Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
La psychologie du cheveu
La psychologie du cheveu
rubrique
note des lecteurs
date et réactions
23 décembre 2011 | 8 commentaires
Auteur de l'article
Julien Allaire, 16 articles (Naturopathe - Iridologue)

Julien Allaire

Naturopathe - Iridologue
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
16
nombre de commentaires
1
nombre de votes
2

La psychologie du cheveu

La psychologie du cheveu

Nous savons aujourd’hui que des carences minérales et vitaminiques peuvent avoir un impact sur notre chevelure. Que diriez-vous si aujourd’hui nous parlions de psychologie du cheveu !?

En naturopathie on dit qu’un symptôme a toujours une part physiologique et une part émotionnelle. En effet nos cheveux répondent aux stress que nous lui infligeons mais pas seulement ! Ils portent nos vieilles mémoires, en quelque sorte notre histoire (génétique) d’où les recherches ADN avec nos cheveux !

Selon la façon de se coiffer, selon le type de cheveu ou la couleur, selon les épis, selon l’implantation, le cheveu nous parle, il dévoile des informations sur notre organisme, sur notre vécu psycho émotionnel.

Comment ça marche ?

Le Crane se divise en 5 zones correspondant aux 5 éléments de la médecine chinoise et où circulent certains méridiens que l’on va pouvoir mettre en relation avec des émotions, des symptômes, des façons d’appréhender notre vie.

La Nuque par exemple correspond à la petite enfance, alors que le dessus de la tête correspond au passage de l’enfance vers l’âge adulte. Le front correspond à notre façon d’avancer dans la vie.

La partie droite correspond aux mémoires familiales dans la lignée de la maman, à l’inverse du corps, alors qu’à gauche c’est le coté masculin dans la lignée du papa.

Le cheveu nous parle en quelque sorte, il dévoile des informations.

Il exprime souvent un déséquilibre, une peur, une émotion à gérer et cela dépend de sa qualité, du type de cheveu .

Nous allons pouvoir faire du décodage biologique !


 

Les chutes de cheveux, à quoi correspondent-elles ?

Cela dépend de la zone de perte, les chutes correspondent à des peurs, il faut apprendre à se faire confiance !

Si la perte est centralisée sur le devant il s’agira peut-être de peur ou de colère.

Si c’est sur le dessus, l’individu se dévalorise peut-être trop ! Lui a-t-on trop souvent dit « tu n’y arriveras jamais, tu n’as pas le niveau…

Si par exemple nous avons des fourches ?

Le cheveu exprimera peut-être la recherche de la direction à prendre ? Cherchons-nous notre chemin ?

Que signifient des cheveux fins ?

Quand le cheveu est plaqué au crane c’est un manque d’énergie vitale. Est-ce une personne qui a du mal à se positionner dans la vie ?

Et les cheveux gras ?

Ils sont en lien avec le foie, avec d’éventuelles colères rentrées.

Et si l’on a des pellicules par exemple ?

Les pellicules pourraient avoir un lien avec l’élément Terre, Estomac, rate, pancréas et probablement au niveau émotionnel avec des problèmes de famille à régler ?

Et au niveau du Coiffage ?

Une coiffure en arrière peut signifier que l’on va de l’avant, alors qu’une frange dévoilerait que l’individu cherche à se protéger. Une mèche sur les yeux cachant le visage exprimerait un mal-être (exemple type de l’adolescent)

La coupe énergétique vibratoire !

Il s’agit d’une technique de coupe qui permet grâce à une maitrise des méridiens et points énergétiques de couper le cheveu tout en relançant l’énergie de la personne. Une coupe permet par les vibrations du rasoir émises de nous recharger et d’informer la cellule souche du cheveu, en quelque sorte de travailler sa psychologie !

A Marseille, Sophie Tacussel propose cette méthode. La consultation se fait en 2 temps : « Le bilan » pour déterminer les mémoires cellulaires et « la coupe » pour rétablir l’équilibre énergétique !

Sophie Tacussel 24 rue Max Dormoy, Marseille 5° Tel : 04.91.80.38.54

 

Julien Allaire Naturopathe - Iridologue

Julien Allaire www.praticien-naturopathe.com 06.98.09.35.85
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Psycho & Sexo
Mots-clés :
Psychologie Cheveux
Commentaires
0 vote
par kim (IP:xxx.xx4.17.68) le 2 janvier 2012 a 20H12
kim (Visiteur)

Article avançant des théories sans aucune preuve !

3 votes
par Julien Allaire (IP:xxx.xx1.133.177) le 3 janvier 2012 a 08H59
Julien Allaire, 16 articles (Naturopathe - Iridologue)

Merci pour votre partage, je vous encourage à lire "Cheveu, parle-moi de moi , Le cheveu, fil de l’âme" de Michel Odoul, Rémy Portrait. C’est très surprenant, passionnant !!! "Le cheveu réagit à tout ce qui nous touche profondément : nos peurs, nos angoisses, le stress, etc. D’ailleurs, les vieux dictons et expressions du langage courant se révèlent bien souvent justes : " Il se fait des cheveux blancs " J’en ai les cheveux qui se dressent sur la tête ", etc. Antenne émettrice et réceptrice du corps humain, le cheveu en dit long, pour qui sait le décoder, sur l’énergie, les tensions, les souffrances ou les blessures que chacun de nous porte en lui. Pourquoi coupe-t-on ses cheveux longs ? Pourquoi change-t-on brutalement de style ou de couleur ? Pourquoi donne-t-on à sa coiffure un mouvement à droite ou à gauche, vers l’avant ou vers l’arrière ? Et que dire de tous les traitements que nous faisons subir à nos cheveux ? Ces façons de les contraindre peuvent-elles être transformées en des changements compris et acceptés, permettant ainsi l’embellissement de l’être ?"

1 vote
par anoi (IP:xxx.xx6.186.71) le 24 avril 2012 a 20H55
anoi (Visiteur)

aidez moi je suis une femme et je souffre d un toc je me coupe les cheveux millimetre par millimetre besoin de symetrie qu elle est pour vous la signification de ce fait merci

0 vote
par calcul (IP:xxx.xx6.156.211) le 4 janvier 2012 a 13H31
calcul (Visiteur)

Je trouve intéressant les réactions que Julien Allaire provoque par ces articles, c’est pour cela que j’en profite pour réagir aussi.

C’est vrai que c’est toujours un peu "risqué" d’aborder des domaines où la science n’a pas donné "OFFICIELLEMENT" un avis "FAVORABLE". Mais pour autant, doit on ignorer tout ce que l’on observe, tout ce que l’on constate, tout ce que l’on vit et ressent, soit disant parce que la science ne l’a pas reconnu. Cela n’est biensûr par un encouragement à accepter toutes sortes de théories fumeuses. Mais tout simplement s’autoriser à entrevoir des domaines non encore "visiter et valider officielement" par la science.

J’ai personnellement fait de nombreuses recherches scientifiques dans beaucoup de domaines, et j’ai moi même un esprit plutôt cartésien et scientifique. Cependant les découvertes ou les principes que la science d’aujourd’hui vient récemment de reconnaitre ou de découvrir durant ces dernièreres décennies, ne veut pas dire pour autant que ces derniers (principes) n’existaient pas de tout temps.

En droit lorsque l’on a pas de preuve on dit que les éléments périphériques que l’on trouve qui nous amène vers la preuve sont considérés comme DES COMMENCEMENTS DE PREUVE.

Je suis d’accord avec karim lorsqu’il dit : "Article avançant des théories sans aucune preuve ! " Oui mais pour autant cela est il faux ? C’est vrai qu’il n’ y a pas de preuve dans ce domaine, mais l’expérience des gens, leur ressentit, reste à mon sens intéressants à étudier.

La question que je suis amené à me poser en lisant cette article, c’est ; est ce que les émotions, notre psychologie ou nos pensées peuvent affecter le milieux qui nous entoure mais aussi nos cellules, nos organes etc. ?

Je n’ai pas de preuve à avancer dans ce domaine. Mais juste à proposer divers travaux et recherches qui peuvent éventuellement nous suggérer des éventualités possibles.....

Je précise que ces liens à ne sont pas directement lié à la psychologie du cheveux, mais peuvent donner à réfléchir éventuellement sur le lien entre nos pensées, nos émotions et notre environnement proche.

L’ADN Internétique.

http://artdevivresain.over-blog.com...

et l’influence de nos pensées sur l’eau

http://www.wat.tv/video/masaru-emot...

1 vote
par calcul (IP:xxx.xx6.156.211) le 4 janvier 2012 a 23H34
calcul (Visiteur)

J’ai envie de rajouter à mon précédent post, que c’est grâce à des gens qui ont le courage de sortir des "sentiers battus" comme le fait Julien Allaire, dans ses articles où émissions, que notre univers personnel, notre conscience, peut s’enrichir d’informations nouvelles et utiles.

Après biensûr toute information à intérêt à être étudiée, vérifiée et expérimentée ; toutes informations peut susciter des détracteurs et cela permet de lancer le débat.

Même si personne ne détient la vérité, la rigueur scientifique, l’objectivité, l’expérience, l’intuition, le bons sens, l’honnêteté intellectuelle, sont des alliés intéressants pour s’en rapprocher.

MERCI A TOI JULIEN POUR TON EXCELLENT TRAVAIL !

2 votes
par ninie 33 (IP:xxx.xx2.194.236) le 30 avril 2013 a 15H27
ninie 33 (Visiteur)

Bonjour, moi aussi pendant des années (de l’age de 17 ans à 46 ans) je vivais la même calvaire que vous, toujours devant mon miroir à me couper les cheveux. Je coupai un coté, puis l’autre, car il n’était pas de la même longueur et cela durait des heures, voir la journée ou la nuit. Mon mari était obligé de cacher, ciseaux, rasoirs, enfin tous ce qui étant coupant. Cela se passait par crise, et après regrets, mal dans ma peau, crise d’angoisse et de pleures, je me croyait folle ! Je ne voulais plus me les couper, car je savais que j’allais rentrer dans un cercle vicieux, mais c’était plus fort que moi, et si quelqu’un m’en empêchait, je devenais agressive. Après plusieurs psy et antidépresseurs, j’avais essayé la sophrologie, et cette personne m’avait dit que ça avait un rapport avec l’enfance, je n ’ai pas pu continuer faute de moyen financiers. Et cela continuait... En Janvier 2013, j’avais entendu parler de la kinésiologie, j’ai été consultée, car je voulait me sortir de ce cauchemar qui ma gâcher la vie depuis tant d’années... Je lui est donc parlé de mon problème et pendant les séances elle m’a demandé se qu’il c’était passé à l’age de 16 ans. Mes parents ce sont séparés à cette époque, celle ci c’est très mal passée et je l’ai très mal vécu. Et c’est vrai que ce toc est apparu juste après. J’ai fait plusieurs séances, et depuis, plus d’envie de regarder si j’ai un coté plus long que l’autre, je me coiffe et c’est tout, j’ai des ciseaux dans la maison a ma disposition et plus rien ! je me sent revivre. Je comprends donc très bien votre douleur, si vous avez la possibilité de voir un kinésiologue dans votre région, essayez, pour moi cela a très bien marché. Bon courage à vous, et dite vous que si je m’en suis sortie, vous pouvez aussi, n’hésitez pas à me contacter je serais heureuse de pouvoir vous aider.

0 vote
par ninie 33 (IP:xxx.xx2.194.236) le 30 avril 2013 a 15H31
ninie 33 (Visiteur)

Le paragraphe ci dessus de ninie 33 est en réponse de anoi

0 vote
par RisaMartin (IP:xxx.xx0.18.218) le 7 septembre 2015 a 19H47