Accueil du site
> Dossiers > La santé par les plantes
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Le millepertuis : aussi efficace que les anti-dépresseurs ?
Le millepertuis : aussi efficace que les anti-dépresseurs ?
rubrique
note des lecteurs
date et réactions
1er avril 2009 | 4 commentaires
Auteur de l'article
Frédéric Duval-Levesque, psychopraticien et hypnothérapeute, 156 articles (Psychopraticien certifié)

Frédéric Duval-Levesque, psychopraticien et hypnothérapeute

Psychopraticien certifié
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
156
nombre de commentaires
2
nombre de votes
83

Le millepertuis : aussi efficace que les anti-dépresseurs ?

Le millepertuis : aussi efficace que les anti-dépresseurs ?

Le millepertuis : une plante utilisée depuis longtemps en Europe pour le traitement de la dépression ! Elle serait efficace pour traiter la dépression de sévérité légère à modérée selon une nouvelle étude allemande, qui a analysé 29 recherches publiées sur le sujet.

Le millepertuis : aussi efficace que les anti-dépresseurs ?“Dans l’ensemble, nous avons constaté que des extraits de millepertuis avaient une efficacité supérieure aux placebos et égale aux antidépresseurs, avec moins d’effets secondaires, dit Klaus Linde du Centre for Complementary Medicine à Munich, principal auteur.
 
La plante Hypericum perforatum (millepertuis) produit différentes substances qui peuvent avoir des propriétés antidépressives, mais l’extrait entier est considéré comme plus efficace.
 
Les études analysées impliquaient 5489 personnes ayant les symptômes de la dépression majeure. Dans toutes ces études, la sévérité des symptômes étaient évaluée au moyen de l’Échelle de dépression de Hamilton. Les doses d’extraits de millepertuis utilisées variaient entre 500 et 1200 mg.
 
Non seulement le millepertuis était-il aussi efficace que les antidépresseurs pour traiter la dépression majeure de sévérité légère à modérée, mais moins de participants abandonnaient les essais en raison des effets secondaires : comparativement aux antidépresseurs ISRS, ils étaient 47% moins susceptibles d’abandonner.
 
Le tableau d’ensemble est cependant compliqué par le fait que les résultats sont plus favorables dans les essais menés dans des pays de langue allemande où le millepertuis a une longue tradition et est souvent prescrit par les médecins.
Les chercheurs mettent en garde contre le fait que le millepertuis peut parfois affecter l’action de certains médicaments.
 
Par ailleurs, précisent-ils, les produits sur le marché varient considérablement dans leur composition, ce qui est le problème courant avec les produits de phytothérapie et autres produits naturels de santé. Les résultats de cette analyse ne s’appliquent qu’aux préparations testées, commentent-ils.
 
Des effets secondaires possibles du millepertuis seraient une photosensibilité (sensibilité à la lumière du soleil qui peut entraîner des coups de soleil, des éruptions cutanées, des maux de tête, de la fatigue et d’autres symptômes de photosensibilité), une sécheresse de la bouche, une fatigue, des nausées bénignes, des étourdissements et de la confusion.

Sources :
Linde K, et al "St John’s wort for major depression" Cochrane Reviews 2008 ; 4 : CD000448.
 
Frédéric Duval-Levesque, psychopraticien et hypnothérapeute. Mon blog: PSYCHOTHERAPIE - SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE - COACHING (à Toulouse)
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
5 votes
par mr-bienetre (IP:xxx.xx7.214.121) le 4 avril 2009 a 10H09
mr-bienetre (Visiteur)

"Le millepertuis : aussi efficace que les anti-dépresseurs ?"

Vu le jour et le mois ou cet article a été publié, je me suis demandé s’il ne sagissait pas d’une blague ! :-))

Et cela me surprend d’autant plus que l’auteur en question n’écrit pas que des bétises d’habitude, mais là...

Pour commencer, vous connaissez des anti-dépresseurs "classiques" efficasses ?

Les anti-dépresseurs de la famille du prosac ne peuvent en aucun cas être efficasse dans le traitement d’une dépression par exemple ou de quelconques pathologies de ce type...la seule chose de "positif" qu’ils puissent faire c’est à la rigeur de soulager le patient mais derrière de l’intoxiquer gravement et ce type de "traitement" provoque divers effets secondaires bien connu et surtout enfin reconnu aujourd’hui...et à haute dose ou en utilisation prolongé, leurs toxicités peuvent déclancher de graves séquelles, aboutissant à une acoutumence et placer l’individu dans une pharmaco-dépendance parfois irréverssible !!!

Ensuite : est-ce que le millepertuis serait efficasse contre la dépression telle qu’on l’entend ? Pour l’avoir essayé moi-même et conseillé à certains de mes clients, je peux vous dire que le millepertuis peu très légèrement avoir une influence positive sur l’humeur et les angoisses des gens. Personnellement, j’utilise plutôt le millepertuis sur certaines brûlures ou piqûres d’insectes par voie externe et également comme stimulant. Mais en aucun cas, on ne peut parler de rééle efficassité même en association avec le confrénia aui est assez souvent conseillé dans les médecines naturelles dans le traitement de troubles mentaux comme la dépression. En revanche, il sera plus a conseillé dans la déprime, qui est davantage lié à une intense dépense psychique ou à un surmenage psychique plutôt qu’un profond choc émotionnel comme cela est le cas dans la dépression.

En naturopathie, pour une légère déprime, est souvent utilisé le millepertuis, le confrénia, les extraits de chaire de molusques pour leur teneur en iode et les extraits de banane notamment grâce au magnésium qu’ils contiennent.

Mais en aucun cas, le millepertuis n’aura une action curative face à un problème aussi grave que la dépression. Même les fleurs de Bach ou des plantes courament utilisées en naturopathie comme la genthiane, la valériane ou la ballote n’auront pas d’efficassité générale et durable en curatif.

En ce qui me concerne, j’obtiens d’énormes résultats en utilisant le gèl d’aloès et le lycium Chinois auxquels nous pouvons également ajouter les omega 3 et quelques probiotics. La gelée royale peut aussi avoir une action intéressante sur l’humeur du malade.

Pour plus d’infos, vous pouvez trouver mes coordonées à la rubrique "contact" sur mon site web personnel : www.fo-rever.fr

Bien cordialement,

P.B.

4 votes
par un psychiatre (IP:xxx.xx3.22.152) le 10 mars 2010 a 18H32
un psychiatre (Visiteur)

Mr bienetre vous seriez presque crédible... si vous n’aviez pas vous aussi des produits à vendre !

Votre discours est dangereux pour les gens qui souffrent de dépression sévère, maladie GRAVE qui est à l’origine de nombreuses mises en invalidités et de la plupart des 13000 suicides déplorés en France chaque année.

Vous affirmez des choses inexactes : les antidépresseurs, lorsqu’ils sont prescrits aux personnes qui en ont réellement besoin (dépression sévère) et avec la surveillance médicale adéquate, sont UTILES et EFFICACES et cela depuis plus de 50 ans, ils SAUVENT DES VIES et ne rendent JAMAIS DEPENDANTS. Non, ils "n’intoxiquent" pas les gens. Bien sûr ils peuvent provoquer des effets secondaires, réversibles et qui ne sont que rarement dangereux dans le cadre d’un suivi régulier. Certes ils ne font "que" soulager mais si vous avez déjà rencontré un patient dépressif vous savez que c’est une grande chance d’arriver déjà à un soulagement symptomatique.

Prétendre "traiter" un dépressif par des omégas 3 ou de la gelée royale est rien moins que de la non-assistance à personne en danger. A ce titre et bien oui, le Millepertuis a une efficacité démontrée (et aussi des effets secondaires, attention à ne pas idéaliser tout ce qui est "naturel").

Par contre les autres cas de "déprime" ou "dépression légère" ne bénéficieront nullement d’un simple bricolage alimentaire - qui peut cependant apporter un meilleur confort. Une psychothérapie, par contre, pas forcément très longue d’ailleurs, pourra aider à sortir LIBRE (et parfois même renforcé) d’une mauvaise passe.

Et vous au fait, quelle est votre qualification, votre expérience, votre légimité ? Où, et sur quels critères avez-vous appris à distinguer une "déprime" d’une dépression sévère ?

Attention, encore une fois, aux discours qui se révèlent plus soucieux de commerce que de santé : l’industrie pharmaceutique n’en a hélas pas le monopole...

Docteur B... G... psychiatre

0 vote
par bibiane (IP:xxx.xx1.75.202) le 31 mai 2011 a 17H52
bibiane (Visiteur)

je suis une dépressive chronique avec des périodes de dépressions profondes, ce qui est un terme fort doux pour l’état dans lequel je suis dans ces périodes, je peux vous dire que non seulement la période où j’ai accepté de prendre des antidépresseurs, ceux-ci n’ont eu aucun impact sur mon état, mais que 2 d’entre eux m’ont provoqué des problèmes de santé, dont l’un m’a envoyé chez un endocrinologue qui voulait me faire passe un IRM bien que je lui ai signalé le médicament que je prenais et lui ai donné la notice avec les effets secondaires. Ensuite j’ai dit à mon psy, que les cachets c’était fini, j’allais suffisament mal psychologiquement sans cumuler avec des problèmes physiques que je n’avais pas ! Quand à l’accoutumance au benzodiazépines, qui sont juste des camisoles chimiques, qui transforment en "zombie", qui empêche toute sensation intérieure, plus de douleur effectivement, mais plus aucun goût et plaisir à rien, aucune joie de vivre, donc ne sont en aucun cas des traitements, ils ne servent qu’à masquer le mal-être et ses causes qui continuent de vous ronger sans que vous ne puissiez plus en percevoir les dégâts. Ils ne devraient être utilisé qu’au compte-gouttes, uniquement en situation d’urgence, or ils sont délivrés à tour de bras en France, une normalisation comportementale par drogue légale distribuées sur ordonnance, ce qui est un problème de santé publique. Le sevrage est particulièrement difficile, les benzos étant des drogues dures. Ce n’est pas seulement une observation liée à mon vécu personnel, et celui de personnes croisées dans ma vie, mais le constat également de psychiatres et neuropsychiatres soucieux de comprendre et d’aider leur semblables. Pour information le site en français du professeur Ashton, sur l’action et le sevrage des benzodiazépines : http://www.benzo.org.uk/freman/index.htm Que le millepertuis ne soit pas une panacée, sûrement, mais qu’il ait des vertus thérapeutiques, comme bon nombre de plantes sûrement également. Il n’y a aucune raison de penser que les allemands sont des débiles profonds ! Ce qui est toutefois curieux c’est que suite à un reportage passé au JT il y a 6 ou 7 ans, concernant justement l’utilisation en Allemagne du millepertuis comme antidépresseur léger en place de substances chimiques, il a été retiré de toutes les pharmacies françaises sur "ordre du gouvernement" (ben oui j’ai demandé) dans les 10 jours, il restait l’étiquette "millepertuis" sur les emplacements vides de leurs rayons de plantes. La raison avancée du retrait était qu’il pourrait y avoir un interaction avec les médicaments pris par ailleurs, sans que cela puisse être contrôlé, dans la mesure où le millepertuis était en vente libre ... on reste songeur devant autant de duplicité ! Ça ne prouve pas l’efficacité du millepertuis, mais démontre que dans notre pays ce sont les labos qui font la loi, et que la santé publique leur est totalement vendue ! Vous êtes peut-être psychiatre, mais de nos jours le titre est loin de faire la compétence dans un domaine, ou peut-être pas, le net permet de se prétendre ce que l’on veut pour jouer l’autorité, mais vos assertions sur les antidépresseurs sont très éloignée de la réalité, vous êtes soit ignorant ou un croyant de la pilule miracle pour tout, soit de mauvaise foi ! Je ne crois pas aux plantes miracles non plus, inutile de me faire un procès d’intention ... c’est sur une société qui rend malade, tant physiquement que psychologiquement qu’il faudrait se poser des questions, mais c’est un autre sujet et bien trop long et complexe pour l’aborder ici !

0 vote
par corine (IP:xxx.xx0.106.197) le 13 janvier 2013 a 09H35
corine (Visiteur)

je sors d’un long et douloureux sevrage de benzos, et je confirme que prescrire ces molecules est un suicide gratuit, (dans mon cas, pour une sciatique) j ’ai fait une longue chute psychologique avec du tetrapezam, stoppé net par le médecin, et a diagnostiqué une dépression alors que qu’il n’y avait aucune raison sur ces dernieres annees, merci au millepertuis de m’avoir aidé à supporter l’enfer du sevrage