Accueil du site
> Psycho & Sexo > En savoir plus sur...
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Première année de médecine : un sentiment de gouffre
Première année de médecine : un sentiment de gouffre
rubrique
note des lecteurs
date et réactions
3 mars 2010 | 1 commentaires
Auteur de l'article
Noisette à plumes, 2 articles (Etudiante en 1ère année de médecine)

Noisette à plumes

Etudiante en 1ère année de médecine
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
2
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Première année de médecine : un sentiment de gouffre

Première année de médecine : un sentiment de gouffre

Mes parents ne sont pas compréhensifs. Ils ne comprennent rien aux études de première année de médecine, à la solitude que c’est.

Ce soir, je me suis mise à pleurer. Pas de fatigue physique, non de fatigue psychologique. Ma mère m’a entendue à travers la cloison de ma chambre. « Arrête de pleurer. Tu ne vas pas te mettre à pleurer à 3 mois du concours et pleurer ensuite parce que tu n’auras pas eu le temps de réviser. Ressaisis-toi ». Avec un ton dur et froid. L’air de dire « arrête de pleurer, tu m’empêches de dormir ». Un peu comme lorsque je lui dis que je n’en peux plus, et qu’elle me jette ce drôle de regard.

Ainsi donc, elle pense que je pleure parce que je suis une paresseuse. Elle me voit presque comme une nuisance, vu qu’elle m’a reproché de venir m’asseoir avec elle dans la cuisine pour avoir un peu de compagnie. Elle pense que je suis velléitaire et paresseuse.

Mon père lui non plus ne comprend rien à la P1. Tout ce qui l’intéresse, ce sont mes notes. Quand je rentre le soir de la fac, l’une de ses premières questions est : « alors, tu as eu les notes des concours blancs ? ». Il ne comprend pas que quand je lui ramène un 12 et que le 12 en question est au-dessus de la barre, c’est comme si je ramenais un 15 ou un 16 du lycée. Non. Il a toujours fallu et il faudra toujours que j’obtienne d’excellentes notes pour avoir un peu d’attention de la part de mon père.

Mes parents ne comprennent rien à la P1 ; au sentiment grandissant de solitude mêlée de désespoir qui prend possession en moi. Avoir un ersatz de vie, assise à longueur de temps sur une chaise, penchée sur mes polycopiés. Entendre parler des tribulations des amis hors médecine ; leurs sorties, leurs rencontres, leurs nouvelles vies. Les sentir peu à peu s’éloigner, parce qu’on est rarement disponible, parce qu’on ne s’intéresse pas à quelqu’un qui n’a plus grand-chose de nouveau à dire - comment leur reprocher en même temps… Et puis j’ai beau connaître une poignée de gens que j’apprécie vraiment à la fac ou à la BU, je me sens quand même seule. Infiniment seule. Une fois rentrée chez moi, face à mes cours, face au mur d’incompréhension qui me séparent de mes parents, je n’ai plus personne. Nous n’avons pas d’animaux, et je suis fille unique. Les amis, les confidents sur lesquels je pouvais compter commencent à en avoir assez de m’écouter, peut-être même à en avoir assez de moi. Et je reste seule, désemparée, dans le silence de ma chambre ; abasourdie à l’idée que demain la journée ressemble étrangement à celle d’aujourd’hui.

Et je lutte pour maintenir la tête hors de l’eau, je lutte contre ce sentiment de solitude et d’abandon ; je ne peux que m’obliger à oublier pour avancer. La plupart du temps, c’est efficace : je suis même sereine et presque heureuse de bien m’accommoder de ma condition. Mais de temps en temps, je sombre ; et alors il me faut trouver quelque chose qui m’aide à sortir la tête de l’eau.

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Psychologie Université
Commentaires
0 vote
par Dr Gérald Kierzek (IP:xxx.xx1.168.69) le 6 mars 2010 a 16H52
Dr Gérald Kierzek, 17 articles (Médecin urgentiste)

HI

la pression psychologique du concours (des concours en général) fait partie du jeu ! Connaissances et déploiement de tes connaissances seront importantes le jour J. Trouve une motivation pour travailler régulièrement ; pour moi, je m’étais acheté un stéthoscope et je révisais avec mon stétho autour du cou ou sur un tableau blanc (Veleda)...comme si j’étais médecin et faisais le cours aux autres ! Ridicule ? pas sûr, pour moi cela m’a permis de trouver une motivation ("Begin with the end in mind"). N’oublie pas que le concours n’est qu’une étape pour arriver à ton rêve professionnel. Si tu le veux vraiment, tu y arriveras ! Courage, tu pourras souffler -un peu- après ;)