Accueil du site
> Psycho & Sexo > Polémiques & Débats
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
La télévision détériore l’estime de soi
La télévision détériore l'estime de soi
rubrique
note des lecteurs
date et réactions
14 décembre 2009 | 2 commentaires
Auteur de l'article
Florian Saffer, 57 articles (Diététicien Nutritionniste)

Florian Saffer

Diététicien Nutritionniste
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
57
nombre de commentaires
15
nombre de votes
2

La télévision détériore l’estime de soi

La télévision détériore l'estime de soi

" Hier, j’ai craqué, j’ai mangé toute la soirée jusqu’à ne plus en pouvoir. Je me trouvais moche, grosse, pas aussi jolie que les autres."
Ce témoignage qui m’a été adressé lors d’un échange avec une amie ne me surprend plus ; nous vivons dans une société qui nous impose un idéal de perfection inatteignable, ces modèles nous donnent le sentiment de ne pas être à la hauteur, d’être inférieur... et contribuent nettement à notre sentiment d’insatisfaction corporelle.

De nombreux travaux ont mis en évidence que plus nous passons de temps devant des programmes télévisés mettant en avant des stéréotypes plus notre estime de soi est affectée.

40% des français sont en surpoids, or cette diversité corporelle n'est pas représentée dans les médias. Marianne James, Guy Carlier ou encore Valérie Damidot, il faut bien l'admettre, font figure d'exception dans le paysage audiovisuel français.

Et que penser de ces émissions dites de télé-réalités ? En quoi ces programmes sont-ils le reflet de la "réalité" ? Les candidats sont castés (davantage en fonction de leur physique que de leur culture), les scénarios sont écrits à l'avance...
Avez-vous remarqué que la candidate ayant 3 kilos de plus que les autres candidates est qualifiée de rondelette ?

Il n'y a pas de doute : ces programmes agissent comme des parasites. Des parasites toxiques qui nous laissent croire que l'extrême beauté et la minceur sont la norme.
 
Comprendre que notre insatisfaction provient de ce décalage est déjà une façon efficace de réduire l'impact "toxique" de ces programmes de télévision. Avoir conscience que dans la vraie vie la majorité des femmes ont du gras sur le ventre et un peu de cellulite et que peu d'hommes ont le torse de Brad Pitt est d'une importance capitale.

Voici quelques petits exercices permettant de réduire ce sentiment d'insatisfaction corporelle :

- N'essayez pas de fuir votre insatisfaction. Apprenez à "faire avec" et apprenez à admettre que l'insatisfaction est la norme et que vous ne pouvez pas y échapper. Fuir les miroirs, se réfugier dans la nourriture ou dans une boulimie de travail ne solutionne rien.
- Prenez de la distance par rapport à vos "pensées automatiques toxiques"
 
Exemple : la prochaine fois qu'une pensée automatique vous envahit l'esprit ("tu es trop ronde" "tu as une trop petite poitrine « tu es nulle"...), dites-vous que vous êtes parasités, que ces pensées sont exagérées et que vous seriez certainement moins dur avec une amie qui aurait le même physique que vous.

L'idée est d'externaliser cette pensée. Concrètement dites-vous "te revoilà encore insatisfaite de ton corps" ou "tu es encore en train de penser que tu as des cuisses trop rondes comme à chaque fois que tu vois une fille mince à la télévision". Le fait d’observer ses pensées et de les externaliser réduit fortement leur impact émotionnel.

Quelques idées de lecture
 
 
Photographie : Les candidates de l'Ile de la tentation, une émission de télé réalité de TF1. Elles sont castées. Le critère de sélection : un corps répondant aux stéréotypes de beauté (ventre plat, longues jambes...)
"L'idéal diététique n'existe pas : manger équilibré c'est finalement manger avec une succession de déséquilibres"
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Psycho & Sexo
Mots-clés :
Beauté Forme
Commentaires
7 votes
par Christophe Le Bec (IP:xxx.xx7.54.44) le 14 décembre 2009 a 18H02
Christophe Le Bec, 6 articles (Reflexologue)

Vous avez raison, mais nous vivons surtout dans un monde qui idéaliste la performance et la consommation, bien plus que la perfection en vérité. Un obèse qui perd 30 kilos, il est lui aussi dans le culte de l’ultra performance. Perdre 30 kilos en quelques mois, c’est d’ailleurs quasi son unique chance d’obtenir sa minute de gloire télévisuelle. La cinquantenaire qui "mange" des brûleurs de graisse à l’envie, est dans le même cas, l’anorexique qui parvient "enfin" à 36 kilos également !

Christophe LE BEC-TROADEC, Réflexologue - Gestion du Stress (Paris) www.reflex-vital.com

1 vote
par fidji.mc (IP:xxx.xx5.71.208) le 15 décembre 2009 a 17H03
fidji.mc (Visiteur)

Vraiment très interessant ;-) Bonjour quand même ,

Mais le titre m’a attirée tout de suite ! ça m’a appris des choses , réfléchir .....

C’est vraiment très bien ! Pourquoi complexe-t-on à 2 petits kilos ? Et d’accord avec Chrstophe Le Bec Troadec ( il n"y avait pas plus court , le nom ! lol ) Bonsoir Fidji.