Accueil du site
> Psycho & Sexo > Etudes Scientifiques
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Le Secret du bonheur
Le Secret du bonheur
rubrique
note des lecteurs
date et réactions
21 octobre 2011 | 3 commentaires
Auteur de l'article
Frédéric Duval-Levesque, psychopraticien et hypnothérapeute, 156 articles (Psychopraticien certifié)

Frédéric Duval-Levesque, psychopraticien et hypnothérapeute

Psychopraticien certifié
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
156
nombre de commentaires
2
nombre de votes
83

Le Secret du bonheur

Le Secret du bonheur

Comptez vos petits bonheurs quotidiens !

Les Français sont les champions du monde de la mauvaise humeur, dit-on.

Et si on renversait la vapeur ?

Et si au lieu de râler, on comptait tous les petits plaisirs du quotidien en étant reconnaissant de leur existence ?

C’est en tout cas une clé importante du bien-être physique et psychologique, preuves scientifiques à l’appui.

Il existe de nombreuses études sur les bénéfices du sentiment de gratitude sur la santé et la longévité.

La gratitude aide notamment à lutter contre la dépression ainsi que le montre une synthèse d’études récente (1). Difficile néanmoins de comprendre par quels mécanismes la gratitude est liée au bonheur et au bien-être. Pour élucider ce mystère, deux chercheurs américains, Robert A. Emmons et Michael E. McCullough ont tenté trois expériences (2).

Dans la première et la seconde, plus de 300 étudiants en psychologie ont soit fait la liste des choses vécues ou ressenties pour lesquelles ils se sentaient reconnaissants, soit celle des tracas qu’ils avaient rencontrés, ou encore celle des événements qui avaient selon eux eu un impact sur leur vie. Parallèlement, ils rapportaient leur humeur, leur activité sportive et leurs éventuels symptômes physiques. Les rapports étaient hebdomadaires dans la première étude (9 semaines en tout), quotidiens dans la seconde (sur deux semaines).

Dans la dernière expérience, 65 personnes souffrant de maladie neuro-musculaire ont noté quotidiennement (pendant 21 jours) leur humeur, leur activité physique et leur état de santé. 33 d’entre elles ont aussi fait la liste des événements pour lesquels elles ressentaient de la gratitude, de leurs petits bonheurs quotidiens.

Résultats : dans les trois expériences, ce sont les personnes qui listaient les événements pour lesquels elles se sentaient reconnaissantes qui ont montré le meilleur niveau de bien-être. Prendre conscience des petits événements positifs que l’on vit chaque jour entraîne ainsi des bénéfices émotionnels et interpersonnels non négligeables.

Réjouissons-nous et remplissons toujours le verre de notre gratitude (celui qui est à moitié plein, pas celui à moitié vide).

Pour cela, vous pouvez lister régulièrement les événements, les personnes, les ambiances qui vous emplissent de joie ou vous donnent envie de remercier la vie. Ou pensez-y quand vous vous lavez les dents par exemple ! Vous pouvez aussi suivre la méthode proposée par Emmanuel Pascal dans « Les 3 émotions qui guérissent ».

A la clé : une meilleure qualité de relations avec les autres, un mieux être évident, une humeur au beau fixe… et, bien sûr, une meilleure santé.

Frédéric Duval-Levesque, psychopraticien et hypnothérapeute. Mon blog: PSYCHOTHERAPIE - SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE - COACHING (à Toulouse)

SOURCES

  • lanutrition.fr, expériences de vie, (1) Lambert NM, Fincham FD, Stillman TF : « Gratitude and depressive symptoms: The role of positive reframing and positive emotion ». Cogn Emot. 2011 Sep 19. (2) Robert A Emmons, Michael E. McCullough : « Counting Blessins Versus Burdens : An Experimental Investigation of Gratitude and Subjective Well-Being in Daily Life ». Journal of Personality and Social Psychology 2003, vol 84, n°2, 377-389.
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Bonheur Bien-être Santé
Commentaires
0 vote
par Lousk (IP:xxx.xx5.144.4) le 29 octobre 2011 a 17H15
Lousk, 3 articles (Étudiant en psychologie)

Bon article détaillant un petit aspect de la psychologie positive, mais rappelons que "thérapeute en psychothérapie", "psychopraticien", "coach" et toutes les appellations du genres ne sont pas contrôlées et ouvertes à n’importe qui - je dirai même qu’elles témoignent que la personne n’a pas de qualification officielle.

"Amateur" serait plus honnête.

À bientôt !

2 votes
par Marc26 (IP:xxx.xx0.19.33) le 29 octobre 2011 a 18H06
Marc26 (Visiteur)

Tiens, un jaloux ! Qui fait le gendarme... et décie ce qui est bien et pas bien ! Parce que vous croyez qu’avoir un diplôme universitaire fait la compétence ? Sortez de chez vous...

0 vote
par Lousk (IP:xxx.xx5.144.4) le 29 octobre 2011 a 23H59
Lousk, 3 articles (Étudiant en psychologie)

Ni jaloux, ni gendarme, ni moraliste, ni phobique social. Je suis d’accord avec vous sur le fait qu’un diplôme universitaire en clinique (surtout en France) ne fait pas la compétence. Simplement, c’est souvent un meilleur indicatif que les faux titres. Je pourrai moi aussi mettre une plaque de "psychopraticien" devant ma porte, mais par honnêteté intellectuelle je préfère me considérer étudiant donc "amateur".