Accueil du site
> Dossiers > La dépression
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Né en hiver : risque accru de dépression ?
Né en hiver : risque accru de dépression ?
rubrique
note des lecteurs
date et réactions
17 décembre 2010 | 4 commentaires
Auteur de l'article
La rédaction CareVox, 602 articles (Comité de rédaction)

La rédaction CareVox

Comité de rédaction
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
602
nombre de commentaires
0
nombre de votes
3

Né en hiver : risque accru de dépression ?

Né en hiver : risque accru de dépression ?

La saison où les bébés sont nés pourraient avoir un effet clairement perceptible sur la façon dont leur horloge biologique fonctionne. C’est ce qui ressort d’une étude publiée au début de ce mois dans la revue Nature Neuroscience. A l’origine de cette découverte, le professeur de sciences biologiques Douglas MacMahon et ses assistants Chris Ciarleglio et Karen Gamble de l’Université de Vanderbilt aux Etats-Unis. L’expérience que les trois scientifiques ont conduit sur des souris génétiquement modifiées pourrait expliquer une plus grande exposition des personnes nées les mois d’hiver aux risques de développer des troubles neurologiques, y compris les troubles affectifs saisonniers, la dépression bipolaire et la schizophrénie.

Si l’on en croit l’étude effectuée sur les souris, les personnes nées en hiver seraient susceptible de voir leur horloge biologique ralentir à plus ou moins long terme. Et selon la même enquête, les personnes ayant vu le jour durant cette saison auraient davantage de risques que les autres de développer des problèmes mentaux tels que les troubles bipolaires, la dépression, la schizophrénie et les troubles affectifs saisonniers. Des scientifiques ont mené des travaux d’observation sur un groupe de souris dès leur naissance, soumis, dans un premier temps en deux groupes, à des cycles de rayonnement estival, avec 16 heures de luminosité quotidiennes, ou à des cycles de rayonnement hivernal, avec 8 heures de lumière par jour.

Dans un second temps, les souris ont toutes bénéficié des deux régimes de lumière. Enfin, dans un troisième temps, les souris ont toutes été soumises à un environnement continuellement sombre afin d’éliminer toute influence de la lumière sur leur horloge biologique. Les souris nées en été n’ont laissé paraître aucune différence selon qu’ils évoluaient ensuite dans des cycles estivaux ou hivernaux, connaissant une période « active » de 10 heures à partir du crépuscule, puis se « reposant » pendant 14 heures.

Les souris nées en hiver, en revanche, ont connu une période d’activité quotidienne d’une durée d’une heure et demi supérieure à la normale. Cette réponse aux changements de saison serait similaire à celle des patients souffrant de troubles affectifs saisonniers. L’activité des neurones chez les souris nées en hiver, après avoir atteint un sommet plus rapidement, fut également plus longue que chez les souris nées en été. Transposable aux hommes, cette étude amène à une interrogation : Dans quelle mesure les variations saisonnières dans le cycle jour / nuit ont-elles une influence sur de la personnalité des individus selon leur saison de naissance ?
 

La rédaction CareVox
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
2 votes
(IP:xxx.xx6.154.175) le 21 décembre 2010 a 12H52
 (Visiteur)

on a pas fini de lire des conneries......

1 vote
par moi (IP:xxx.xx6.80.250) le 21 décembre 2010 a 13H20
moi (Visiteur)

Au moins eux ils ont le mérite d’avoir fait une étude ... Ils se creusent le cerveau. Et une étude c’est une étude, ce n’est pas une vérité absolue

1 vote
par caveman (IP:xxx.xx3.186.112) le 22 décembre 2010 a 01H47
caveman (Visiteur)

Mais nous ne sommes pas des souris, bon sang !

0 vote
par vinvin (IP:xxx.xx5.91.21) le 22 décembre 2010 a 02H23
vinvin (Visiteur)

Moi y en a être né le 09 décembre 1962.

Dépressif depuis mon enfance, une tentative de suicide en Décembre 1993, sujet aux crises d’ angoisses, sous dépendance médicamenteuse et éthylo-tabagique, ai-je des risques de schizophrénie, docteur ?

VINVIN.