Accueil du site
> Psycho & Sexo > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Nez : Il y a bien un effet Pinocchio si vous mentez
Nez : Il y a bien un effet Pinocchio si vous mentez
rubrique
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
10 décembre 2012
Auteur de l'article
Patrick Rollo, 495 articles (Rédacteur)

Patrick Rollo

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
495
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Nez : Il y a bien un effet Pinocchio si vous mentez

Nez : Il y a bien un effet Pinocchio si vous mentez

La magie reposerait-elle sur une part de vérité ? En cas de vilain mensonge, notre nez ne s’allonge certes pas comme celui de Pinocchio. Mais il y aurait un peu de ça tout de même : Selon des chercheurs de l’Université de Grenade, en Espagne, le nez se réchaufferait au moindre petit mensonge.

Et si Carlo Collodi, l’auteur de Pinocchio, le personnage popularisé par Disney, n’avait pas tout à fait tort ? Les psychologues Emilio Gómez Milán et Elvira Salazar López, de l’Université de Grenade, en Espagne, ont mené une étude révélant que le nez a tendance à chauffer lorsqu’une personne ment. Armés d’une caméra, les auteurs ont plus exactement utilisé la technique de la thermographie pour mesurer l’activité mentale et émotionnelle chez un groupe de volontaires.

Lorsque les cobayes ont annoncé des contre-vérités, leur nez se réchauffait, gonflait légèrement et est devenu plus rouge alors que le reste du visage tendait vers une couleur jaune orangé. Ce phénomène constaté, resté assez discret certes, serait le fruit d’une baisse d’activité de l’insula, ou cortex insulaire, la partie du cerveau chargée, entre autre, de réguler la température de notre corps et de notre conscience. Et cette dernière se dérègle au moindre phénomène inhabituel touchant les émotions, et en premier lieu le stress. A des degrés divers donc, le mécanisme implique d’autres parties du corps pour des ressentis liés à l’anxiété, l’empathie ou encore le désir sexuel.

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Nez Mensonge