Accueil du site
> Psycho & Sexo > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Les jeunes femmes britanniques ne savent pas où est leur vagin
Les jeunes femmes britanniques ne savent pas où est leur vagin
rubrique
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
4 septembre 2014
Auteur de l'article
Camille, 453 articles (Rédacteur)

Camille

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
453
nombre de commentaires
88
nombre de votes
405

Les jeunes femmes britanniques ne savent pas où est leur vagin

Les jeunes femmes britanniques ne savent pas où est leur vagin

Dans le cadre d’une étude de prévention de lutte contre les cancers féminins, l’association britannique Eve Appeal, spécialisée dans ce domaine, a interrogé des femmes vivant en Grande-Bretagne, afin de savoir quelle représentation se font-elles de leurs propre corps.

 

Un millier de femmes âgées de 26 à 75 ans ont ainsi été interrogé sur un schéma médical.

 

A l’issu de cette expérience, il s’est avéré que la moitié des femmes âgées entre 26 et 35 sont incapables de situer exactement leur vagin, le canal musculo-muqueux qui s'étend de l'utérus à la vulve. En revanche, les âges de 66 à 75 ans savent le situer à 80%.  

 

Cette inculture des plus jeunes est liée à une méconnaissance de leur appareil génital. Elle est susceptible d’être engendrer par le manque de suivis gynécologique.

 

En effet, 1/3 des britanniques âgées entre 16 et 35 ans refusent de consulter un gynécologue, si elles ressentent une gêne quelconque à cette partie de leur corps de peur d'être « gênée ou embarrassée ».

Ne connaissant pas leur physionomie, 65% des jeunes femmes sont embarrassées par l'utilisation des mots « vagin » ou « vulve » et leur préfèrent les termes « parties féminines ». De plus, d’un point de vue sociétale, une britannique qui épanouie sexuellement est généralement mal à l’aise pour parler de ses parties intimes avec un médecin imposé par le système de santé.

 

Pour l’association ces résultats sont désastreux et mettent en évidence un risque sanitaire car cette ignorance expose les femmes à un diagnostic trop tardif d’un potentiel cancer de l’utérus. « Ces cancers ont des conséquences dramatiques avec un taux de mortalité de 40%. Connaître et détecter les symptômes peut sauver une vie. C’est pourquoi nous exhortons les femmes à parler plus librement », martèle la directrice de l'association.

SOURCES

  • Source : Slate.fr

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Cancer Vagin