Accueil du site
> Psycho & Sexo > Polémiques & Débats
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Le centre commercial
Le centre commercial
rubrique
note des lecteurs
date et réactions
23 février 2010
Auteur de l'article
Eric, 24 articles (Magnétiseur)

Eric

Magnétiseur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
24
nombre de commentaires
9
nombre de votes
19

Le centre commercial

Le centre commercial

Je suis toujours ébahi par le comportement des automobilistes en circulation. Régulièrement, sur nos routes de campagne, je vois des dépassements dans les virages sans aucune visibilité ou alors qu'il y a une ligne blanche, un changement de voie ou de direction sans clignotant, un "stop" qui n'existe pas, un feu rouge ignoré, et, le fin du fin, la sensation d'être sur une autoroute en agglomération. Si je devais dresser un portrait robot de ces indigènes du bitume, ils auraient tous les visages - du blanc au noir - et tous les âges, de 18 à 80 ans : c'est le jeune conducteur arborant fièrement son "A" sur la lunette arrière, le papi ou la mamie atteint probablement d'un problème aux cervicales, c'est monsieur ou madame qui coupe le virage en travers pour gagner du temps et éviter d'arriver en retard à l'école... et tant pis pour celui qui vient en sens inverse, il n'a qu'à faire plus attention ! Sur l'autoroute, les comportements ne se transforment pas beaucoup puisqu'une trois voies se réduira à deux voies à cause de ceux qui circulent uniquement et sans aucune raison sur la voie du milieu. J'ignore ce qui fait que certains automobilistes se demandent pourquoi les gendarmes ne sont pas "au bon endroit" pour constater toutes ces infractions ! Il y a le guet-apens des forces de l'ordre sur des voies "sans histoire" alors que leur présence serait manifestement plus "préventive" 2 kilomètres plus loin (ou simplement plus "sur le terrain" ) en dehors des heures de pointe... Et je passe sous silence le fait qu'ils puissent ignorer qu'un piéton avec une poussette traverse sur la chaussée (au passage piéton cela dit) devant eux alors que le feu pour les automobiles est au vert. Non, vraiment, ces usages-là n'étaient pas si courants il y a encore une dizaine d'années de ça. Et pendant ce temps-là, certains nous disent que le monde évolue ! Ah oui ?! La bonne blague !

Si j'ai l'air de stigmatiser ainsi ces usages, c'est bien à cause de leurs dérives narcissiques et je-m'en-foutistes. Cela me montre combien le nouveau monde du Toutamour (1) n'est pas encore pour demain. Par ailleurs, faites remarquer à ces personnes leur comportement "dérangeant" et c'est sous un avalanche de reproches que vous serez accueilli ! C'est Noël pourtant, ne devrions nous pas cultiver un esprit de Compassion ?

Mais quel rapport avec le centre commercial vous demandez-vous ? J'y arrive justement, et obligatoirement en prenant ma voiture pour m'y conduire... Le centre commercial le plus proche est à 6 km de chez moi.

Le centre commercial, c'est le microcosme des rapports humains. Cela se constate au stationnement où il y a cet autre qui se gare sur deux places de parking pour ne pas recevoir un coup de portière malencontreux ou encore celui qui se pose comme il arrive et croit donc pouvoir se garer en épi à un emplacement non prévu à cet effet... et tant pis si ça gène ! En même temps, le premier n'a pas vraiment tord de faire de la place à ceux qui circulent en caddie entre les véhicules pour rejoindre le leur ou restituer l'engin en prenant ce raccourci...

Autant en rire non ? Ce sera mon parti pris... et tant pis si pour certains ce sera un rire jaune.

A l'ouverture du magasin, l'entrée se fait comme pour pénétrer dans la savane : il y a une certaine idée de devoir se frayer un chemin. Pourtant, l'attente se fait conventionnellement dans l'ordre d'arrivée des clients qui s'entassent en s'étalant comme une mare d'huile tout autour du rideau de fer. Si vous souhaitez visiter les magasins de la galerie marchande, il vaudra mieux attendre l'ouverture du rideau ou vous frayer un chemin sous le clairon répété de votre "excusez-moi !" sous le regard nerveux de la multitude qui n'aura pas eu l'idée de laisser un passage pour les autres. A l'ouverture du rideau de fer, caddie oblige, c'est une forme de cohue disciplinée qui règne aussitôt ou aucun regard spécialement amical ne s'échange. C'est à celui qui entrera le premier pour débusquer la dernière réduction en caisse sur un lot de paquets de pâtes (soit dit en passant, souvent plus chère (au kilo) en lot qu'à l'unité). Je retrouve ensuite les mêmes comportements entre les rayons que sur la route. Il y a ceux qui pensent que le rayon leur appartient et qui place ainsi leur caddie au milieu et en travers de la rangée pendant qu'ils cherchent leur produit au fond d'une étagère après avoir déplacé les premières boites. Sait-on jamais que les responsables du magasin aient placé les meilleurs boites au fond ?! Il y a parfois la famille nombreuse qui s'enfonce dans le magasin en prenant la largeur de l'allée centrale, ou encore papi et mamie qui viennent prendre leur bain de foule un jour de grande affluence en avançant comme un train de sénateur. Il y a aussi les amis qui se rencontrent, qui bloquent le passage à 2 chariots et que vous dérangez à leur couper la parole (courant ça aussi dans les rues de l'agglomération la plus proche).

(Par ce temps enneigé, plus moyen d'avoir du gros sel. Dès les premiers flocons, le rayon a été pris d'assaut. Par chance, le rayon des pâtes était bien plein lui ! Par ces temps de fêtes, c'est bien la seule chose qui ne manque pas... encore ?)

Il faut être patient au milieu d'autres très excités à l'idée de passer en caisse ou désagréables de devoir dépenser autant d'argent pour se nourrir. Le centre commercial, c'est ce lieu d'échanges... mais je cherche encore à savoir lesquels. Ils forment d'ailleurs des tensions (stress en anglais) palpables aux heures d'affluence ou en fin de journée lorsque vous vous sentirez subitement énervés sans raison particulière (même constat qu'à la piscine pour des raisons similaires et évidentes...). Ajoutez à cela une musique d'ambiance un peu rythmée, une mélodie "irritante" et toute la panoplie des techniques de force de vente est déployée pour vous forcer à faire des "'achats compulsifs". Pas facile hein, la jungle de béton !

Alors la question me tiraille : où allons-nous comme ça ?

et la réponse est : Là bas...

(1) Le Toutamour est une "doctrine spirituelle" où "tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil" et auquel beaucoup de personnes - souvent sincères - tentent de s'identifier par ce comportement en décalage manifeste avec la réalité. Avec eux, montrez quelques résistances à accepter cette illusion et vous passez pour un "non-élu" du nouveau monde prochain ou du nouvel âge qui vient avec l'ére du verseau en 2012 ou tout autre principe d'endoctrinement sectaire.

Je ne serais pourtant pas contre les principes du Toutamour, mais seulement et seulement quand la réalité en sera nettement plus proche...

http://medecinesparalleles.blogspot.com/
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté