Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Le chewing-gum, mauvais pour la mémoire ?
Le chewing-gum, mauvais pour la mémoire ?
rubrique
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
2 mai 2012 | 1 commentaires
Auteur de l'article
Henri de Miebenthal, 476 articles (Kinésithérapeute)

Henri de Miebenthal

Kinésithérapeute
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
476
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Le chewing-gum, mauvais pour la mémoire ?

Le chewing-gum, mauvais pour la mémoire ?

Selon une étude menée récemment par des chercheurs de l’Université de Cardiff, au Pays de Galles, mâcher du chewing-gum aurait des conséquences négatives sur la mémoire à court terme. Cette étude, relayée par L’Express, va à contre-courant des conclusions de travaux menés aux Etats-Unis qui ont suggéré que le chewing-gum favorise la concentration.

Finalement, le chewing-gum rend-t-il intelligent ou au contraire idiot ? Une étude menée l’an dernier par la Saint Lawrence University de New York, et relayée sur le site de Futura Santé le 11 janvier dernier, avait démontré que les étudiants mâchant du chewing-gum peu avant un examen avaient de meilleurs résultats à celui-ci. La cause était entendue scientifiquement : la mastication de la gomme générerait un afflux sanguin vers le cerveau améliorant ainsi les capacités de mémorisation durant les 15 à 20 minutes qui allaient suivre. Mais voici que des chercheurs de l’Université de Cardiff, au Pays de Galles, viennent de révéler les résultats de travaux n’allant pas tout à fait dans le même sens. Tout aussi sérieux que les premiers, les scientifiques britanniques suggèrent que le chewing-gum a un effet néfaste sur la mémorisation.

Pour arriver à ces observations, les chercheurs de l’Université de Cardiff ont réuni un panel de cobayes auquel a été proposé des exercices de mémorisation. Durant cette expérience, les individus devaient restituer des listes de mots ou de chiffres après les avoir entendus une seule fois. Deux groupes ont été crées : Dans le premier, il s’agissait de mâcher du chewing-gum dans le cadre des épreuves, alors que dans le second il n’était aucunement question de gomme. Le verdict a été donné après avoir constaté que les machouilleurs ont dans leur ensemble raté des tests simples de l’épreuve, à la différence des participants de l’autre groupe. Pour les auteurs de l’étude, « les personnes ne mâchant pas de chewing-gum au cours de l’exercice retenaient davantage de choses que celles avec un chewing-gum en bouche ».

Les intéressés ont sont convaincus, « le fait de mâcher de façon répétitive incite inconsciemment à se concentre sur cette tâche, rendant le cerveau moins alerte pour se pencher sur de nouvelles épreuves. En bref, le chewing-gum monopolise une partie des ressources directement en lien avec la mémoire à court terme ». Finalement, à y regarder de près, l’étude britannique complète l’étude américaine. Elle apporte en effet des éléments nouveaux au puzzle. Pour l’expérience américaine, les étudiants avaient mâché leur chewing-gum juste avant l’épreuve, alors que les chercheurs britanniques ont distribué les chewing-gum au début de l’exercice. En outre, les chewing-gum mâchés à New York étaient parfumés, alors que ceux du Pays de Galles n’avaient aucun arôme.
 

Inscrivez-vous à la newsletter !
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
0 vote
par Pascalf49 (IP:xxx.xx4.5.20) le 2 mai 2012 a 18H48
Pascalf49 (Visiteur)

Peut-être faut-il voir un rapport avec l’aspartame ?!!