Accueil du site
> Psycho & Sexo > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Plus les femmes ont du pouvoir, moins elles feraient l’amour
Plus les femmes ont du pouvoir, moins elles feraient l'amour
rubrique
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
27 septembre 2011 | 18 commentaires
Auteur de l'article
Léa Belleval, 97 articles (Rédacteur)

Léa Belleval

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
97
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Plus les femmes ont du pouvoir, moins elles feraient l’amour

Plus les femmes ont du pouvoir, moins elles feraient l'amour

Les femmes dominantes dans la vie auraient jusqu’à 100 fois moins de rapports sexuels que les autres. C’est ce qui ressort d’une étude menée par une équipe de chercheurs de l’Université John Hopkins, aux Etats-Unis, et publiée dans le Huffington Post.

Tous les bruits de tam-tam autour du film Sex in the city ne seraient-ils qu’un écran de fumée masquant le fait que sexe et pouvoir, en réalité, ne feraient pas bon ménage chez la gent féminine ? En Afrique, en tout cas, les femmes de pouvoir se détourneraient du sexe. Une étude menée par l’équipe de Michelle Hindin, spécialiste dans les questions de démographie, planning familial et santé reproductive à l’Université John Hopkins, à Baltimore, suggère que les femmes habilitées à prendre des décisions pour leur famille ont des relations sexuelles moins fréquentes. L’étude à été menée dans 6 pays d’Afrique (Ghana, Mali, Rwanda, Ouganda, Malawi et Zimbabwe), où il fut demandé à un échantillon de femmes mariées la date de leur dernier rapport sexuel (ainsi que la fréquence) en plus de certains détails pour savoir qui de la femme ou du mari a le dernier mot sur des sujets allant de la santé aux courses alimentaires.

En compilant les données, le résultat est frappant : Les femmes "de décision" auraient environ 100 fois moins de relations sexuelles que les autres femmes. Michelle Hindin a résumé la situation en déclarant que « plus le nombre de décisions que la femme déclare avoir pris est grand, en comparaison du nombre de décisions prises avec le conjoint, moins elle a de relations sexuelles et plus sa dernière relation sexuelle remonte loin dans le temps ».

Et il s’agirait davantage d’un choix délibéré de vie sexuelle. Ayant peut-être en tête la pandémie du Sida, Carie Muntifering, coauteur du rapport et responsables de travaux menés en Afrique noire, pense avoir trouvé une piste expliquant ce comportement : « les femmes détenant une position élevée en Afrique tiennent avant tout à une vie sexuelle sûre et sécurisante ». En attendant de savoir si cette tendance se vérifie dans d’autres régions du monde, il sera possible très bientôt de connaître les détails des travaux menés. L’étude sera en effet publiée dans l’édition d’octobre du Journal of Sex Research.
 

Inscrivez-vous à la newsletter !
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Les Actus
Commentaires
3 votes
par un crétin qui te veux du bien (IP:xxx.xx5.55.146) le 28 septembre 2011 a 13H03
un crétin qui te veux du bien (Visiteur)

Il est étonnant d’écrire un article qui soit aussi machos par une femme. ce si dit si vous avez un manque je suis là pour vous aidez.

4 votes
par zizifridolin (IP:xxx.xx8.229.33) le 28 septembre 2011 a 19H25
zizifridolin (Visiteur)

Oais , un article tellement stupidement macho que je me demande si l auteur est bien une femme .. ceci dit votre commentaire de beauf n a rien a lui envier..

2 votes
par jeannot (IP:xxx.xx1.152.165) le 30 septembre 2011 a 17H25
jeannot (Visiteur)

Ce que tu as pas compris c’est que cela n’a rien à voir avec le machisme.

C’est surtout que l’homme lui n’a aucun fantasme avec les femmes de décisions... C’est pas du tout ce qu’un homme recherche chez une femme....D’ou la misère sexuel de celle ci.

Une femme de décision pense valoir plus chère sur le marché de la séduction alors que pas du tout...C’est carrément l’effet inverse.

Alain Soral a très bien expliqué ceci dans ’vers la Féminisation’ ou encore ’Sociologie du dragueur’....2 ouvrages majeur qui explique bien le phénomène.

1 vote
par jeannot (IP:xxx.xx1.152.165) le 30 septembre 2011 a 17H33
jeannot (Visiteur)

Je félicite celle qui a écrit l’article. Les moutons visiblement n’ont rien compris à votre article...

Ce dont vous traitez dans votre article a déjà été analysé de long en large et de manière encore plus précise par Alain Soral dans ses 2 ouvrages(Vers la féminisation et sociologie du drageur,). Je vous le recommande fortement... Et parle effectivement entre autres de la misère affective des femmes ’indépendantes’ frappé du syndrome de Bridget Jones.

Ce qu’il faut comprendre c’est que l’homme fuit ce genre de femmes ... Pour que l’homme puisse avoir du désir il doit etre supérieur à la femme en terme économique. Et vice versa pour la femme. Donc forcément plus la femme a du pouvoir, plus les chances de trouver une personne qui lui soit supérieur deviennent infime...

Et c’est la ou on voit la mascarade de l’’amour’...Quand le mari tombe au chomage, comme par hasard la femme demande le divorce.Il n’y a plus d’amour qui tienne.Un homme au chomage n’a rien de sexy....

Tout est basée sur les rapports économique. C’est malheureux à dire, mais il en ai ainsi. Plus vite vous l’aurez compris, moins vous souffrirez...

6 votes
par zelectron (IP:xxx.xx8.166.114) le 28 septembre 2011 a 13H15
zelectron (Visiteur)

En clair : les femmes de pouvoir sont quasi-frigides

8 votes
par Sarah29 (IP:xxx.xx4.244.116) le 28 septembre 2011 a 13H44
Sarah29 (Visiteur)

Le sexe c’est pour les chomeurs et les bons a rien. La preuve : les populations qui font le plus d’enfants sont les plus illettrees.

1 vote
par garisamui (IP:xxx.xx0.65.203) le 28 septembre 2011 a 17H52
garisamui (Visiteur)

l’auteure : vous aussi ?!?!?! alors arrêtez d’écrire des conneries vous aussi vous aurez du temps pour baiser...

on s’en tape de ces gonzesses mal baisées, mais alors d’une force...... !!!!!

1 vote
par serviteur (IP:xxx.xx9.104.185) le 28 septembre 2011 a 17H57
serviteur (Visiteur)

Quelqu’un a t il prit la peine de lire le corps de l’article ?

=> "En Afrique, en tout cas, les femmes de pouvoir se détourneraient du sexe. "

=>"En Afrique"

Ai je besoin de développer sur les différences culturelles et l’épidémie de VIH qui expliquent probablement cette étude ?

Donc les commentaires précédents....

4 votes
par Icarus (IP:xxx.xx6.27.253) le 28 septembre 2011 a 18H01
Icarus (Visiteur)

Je trouve que Carie Muntifering tire des conclusions hâtives et misogynes en prétendant que la pauvreté de la vie sexuelle de ces femmes de pouvoir serait un choix délibéré. Car qu’est-ce qui démontre que ce ne sont pas plutôt les hommes qui éprouvent des difficultés à faire l’amour aux femmes qui leur en imposent... ;-)

2 votes
par patty42 (IP:xxx.xx8.96.5) le 30 septembre 2011 a 14H05
patty42 (Visiteur)

bravo ,au final,ce ne sont pas les femmes de pouvoirs qui ne font pas l’amour ce sont les hommes qui ont peur des femmes de tete.Tous les mous de la tige sont en réalité les amants illusoires de femmes affranchies de la male attitude et qui ont appris a dire qui quand comment et ou sans etre pour autant des putes et ca ces messieurs ont bien du mal a l’integrer.

7 votes
(IP:xxx.xx3.122.92) le 28 septembre 2011 a 22H42
 (Visiteur)

Enorme cet article !

Enormes les commentaires de crétins.

L’osmose totale...

0 vote
par htu (IP:xxx.xx6.68.210) le 28 septembre 2011 a 23H04
htu (Visiteur)

Dans la plupart des sociétés africaines les femmes ont énormément de pouvoir. Je crois que l’étude (si on peut parler d’étude) a été faite sur des femmes qui n’était pas a égalité avec les hommes mais qui les dominés. Les femmes ne sont pas attirés par les hommes qu’elles considères soumis, les femmes dans la majorité des cas chercheront un homme qui a un statut social égal ou supérieur au leurs. A cela on peut rajouter qu’une femme de pouvoir n’excite pas un homme, de plus pour avoir le pouvoir il faut bien souvent avoir un certain age et disons le franchement a partir d’un certain age plus de 40 ans la plupart des femmes sont bonnes pour la poubelles. Et pour finir beaucoup de femmes se servent du sexe comme d’un moyen de domination/manipulation sur les hommes.

1 vote
par dom y loulou (IP:xxx.xx9.108.218) le 28 septembre 2011 a 23H57
dom y loulou (Visiteur)

(à l’auteur cette question)

et alors ?

1 vote
par serge42 (IP:xxx.xx3.52.202) le 29 septembre 2011 a 08H44
serge42 (Visiteur)

Et l’inverse est il vrai ? Les hommes de pouvoir ont ils moins de rapports sexuels que leurs homologues sans pouvoir ? La question peut se poser ? Elle est même légitime, le pouvoir et les tracasseries décisionnelles qui l’accompagnent ne sont elles pas inhibantes pour le commun des mortels, hommes ou femmes. Ne sommes nous pas tous atteints ’d’abstinence" lorsque nous sommes plongés dans le désarroi des problèmes de la vie moderne ?

Serge Guarneri

1 vote
par lalita (IP:xxx.xx7.5.239) le 29 septembre 2011 a 12H59
lalita (Visiteur)

Les femmes de pouvoir sont très occupées par leur vie professionnelle et leurs engagements politiques ou autres. Elles doivent y ajouter une multitude de préoccupations familiales alors comment pourraient elle avoir encore de l’énergie et le temps pour des rapports fréquents... ?

Ceci dit en matière de sexe quantité ne veut pas dire qualité....Le pouvoir exige forcement des sacrifices, pourquoi les femmes sont toujours culpabilisées de ne pas être sur tous les fronts ?

1 vote
par Brenner (IP:xxx.xx9.50.65) le 30 septembre 2011 a 06H40
Brenner (Visiteur)

Il est tout à fait compréhensible qu’une femme dominatrice ne supporte pas d’être dominée ! Car dans la relation sexuelle il y a domination alors si en plus le mâle est un type insignifiant alors, être dominée agace la femme intelligente et à forte personnalité.

1 vote
par argos (IP:xxx.xx7.112.24) le 30 septembre 2011 a 11H16
argos (Visiteur)

Les femmes de pouvoir (politiciennes, dirigeantes de sociétés ...) sont simplement beaucoup moins attrirantes sexuellement. Ceci vaut aussi pour les hommes de pouvoir (généralement ventripotents et bouffis).

Ou peut-etre, a l’inverse, va-t-on rechercher le pouvoir pour combler la frustation sexuelle, le sentiment de ne pas etre bien dans sa peau : il serait facile d’étayer ce constat si on faisait passer des tests psychiatriques aux hommes et femmes de pouvoir - beaucoup sont gravement déséquilibrés.

1 vote
par Seb (IP:xxx.xx0.35.181) le 30 septembre 2011 a 14H44
Seb (Visiteur)

Une autre conclusion de cet article : les femmes ayant un "grand" pouvoir aurait elle peur de ne pas pouvoir controler la situation au cours de l’acte ? dominer "physiquement" par l’homme leur parait insurmontable ??