Accueil du site
> Psycho & Sexo > En savoir plus sur...
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Posologie sans effets indésirables : 5 minutes pour soi !
Posologie sans effets indésirables : 5 minutes pour soi !
rubrique
note des lecteurs
date et réactions
17 février 2011
Auteur de l'article
Eric, 24 articles (Magnétiseur)

Eric

Magnétiseur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
24
nombre de commentaires
9
nombre de votes
19

Posologie sans effets indésirables : 5 minutes pour soi !

Posologie sans effets indésirables : 5 minutes pour soi !

En observant mon entourage, je me suis toujours demandé comment il vivait - ce qu’il pouvait bien penser par exemple - en cherchant à comprendre quel était ce désir si particulier qui maintenait les gens en vie. Un jour, quelqu’un me révéla que cette réflexion ne pouvait que m’appartenir en propre, car pour elle-même, cette idée ne lui avait jamais traversé l’esprit. Un autre me confirma plus tard la même chose, si bien que je me demandais ce qui avait bien pu m’arriver jadis de si particulier pour que je me sente si différent d’eux. En réalité, je n’étais pas différent des autres : seules mes pensées et ma manière de l’utiliser étaient différentes.

Aujourd'hui encore, je suis conscient que mes recherches ne sont pas celles de tout le monde. Je n'en fais pas des tonnes, c'est juste ma manière de fonctionner. Cette courte histoire en guise d'introduction pour dire que je suis devenu moi-même en comprenant qui j'étais vraiment au contact des autres, en découvrant un jour le chemin vers soi, une route, des rails, une gare, un panorama, puis un accès rapide pour y séjourner. Des étapes ont été nécessaires il me semble. Je sais seulement qu'il m'a fallu un moment pour ouvrir les yeux.

 
On dit souvent que "les jours se suivent, mais qu'ils ne se ressemblent pas !" Pourtant, c'est souvent l'inverse que l'individu constate de sa vie dans un éclair de lucidité. Il se surprend alors à se dire qu'il a répété jusqu'ici une phrase dont il connait pourtant l'importance sans saisir toute son importance. Ce qu'il voit alors, c'est la dimension du monde qu'il observe, et la vision de son propre monde intérieur, sa profondeur inconnue. Naturellement, il se sent happé par cet espace inexploré : certains disent que c'est un appel irrésistible et d'autres y entrent accompagnés ; certains l'empruntent à tâtons par curiosité et d'autres s'y précipitent à grands pas en croyant tout savoir. La Voie est multiple et unique en même temps.
 
Pour beaucoup, la sensation d'un effort les tétanise, ils se retiendront alors à la poignée de la porte, comme de douter de l'issue s'ils venaient à l'emprunter. Alors, dans l'instant suivant, la vision s'efface, laissant la place aux préoccupations du moment, bien mieux connues, bien plus rassurantes, même si elles ne sont pas toujours agréables. Aujourd'hui, ces moments de lucidité sont probablement de plus en plus nombreux parmi vous. Mais je ne crois pas que ce soit forcément une étape indispensable - ni décisive - pour l'Humanité, car à toutes les époques, elle a toujours eu le choix d'ouvrir ou non les yeux. Nous sommes dans un monde construit sur des choix.
 
L'idée de cet article m'est venue pour tenter d'expliquer pourquoi certaines personnes ont conscience de leur corps et pas d'autres, et aussi pourquoi certaines personnes sont plus souffrantes que d'autres. À ceux-là surtout. Les deux sont intimement liés bien entendu. L'idée d'une conscience du corps est difficile à décrire, car la perception de chacune des parcelles de son corps est différente d'un individu à l'autre. C'est pourquoi j'emploierai le terme de conscience uniquement dans l'idée d'une perception et non dans le sens spirituel qu'on préfère lui prêter habituellement. Cette perception peut être acquise ! Elle ne demande qu'un effort particulier, celui d'une attention. Notre quotidien, par exemple, est un dévoreur d'attention. En effet, si l'on ne prête pas plus d'attention à ses sensations, il est courant de s'apercevoir, trop tard, que l'on souffre ici ou là, et que la maladie s'est installée. Bien entendu, il ne s'agit pas de se scruter le nombril pendant des heures sans rien faire d'autre, mais bien de s'arrêter un court instant pour écouter son corps.
 
C'est un moment privilégié : une communication réciproque de l'esprit et du corps. Êtes-vous installés confortablement ? Vous sentez-vous détendu ? Votre cœur bat-il calmement ? Sentez-vous la vie couler en vous ? Si vous avez régulièrement cet intérêt pour vous-même, je suis persuadé que vous commencerez à vous poser les priorités qu'impose votre bien-être tout en satisfaisant vos obligations professionnelles. Regardez objectivement les contraintes. En effet, ce n'est pas en soufflant 5 minutes toutes les heures, c'est-à-dire, en se coupant de l'ambiance de votre quotidien, pour penser uniquement à votre bien-être, que ce sera du temps perdu : bien au contraire ! C'est la base du lâcher-prise.
 
Les personnes que je rencontre à mon domicile me paraissent souvent coupées d'elles-mêmes. Leur quotidien les absorbe, même s'ils pensent parfois à se détendre sous la douche, dans une baignoire, devant la télévision ou l'ordinateur. Quand j'entends parler de "la France d'en bas", ou du "troupeau", je ne suis pas convaincu que les individus sont stupides au point de ne pas voir leur existence s'écouler. Mais ce qui est vrai, c'est qu'ils sont manipulés pour qu'ils continuent d'ignorer leur importance pour les autres et leur corps. C'est un comble, pour une espèce qui se prétend "humaine". Imaginez un instant le bienfait que nous aurions à nous épauler plutôt qu'à nous faire la guerre ! Imaginez un autre instant tout le travail que nous devrions effectuer intellectuellement pour donner plus d'importance à notre santé qu'aux moyens mis en œuvre pour maitriser la maladie !
 
Pour beaucoup d'entre vous, le corps est une sorte de véhicule sans importance ou quelque chose d'infaillible, malléable, idiot, jusqu'au jour où il en a assez de vivre sans attention. 5 minutes. Au début, c'est le temps nécessaire pour comprendre les effets du lâcher-prise au quotidien qu'on s'impose. C'est un choix. Certaines personnes y arrivent mieux que d'autres. Ceux qui reproduisent une méthode écrite ou écoutée y parviennent souvent moins bien. La manière de procéder doit venir de soi ; la volonté fera le reste. Les livres peuvent aiguiller, mais ce serait une erreur de les croire adaptés à toutes les formes de pensées. 5 minutes. Ce sont ces 5 minutes qui feront la différence lorsque vous serez vieux. Car ces 5 minutes vous en apprendront plus sur vous-même que tous les livres de spiritualité ou de développement personnel que vous lirez en espérant atteindre telle ou telle "conscience". Et encore, lorsque je parle de 5 minutes, c'est un temps qu'on sent limité avec l'expérience. Mais il vaut mieux procéder par étape et se sentir à l'aise et convaincu des effets de son attention. Pour aller de l'avant, il faut sauter dans l'inconnu. C'est un choix à la portée de tout le monde.
http://medecinesparalleles.blogspot.com/
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté