Accueil du site
> Psycho & Sexo > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Métro, boulot, dodo : un danger pour le sexe
Métro, boulot, dodo : un danger pour le sexe
rubrique
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
17 avril 2012 | 1 commentaires
Auteur de l'article
Henri de Miebenthal, 476 articles (Kinésithérapeute)

Henri de Miebenthal

Kinésithérapeute
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
476
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Métro, boulot, dodo : un danger pour le sexe

Métro, boulot, dodo : un danger pour le sexe

Une étude menée en France par l’institut Technologia et conduite auprès de plus de 1000 salariés a évalué les effets négatifs du travail sur l’épanouissement sexuel. Et les résultats ne sont pas vraiment réjouissants : Le stress engendré par le boulot aurait un effet négatif sur la libido, impactant donc directement sur la sexualité.

A n’en pas douter, cette étude devrait faire parler d’elle autour de la machine à café. Et elle pourrait inciter certains salariés à se révolter contre les dossiers urgents de la dernière heure qui entrainent des heures sup ! En effet 66,6% des Français interrogés par l’institut Technologia (connu pour ses travaux sur les suicides chez France Telecom et Renault) ont répondu sans détour que le stress au travail a pour conséquence une baisse du désir sexuel. Et la proportion monte même à 70% chez les cadres. Par ailleurs, les femmes sont davantage affectées que les hommes.

Le quotidien Libération, qui a publié l’enquête, a interrogé le directeur général de l’institut à l’origine des observations, Jean-Claude Delgenes. Celui-ci estime qu’une des principales causes du problème est «  la grande porosité entre vie privée et vie professionnelle, notamment du fait des nouvelles technologies. Car en effet, comment préserver son intimité quand un coup de fil important peut arriver à toute heure de la nuit ? ». Résultat, on constate des troubles de l’érection chez l’homme, et des difficultés à accéder au plaisir chez la femme ». Pour Catherine Solano, médecin sexologue, la solution dans le cas présent serait tout simplement de décrocher et de « chasser son patron du lit conjugal ».

Mais s’il n’y avait que cela… Bien d’autres facteurs entrent en compte, à commencer par la fatigue (72% des personnes interrogées avouent être trop épuisées après une journée de travail), la pression au travail, et le manque de temps du fait des transports et des horaires contraignants (un phénomène surtout constaté en Ile-de-France et chez les ouvriers). Certains des sondés se voient ainsi contraints de cantonner leur vie sexuelle aux week-ends ou aux vacances. Dans ce tableau plutôt sombre, une petite éclaircie se dessine néanmoins : Comme le rappelle Catherine Solano, « plus d’un couple sur deux se forme au travail ».
 

Inscrivez-vous à la newsletter !
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
1 vote
(IP:xxx.xx5.55.146) le 18 avril 2012 a 20H11
 (Visiteur)

Ce qui est dangereux pour le sexe, c’est dans faire une raison de vivre !