Accueil du site
> Psycho & Sexo > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Luka Rocco Magnotta : Le Canadian Psycho arrêté à Berlin
Luka Rocco Magnotta : Le Canadian Psycho arrêté à Berlin
rubrique
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
4 juin 2012 | 1 commentaires
Auteur de l'article
Henri de Miebenthal, 476 articles (Kinésithérapeute)

Henri de Miebenthal

Kinésithérapeute
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
476
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Luka Rocco Magnotta : Le Canadian Psycho arrêté à Berlin

Luka Rocco Magnotta : Le Canadian Psycho arrêté à Berlin

Luka Rocco Magnotta, un jeune Canadien accusé d’avoir commis le meurtre sauvage d’un étudiant à Montréal fin juin, a débarqué dans la région parisienne.... avant de prendre la route pour Berlin, où il a été arrêté. L’homme a un parcours tortueux et une personnalité particulièrement machiavélique. Magnotta est-il un psychopathe ? un sadique pervers ? Mystère. Les zones d’ombres parsèment sa vie. Les deux psychiatres canadiens Pierre Mailloux et Gilles Chamberland préviennent d’emblée : Luka Magnotta serait dans un esprit de récidive.

Son meurtre présumé à l’aide d’un pic à glace d’un homme ligoté puis le dépeçage de son corps a été filmé et publié sur le Net, avec en accompagnement une chanson du film American Psycho. Des morceaux du corps ont été envoyés par la poste à des partis politiques. Difficile de cerner le tueur. La recherche de détails sur sa vie passée se heurte à la protection de la vie privée, très stricte au Canada. La notice émise par Interpol décrit le personnage comme un homme de 29 ans, brun aux yeux bleus et mesurant 1,78m pour 61kg. Mais la tâche des enquêteurs est ardue : Luka Rocco Magnotta, narcissique se disant « incroyablement beau », est très porté sur l’esthétique, se teignant parfois les cheveux, portant des perruques et pouvant se déguiser en femme. Il n’aurait plus aucun contact avec sa famille, établie dans les environs de Toronto, depuis un bon bout de temps, et il n’est pas aisé de trouver un confident.
 
Faut-il alors accorder du crédit à la littérature prolifique que Magnotta, qui se décrit comme « un survivant de la maladie mentale », a laissé sur Internet ? L’empreinte de ce garçon bisexuel, ancien prostitué, acteur porno raté et candidat à une émission de télé réalité, est particulièrement tordue. Parmi les morceaux choisis : « Je suis naturellement attiré par les morts. Je n’ai pas honte. En 2003, j’ai découvert le corps momifié d’un jeune homme dans une voûte, dans une église. Je suis tombé amoureux de lui. Je voulais l’amener chez moi ». Il était sous la tutelle d’une grand mère violente et aurait été battu et abusé sexuellement. Il aurait ensuite cédé à l’alcool et à la drogue et serait devenu maniaco-dépressif.
 
La chroniqueuse transexuelle canadienne Nina Arsenault, qui a eu une liaison avec lui il y a une dizaine d’années, s’est confiée au Toronto Star : « Il est devenu escort et strip-teaser à l’âge de 18 ans, prenant le pseudonyme d'"Ange" dans un bar gay de Toronto, le Remington’s. Il était souvent en colère, se cognant parfois la tête contre le mur sous la douche ou se battant dans la rue. Il était manipulateur, menteur, irrascible et souvent autodestructeur ». Plus récemment, il se serait filmé en train d’asphyxier des chatons et de les donner, vivant, à des pythons pour les nourrir. Des observateurs le comparent désormais à un émule d'Hannibal Lecter.
 
Gilles Chamberlain, médecin psychiatre à l’hôpital du Sacré-Cœur de Montréal, avoue n’avoir encore rien vu de tel : « Luka Rocco Magnotta aurait souffert de beaucoup de frustrations, ce qui l’aurait rendu narcissique, antisocial et histrionique [c’est à dire qu’il serait habité par un désir intense d’être le centre d’attention, le poussant ainsi à utiliser la dramatisation, la théâtralisation et la séduction pour être sous les regards des autres, ndlr]. » Le docteur Chamberland estime qu’ « il a fini par nier sa souffrance en cherchant un exutoire dans l’action. C’est plus que de la psychopatie : C’est de la perversion sous forme de sadisme poussé à l’extrême. Le plus terrifiant c’est que les gestes du tueur seraient ancrés dans la réalité : Il est conscient du moindre de ses mouvements. Quelqu’un qui est en proie à une hallucination ne pourrait procéder aussi méthodiquement ».
 
Le psychologue canadien Hubert Van Gijseghem, expert dans le domaine psycholégual, n’est pas aussi catégorique : « Magnotta peut être en contact avec la réalité tout en nageant en plein délire. Ce n’est pas incompatible. Par ailleurs, l’envoi de parties d’un corps à des partis politiques peut indiquer une pathologie très profonde, teintée d’idéologie. Le tueur pourrait être entré dans une phase psychotique ». Pour Pierre Mailloux, psychiatre canadien spécialisé en traitement de schizophrénie sévère, nous serions précisément face à un psychotique : « La psychose dans ce cas présent pourrait résulter d’une consommation de drogue ou d’une schizophrénie non traitée. Et l’organisation méticuleuse de Luka Rocco Magnotta a pu avoir lieu dans un état de psychose ». Mais le docteur Mailloux est tout aussi démuni face à l’aspect du crime : « C’est un comportement bizarre. Il n’y a pas d’explication logique. Selon toute apparence le cerveau de Magnotta ne fonctionne pas bien ».

L’ensemble des experts en conviennent, il serait extrêmement difficile de guérir un tel individu, sous doute atteint par un trouble de la structure de pensée : « Il pourrait revenir à la réalité, mais une fois son traitement passé, il va recommencer à sombrer. Et les risques de récidive dans ce cas précis sont très élevés ».

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
1 vote
par Decrauze (IP:xxx.xx3.58.203) le 5 juin 2012 a 00H29
Decrauze (Visiteur)

Un fait divers, une barbarie individuelle de plus, mais cela ne doit pas nous faire occulter les atrocités institutionnalisées, pernicieuses, qui rythment notre époque, ni plus ni moins que les périodes antérieures, d’ailleurs. De là à développer sa fibre misanthropique : ôte-toi de mes ténèbres, tu m’indiffères ! Cf. http://pamphletaire.blogspot.fr/sea...