Accueil du site
> Psycho & Sexo > Conseils & Solutions
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Quand trop penser donne mal à la tête et crée des insomnies
Quand trop penser donne mal à la tête et crée des insomnies
rubrique
note des lecteurs
date et réactions
3 mai 2011
Auteur de l'article
Stéphanie, 2 articles (Rédacteur)

Stéphanie

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
2
nombre de commentaires
0
nombre de votes
3

Quand trop penser donne mal à la tête et crée des insomnies

Quand trop penser donne mal à la tête et crée des insomnies

En occident la majorité de la population privilégie l’aspect rationnel et mental dans le travail, les activités personnelles et les passes temps, le côté créatif n’est que très peu stimulé et ce même à l’école. Le raisonnement prime ! Ce côté rationnel et de réflexion est certes très important mais tellement ancré dans nos habitudes et manière de fonctionner qu’à la longue on ne sait faire que réfléchir et l’on en oublie la partie récréative de la vie c’est-à-dire prendre du bon temps, faire des activités uniquement pour le plaisir et non pas pour acquérir une compétence ou un truc en plus.
Le côté réflexion est tellement important pour nous qu’il nous paraît normal de réfléchir à longueur de temps et à longueur de journée, si bien que lorsque l’on n’a plus envie de réfléchir pour réellement se détendre après une journée stressante et bien nous n’y arrivons même pas, car on nous apprend depuis l’enfance à réfléchir et à être performant et non pas à profiter de la vie pour ce qu’elle est, point à la ligne !

Au niveau psychologique il en découle le stress, à trop réfléchir, à tout programmer on se créer des angoisses d’appréhension : en réfléchissant aux milles et une choses négatives qu’il pourrait nous arriver, en supposant que nous allons échouer ou autre. Au final nous mettons en place un grand nombre de stratégies pour éviter le pire, un pire que nous supposons possible mais qui n’arrive que très rarement.

Au niveau symptomatique on est rapidement identifié en tant que migraineux chronique, et les traitements à long terme chez la plupart de ces personnalités finissent par être inefficaces. Certains manifesteront cet excès d’activité mentale par des insomnies persistantes primaires (origine psychophysiologique) avec difficulté à initier le sommeil, dont les traitements bien qu’efficaces au début (hypnotique, etc) perdent de leur effet avec le temps. Ces personnes se voient souvent contraintes à augmenter les posologies, en deviennent parfois dépendantes, voir observent un rebond de l’insomnie à l’arrêt du traitement.

Bien d’autres pathologies psychosomatiques découlent de cet excès d’activité mentale : crise d’angoisse, attaque de panique, etc.

Face à ce constat quelles solutions propose-t-on ?

Après avoir bien évidemment consulté votre médecin car cette liste de symptômes peut s’intégrer dans une pathologie plus large et nécessiter une prise en charge médicale, divers thérapeutiques d’aides et de soutiens peuvent s’avérer efficaces.

Tout d’abord il faut accepter le fait que même si la société nous demande la majorité du temps d’être à 150 à l’heure il faut accepter de ralentir, de se poser et de faire des choses justes pour le plaisir de se relaxer sans penser à l’heure, ou à un intérêt quelconque.

Ensuite il est important d’apprendre à avoir un esprit calme, pour cela trois voies peuvent être utilisées :

-la première est celle de l’apaisement via le corps physique (tisane de plante à effet sédatif comme la camomille)

-la seconde est l’apaisement du mental par des techniques de respiration (sophrologie), des techniques via la gestuelle (yoga)

-La troisième est de prendre conscience que le mental peut être maîtrisé pour ne servir qu’aux heures où nous avons décidé de réfléchir. Le livre "Les Quatre accords toltèques" de Don Miguel Ruiz, qui était chirurgien, peut aider à prendre conscience de cela.

Bien sûr il existe bien d’autres recours. Ceux qui viennent d'être énumérés ne représentent que quelques-uns des exemples alternatifs ! 

Pour être bien dans votre corps, soyez bien dans votre tête !

Stéphanie

SOURCES

  • http://lespapillons.doremiblog.com
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté