Accueil du site
> Psycho & Sexo > En savoir plus sur...
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
La méditation : un remede parfaitement naturel
La méditation : un remede parfaitement naturel
rubrique
note des lecteurs
date et réactions
19 octobre 2010
Auteur de l'article
Eric, 24 articles (Magnétiseur)

Eric

Magnétiseur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
24
nombre de commentaires
9
nombre de votes
19

La méditation : un remede parfaitement naturel

La méditation : un remede parfaitement naturel


Une nouvelle étude suisse met en avant une forme de méditation appelée conscience qui peut aider les patients atteints de sclérose en plaques. Les patients atteints de sclérose en plaques - une maladie du système nerveux chez le jeune adulte qui peut entraîner une faiblesse musculaire, des problèmes de coordination de l'équilibre / et de la mémoire et des troubles de la pensée - souffrent souvent de dépression et d'anxiété.
L'étude a comparé les patients de sclérose en plaques (SEP) qui méditaient aux patients atteints de SEP qui ne le faisaient pas. Le Dr Moses Rodriguez, professeur de neurologie et d'immunologie à la Clinique Mayo à Rochester, au Minnesota, a déclaré que la méditation est sûre et moins chère que les médicaments que prennent les patients. "Les patients devraient essayer et voir si elle est utile pour eux", a ajouté Rodriguez.
 
Des recherches antérieures ont suggéré que la moitié des patients atteints de SEP souffrent de dépression durant leur vie et que les troubles de l'anxiété affectent une personne sur quatre. Environ les deux tiers disent qu'ils se sentent fatigués, et jusqu'à 50% d'entre eux disent que la fatigue est leur symptôme le plus invalidant.
Des chercheurs de l'Hôpital universitaire de Bâle ont demandé à 150 patients de prendre part à un programme de huit semaines de méditation basée sur "l'attention" ou de recevoir des soins médicaux réguliers. L'étude définit la méditation comme une "prise de conscience de l'instant sans l'intervention de préjugés". Les participants au programme de méditation ont fait part de niveaux de fatigue et de dépression dans les six mois à la différence de ceux recevant des soins standard. Et les participants bénéficiaient d'une méditation de qualité optimale selon les résultats de l'étude, publiée le mois dernier dans la revue Neurology.
 
Les personnes prenant part au programme de méditation ont apporté de meilleurs résultats pour presque tous les indicateurs dans les données sur la fatigue, la dépression, l'anxiété et la qualité de vie, tandis que ceux qui ont reçu des soins médicaux habituels ont légèrement régressé dans la plupart des indicateurs. Par exemple, ceux qui ont suivi cette formation ont vu leur attention sur les symptômes dépressifs chuter de plus de 30% par rapport aux participants à l'étude qui n'ont pas eu d'autre formation. "Les patients ont répondu très positivement à ce programme" a déclaré Paul Grossman, auteur de l'étude. "Il y avait un très petit nombre de patients n'ayant pas terminé le cours (5 pour cent), et le taux de fréquentation a été très élevé : en moyenne plus de 90% des sessions ont été suivies, même si les patients ont voyagé plusieurs heures pour assister aux séances hebdomadaires alors que les personnes atteintes de SEP ont souvent des difficultés à marcher et d'autres symptômes qui rendent le voyage difficile."
 
"En outre, les patients ont déclaré un degré élevé de satisfaction dans la réalisation des objectifs personnels qu'il se sont donnés individuellement avant l'intervention", a ajouté Grossman. Dans un commentaire accompagnant la revue, deux médecins de la Cleveland Clinic ont noté que les conclusions de l'étude, qu'ils ont qualifié de "solidement conçu", ont été limités parce que les chercheurs n'ont pas comparé la méditation à une autre forme de traitement d'appoint. Il est donc difficile de comprendre si la méditation est particulièrement bénéfique, écrivent-ils. Mais le neurologue Jinny Tavee, l'un des auteurs des commentaires, a dit qu'elle a vu les effets positifs de l'attention dans sa propre pratique. Le problème avec les médicaments, a-t-elle dit, est que les patients se disent  : "Voici quelques médicaments qui vous rendent triste, fatigué et déprimé, mais rien ne sera efficace pour emporter votre maladie. Ils sont laissés sans traitements efficaces".
 
Effectuez la méditation de pleine conscience. "On apprend à objectiver ce qu'on ressent, que ce soit la douleur, l'anxiété ou la dépression, et on la considère comme une entité distincte qui ne fait pas partie de soi-même. La méditation vous aide à lâcher prise" a déclaré Tavee. "Vous entrez dans le vif du symptôme plutôt que de le couvrir comme vous le faites avec des médicaments". Tavee dit percevoir une irritation lorsque les patients sceptiques entendent parler de cette approche. "Mais la chose reste gratuite" dit-elle. "Vous pouvez apprendre à le faire par vous-même. Il n'y a pas d'effets secondaires, et si cela ne fonctionne pas pour vous, vous n'avez rien perdu. C'est une de ces choses qui peuvent aider sans faire de mal".
 
Source USAToday - 2010-10-15-meditation-yoga
http://medecinesparalleles.blogspot.com/

POST-SCRIPTUM

  • Ancrage : rappel important :
    La plupart des pratiquants de la méditation ignorent ou négligent la nécessité de s’ancrer. Lorsqu’une personne n’est pas suffisamment ancrée, elle se sent ballottée par la moindre émotion. S’ancrer permet donc de gagner en stabilité. Les personnes nerveuses ou distraites sont en général peu ancrées tandis que les personnes posées et présentes sont mieux enracinées.

    Asseyez-vous confortablement, le dos droit, sur une chaise ou bien par terre, jambes croisées. Fermez les yeux, respirez lentement, profondément, en comptant à rebours de dix à un jusqu’à ce que vous soyez bien détendu. Imaginez une longue corde attachée à la base de votre colonne vertébrale, traversant le sol et s’enfonçant dans la terre. Vous pouvez même la représenter comme la racine d’un arbre poussant profondément dans le sol. C’est ce qu’on appelle une "corde d’ancrage".
    Imaginez maintenant que l’énergie terrestre remonte le long de cette corde, imprégnant chaque fibre de votre corps et ressortant par le sommet de votre tête. Imaginez cela jusqu’à ce que vous ressentiez vraiment le flot d’énergie. Ensuite, imaginez que c’est l’énergie du cosmos qui entre en vous, par le sommet du crane, se répandant dans tout votre corps pour enfin ressortir par les pieds en suivant la corde d’ancrage et se perdre dans la terre. Ressentez ces deux courants circulant dans des directions différentes et se mêlant harmonieusement dans votre corps.

    Source : "Techniques de visualisation créatrice" de Shakti Gawain - Edition "J’ai Lu"


    Si vous avez des difficultés à vous ancrer, contactez-moi.

SOURCES

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Psycho & Sexo
Mots-clés :
Méditation