et le non-pervers, c'est que le premier reste fixé dans son développement à la question de la non-différenciation sexuelle et que, d'une certaine façon, il a besoin d'y croire pour jouir. Aussi, chez lui il ya une grande porosité psychique entre le masculin et le féminin, et son versant féminin opère sans cesse. Ceci explique que certains PN choisissent dans leur panoplie des femmes mariées pour assouvir par un édifice secret une homosexualité latente où le mari de leur victime joue son rôle sans le savoir sur la scène de leur Oedipe inversé. Par cette féminisation, la victime a un lien très robuste avec lui, car si elle l'aime c'est qu'elle aime ce morceau de la femme qu'elle repère inconsciemment chez lui. Ce bord féminin du PN que sa victime va aimer lui donne la promesse d'entrevoir ce qu'elle recherche de son propre féminin. Cette féminité qu'elle pourchasse l'attache par une corde imaginaire telle une proie. Elle ne peut le quitter, car le quitter serait se quitter elle-même.

La perversion est étrange :

Joyce McDougall interroge la perversion comme création d'une néosexualité, cette nouvelle sexualité se fonde sur une scène primitive sans cesse réinventée. Là où Freud présentait des défenses perverses spécifiques relativement à une situation œdipienne, elle insiste sur la sexualité archaïque venant protéger le sujet fragile, écrasé par une position dépressive foncièrement défaillante. La perversion se déguisera en polyamour, en donjuanisme, en réalité se fait écho d'un manque, d'un manque historique, ancestral pour le sujet. Ce manque en réactualisant le refoulement primaire, cherche à disqualifier l'origine du sujet et le sujet lui-même. Le PN semble venir d'un monde d'avant lui même, extraterritorial dans le temps et l'espace, un monde où l'on ne meure pas. C'est son aura. Devant cette étrangeté fascinante, la victime, goutant le parfum enivrant d'une transgression, ne sait quoi penser et cette sidération la fige encore un peu plus.

La perversion est menteuse :

Le PN a recours à la manipulation, c'est son indispensable. Il a pour cela deux énormes atouts. D'abord il consacre, tel un drogué, toute son intelligence à cette manipulation, et ses mots, sa rhétorique au service de son dessein flatte un peu plus sa victime. S'autorisant tous les mensonges, il saura dire les mots qu'il faut au moment qu'il faut. Mais le deuxième est plus grand atout du PN est qu'il n'aime personne, encore moins lui-même. Et c'est parce qu’il ne connait pas l'amour et qu'il se fait aimer par des femmes qu'ils n'aiment pas que sa force de manipulation est absolue. Son désir condescend au plaisir physique sans amour. Il a traversé un tabou qui lui donne une allure d'extra terrestre (ou de prince charmant !) : il sait dire je t'aime sans aimer. La victime ne peut se désister de ce tabou. Elle restera pour attendre, vainement, réparation.

La perversion fait mal :

Le PN ne se contente pas de déposséder la femme de sa subjectivité, la rendant objet dans sa névrose narcissique, il l'accompagne dans cette douleur. Il caresse une femme inquiète, suspicieuse dans le sens du poil, i.e. dans le sens de son sentiment de culpabilité. Quant à son souffre-douleur, elle convoque son masochisme et savoure chaque mortification comme un moment magique d'abandon total au désir de l'autre. Une analysante me confiait que sans ça elle ne sent rien. Ce que le PN réussit le mieux au fond est de faire croire à sa victime qu'elle vit, que tandis que lui se consacre à la survie de son moi cacochyme, elle est projetée par son truchement dans la vie, et cette suppléance sur le mode hystérique est certainement sa carte maitresse. Elle restera de peur que les deux s'écroulent dans l'ennui.

La perversion est multiple :

La perversion est toujours ambivalente. Puisqu'elle concerne la pulsion, la perversion est par essence ambivalente. Le voyeurisme appelle l’exhibitionnisme, le masochisme le sadisme. Chaque perversion a sa face active, sa face passive. Le pervers narcissique appelle la perverse narcissique comme une complémentaire de son penchant. Il ya donc des couples de PN où l'appariement est parfait. Le PN déclenchant la perversion de sa victime l'infantilise. Elle reste parce que la décision de partir est interdite à cet enfant qu'elle est devenue.

La perversion est futée :

Il reste enfin à dédouaner les victimes en les incriminant. Le PN a cette qualité de savoir choisir ses victimes. Il repère les failles narcissiques pour les boucher par le logiciel qui consiste à l'aimer. Il repère les femmes imbibées par le sentiment de culpabilité de leur névrose et de leur angoisse de castration pour les précipiter dans sa transgression. Dans le meilleur des cas, il souffle à l'oreille de l'inconscient de sa victime - tu ne peux t'aimer sans m'aimer d'abord, dans le pire des cas, il s'adossera sur une érotomanie pour transformer sa victime en pantin dans un système sectaire réduit à deux. Elle ne part pas persuadée que sans lui elle n'est plus rien.

En résumé, la perversion narcissique est une guerrière polyarmée. La combattre sur un flanc ne préserve pas la victime d'être attaquée par une autre arme sur un autre flanc. Le chemin est long de la désaliénation et j'ai souvent assisté à des guerres gagnées contre un PN aussitôt remplacé par un autre, son Ménechme. Toutefois, le chemin de la libération du PN, parce qu'il est le chemin de l'affranchissement au discours de l'autre, constitue l'être pensant. Ce chemin est pour beaucoup de femmes une odyssée, un pèlerinage vers soi même. Peut-être qu’on ne nait pas femme, mais qu'on le devient par le truchement du PN. Aussi long et douloureux, ce chemin permet l'avènement d'une liberté de conscience jamais atteinte autrement. Il faut s'exonérer puis se débarrasser du pervers narcissique, car, nuisible, il ne sert à rien, … du moment qu'on s'en sert. 

 

[1] je me limite dans cet article aux pervers narcissiques hommes et hétérosexuels.

David Rofé-Sarfati, Psychanalyste, Maisons Alfort.
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Les Actus
Mots-clés :
Pervers narcissique
Commentaires
0 vote
par Ady (IP:xxx.xx8.197.91) le 14 octobre 2014 a 11H09
Ady (Visiteur)

Relier les PN avec le polyamour, ça demanderait des justifications permettant de l’affirmer. Coller le polyamour avec donjuanisme, c’est encore une fois détourner le sens du polyamour, du lutinage. Comme ce mot de libertinage qui permet de justifier tout et n’importe quoi désormais.

Un PN pourrait utiliser le polyamour pour justifier ses perversions, et mettre un enrobage de belles couleurs afin de faire passer la pillule, mais il n’arriverait sans doute pas à vivre autre chose que de la polygamie, à son unique avantage évidemment. Il ferait culpabiliser sa victime si jamais celle-ci s’ouvrait à d’autres partenaires.

Le polyamour nécessite une coopération au sens complet, chose qu’on ne peut pas faire quand on obéit à ses désirs sans prendre en compte ceux des autres. Le PN ne serait-il pas plutôt dans un rapport de compétition vis-à-vis du reste de la société ?

Navré, mais je tiens à ne pas laisser le mot polyamour -encore rare- se faire dépouiller de toutes ses belles facettes.