Accueil du site
> Psycho & Sexo > Polémiques & Débats
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Le polyamour : quand aimer rime au pluriel !
Le polyamour : quand aimer rime au pluriel !
rubrique
note des lecteurs
date et réactions
11 août 2011 | 3 commentaires
Auteur de l'article
R. Bartet, 52 articles (Journaliste )

R. Bartet

Journaliste
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
52
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Le polyamour : quand aimer rime au pluriel !

Le polyamour : quand aimer rime au pluriel !

Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir, François Mitterrand, Virginia Woolf…Tous avaient en commun d’être de célèbres polyamoureux !
Ce néologisme anglais désigne un courant qui revendique des amours multiples et simultanés : le droit d’aimer plusieurs personnes à la fois, une façon de vivre sans entraves et le refus de se limiter à une seule relation. Cette nouvelle philosophie et ce choix de vie au centre desquels on trouve des valeurs comme le respect et l’honnêteté bouleversent les conventions établies et le modèle traditionnel du couple. Loin du libertinage, de l’échangisme ou même de l’infidélité, le polyamour dérange pourtant.
On reproche aux polyamoureux la peur de l’engagement, la quête d’un amour impossible.
Zoom au cœur d’une nouvelle tendance entre effet de mode, phénomène de société ou avenir du couple.

Ils s’appellent Charlotte, Nicolas, Christophe et Julia. Tous sont jeunes, actifs et citadins. Leur histoire ressemble à celle de nombreux autres jeunes de leur âge, sauf qu’ils sont ensemble… Sur leur blog, Poly4mour, ils font état de leur vie amoureuse, quelque peu différente des autres. Charlotte est avec Christophe depuis 5 ans, mais elle est tombée amoureuse de Nicolas en 2010…juste après la rencontre de Christophe et Julia ! Vous suivez ? « Jamais 2 sans 3 », telle semble être leur devise, qui vire parfois au « Déjà qu’à deux c’est compliqué !  ».
 
 

Amours multiples et polydésirs : une nouvelle philosophie de la relation sentimentale

Au cœur de ce concept, il y a le droit d’aimer plusieurs personnes à la fois. Très différent de l’échangisme, le polyamour implique des relations exclusives avec la ou les personnes qu’on choisit d’aimer librement. Il n’y a pas non plus de notion d’adultère ou d’infidélité car l’honnêteté est une composante essentielle au sein de cet amour basé sur la sincérité des sentiments. « Ne rien se cacher et rester attentif à ce que ce soit bien vécu par tous » témoigne Guilain, fondateur du site Amours.Pluriels dans un article du journal Nord Eclair, tout en ajoutant « Le reste est fonction des envies et des limites de chacun ». Pas de cachotterie, mais une relation franche et assumée. Le refus de se limiter à une seule relation est une liberté qu’ont choisie les adeptes du polyamour. Derrière cet état d’esprit, il y a surtout le refus d’être la propriété d’une seule personne ou la non possession. La notion même de couple est réfutée. Éviter la symbiose parfois étouffante jugée dangereuse pour multiplier son pouvoir de séduction et faire d’autres rencontres au gré du hasard ou fréquenter d’autres personnes.
 
Apparu dans les années 60 aux États-Unis, puis popularisé dans les années 90 en Europe, le polyamour est pourtant différent de la liberté sexuelle des hippies, car non assimilé a un but révolutionnaire ou anarchiste. Il aurait toujours existé sans en avoir le nom. On retrouve par exemple des traces de cette notion dans les sociétés utopistes du 19ème siècle de Fourier, puis avec les mouvements intellectuels français des années 30, incarnés par Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir.
 
 

Un phénomène de société attirant et choquant…

Largement popularisé par les médias depuis 2010, on ne compte plus aujourd’hui les reportages, émissions de radios ou articles qui lui sont consacrés. Sur le site français Polyamour.info, une rubrique « Appels à témoignages pour les médias » a même été créée. Dans de nombreuses villes de France, des rencontres poly sont également organisées pour leur permettre de se rencontrer entre eux.
 
Un intérêt croissant porté à ce concept qui suscite souvent la passion et des débats controversés, la curiosité autant que le dédain. Ce choix de vie, vécu souvent sans culpabilité, est pourtant mal perçu en société et dérange. Difficile de comprendre sans juger, c’est ce que regrettent les polyamoureux qui bousculent les conventions établies : couple, mariage, monogamie…. Si nombreux leur reprochent une absence de relations stables, l’incapacité de s’engager, par peur ou par lâcheté, d’autres y voient aussi une quête jamais assouvie, la recherche d’un(e) partenaire idéal(e) non atteignable. A cela, les polyamoureux rétorquent qu’ils se lient par plusieurs promesses et un engagement plus vrai. Ils pensent également en termes d’inclusion. Un partenaire ne chasse pas l’autre, mais vient s’y ajouter. Ils cultivent ainsi une riche diversité révélant différentes facettes de leur personnalité selon leur partenaire. Parlant également de polyfidélité, les polyamoureux assurent avoir un même besoin de dialogue, un même consensus de règles à établir et une même approche pragmatique de leur relation qu’au sein des couples « traditionnels ».
 
 

Réinventer un nouveau schéma amoureux ?

Sont-ils pour autant heureux, comme se demandait un article du magazine Psychologie qui leur était consacré ? Il peut en effet sembler difficile de dépasser la jalousie ou de ne pas se sentir en concurrence. Si certaines personnes sont en couple de façon non exclusive, d’autres oscillent entre plusieurs relations. Certains ont même des enfants et une « famille ». Tous semblent pourtant partager la même tentative de concilier l’amour.
 
Le polyamour est-il alors une mode passagère, comme le pensent certains, ou plutôt un phénomène de société dans lequel les individus s’affranchiraient des carcans et contraintes d’une relation de couple pour ne garder que l’utile et l’agréable ? Face à l’augmentation du nombre de divorces et la mise en difficulté du couple traditionnel, le polyamour pourrait-il rassembler les partisans d’un nouveau modèle amoureux ?
 
D’après un sondage BVA Francoscopie, 41% des Français estiment que l’on peut être amoureux de 2 personnes à la fois et les ouvrages sur la question abondent : citons notamment Inventer le couple, de Philippe Brenot, Théorie du corps amoureux de Michel Onfray ou encore Il n’est jamais trop tard pour aimer plusieurs hommes de Françoise Simpère, elle-même polyamoureuse. Les poly-amoureux, en brisant la norme amoureuse réinventent une manière différente de vivre l’amour qu’un adepte résumait ainsi : « La bonne personne au bon moment sans perdre le reste  ». Le reflet d’une époque où individualisme et liberté prennent le pas sur l’engagement dans la durée.
 
 
Pour approfondir, un reportage quebequois de 2010 :
 
 
 
 
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Couple Amour Polyamour
Commentaires
0 vote
par caramelo (IP:xxx.xx6.34.98) le 11 août 2011 a 13H01
caramelo (Visiteur)

"On reproche aux polyamoureux" ... "Un intérêt croissant porté à ce concept qui suscite souvent la passion et des débats controversés, la curiosité autant que le dédain. Ce choix de vie, vécu souvent sans culpabilité, est pourtant mal perçu en société et dérange. Difficile de comprendre sans juger" ...

— > Ah ben dès que c’est différent et hors de la norme...

0 vote
par Luc-Laurent Salvador (IP:xxx.xx8.9.152) le 12 août 2011 a 21H59
Luc-Laurent Salvador (Visiteur)

Bon papier, informatif, qui donne envie d’en savoir plus et donne aussi les moyens. Bravo.

0 vote
par Gaiagala (IP:xxx.xx1.124.118) le 21 août 2011 a 00H34
Gaiagala (Visiteur)

Je suis une femme fidèle et équilibrée et pourtant je me rend bien compte qu’il est possible d’aimer vraiment des Personnes différentes avec tendresse sensualité et respect... On aime sans limite en acceptant les différences et le goùt de Liberté de l’autre... il n’est pas facile d’en parler et celà peut-être mal "vu" Mais c’est un Fait surtout à l"age de la Maturité ... Libre des contraintes d’une famille parentale, les enfants grands et indépendants Se limiter à une seule personne c’est rétrécir son univers ou prendre le risque de s’enfermer dans une relation de dépendance amoureuse douloureuse... Rencontrer Le Vrai Amour en une Personne est Rare, surtout si on est Créatif sensible et Humain . Nous ne cessons pas d’évoluer avec le temps, bien au contraire ! Il faut éliminer tout nos anciens filtres , barrières de perceptions érronées obsolètes pour avancer vers un chemin plus riche de Partages et nettement plus Passionnant et joyeux... Aimez vous les uns les autres mais, aimez-vous Bien ! Il n’est pas question que de sexualité là , exclusivement ! Les échanges spirituels et affectifs tiennent aussi une trés grande place....