Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
La méditation efficace contre la douleur ?
La méditation efficace contre la douleur ?
rubrique
note des lecteurs
date et réactions
24 mars 2010 | 3 commentaires
Auteur de l'article
A.C., 22 articles (Journaliste)

A.C.

Journaliste
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
22
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

La méditation efficace contre la douleur ?

La méditation efficace contre la douleur ?

La pratique de la méditation aurait un véritable impact sur la gestion de la douleur et sur l’accroissement de la matière grise du cerveau.

La méditation est un art ancestral qui vise à protéger la personne qui le pratique des éléments néfastes pour son bien-être : stress, anxiété, problèmes. A cette liste, il faudrait dorénavant ajouter la douleur !

Une équipe de neuroscientifiques a réalisé une étude, publiée dans la revue Psychosomatic Medicine, prouvant que pratique de la méditation et réduction de la sensibilité à la douleur sont liées.

Joshua Grant, un des premiers chercheurs en la matière, nous en explique l'intérêt. « Des études antérieures ont permis de démontrer que les patients souffrant de douleurs chroniques pouvaient bénéficier de la pratique de la méditation, mais peu de chercheurs ont étudié la résistance à la douleur chez des sujets en santé bien entraînés à cette pratique. Cette étude constitue un premier pas qui nous permettra de déterminer comment et pourquoi la méditation peut influencer la perception de la douleur ».

L'expérience a été réalisé sur un échantillon composé de 13 personnes pratiquant régulièrement la méditation (soit avec plus de 1 000 heures d'expérience) et de 13 personnes ne la pratiquant pas, dont 10 femmes et 16 hommes âgées de 22 à 56 ans.

Le test de tolérance consistait à placer des plaques de chaleur par intermittence sur les mollets des participants en augmentant progressivement la température, en commençant de 43° jusqu'à 53° Celsius, degré maximum supportable avant une brûlure. Les résultats ont été sans appel : les individus non méditatifs ont résisté à une température de 48°, tandis que la plupart des méditatifs ont résisté jusqu'à 50 ° en trouvant la sensation déplaisante et que certains d'entre eux n'ont pas ressenti de douleurs jusqu'à 53°.

Pierre Rainville et son équipe ont réussi à expliquer les différences de comportement face à la douleur grâce à l'imagerie par résonance magnétique. En effet, les scientifiques ont pu observé que l'épaisseur des fibres nerveuses dans les zones relatives aux émotions et à la douleur (dont le cortex cingulaire antérieur) est plus importante chez les adeptes de la méditation.

Comment cela est-il possible ? Selon Joshua Grant, "le fait de se concentrer longtemps, à répétition, changerait la structure du cerveau".

Mais la respiration jouerait également un rôle dans la résistance à la douleur car durant la session de test, les chercheurs ont comptabilisé 12 respirations à la minute pour les initiés contre 15 pour les autres. En clair, cela représenterait une diminution de 18% de la douleur.

Quelles sont les conclusions médicales à en tirer ?

Toujours selon Joshua Grant, « si la méditation peut modifier la réaction à la douleur chez une personne et par conséquent lui permet de diminuer la prise d'analgésique nécessaire pour soulager ses maux, ce serait un grand pas en avant ».

Et d'ajouter que la méditation pourrait réduire le processus de vieillissement du cerveau en augmentant le nombre de connexions entre les neurones. « C'est ce qui provoque des maladies dégénératives chez certaines personnes, comme la démence. La méditation pourrait aider à préserver les capacités cognitives plus longtemps. Certains maîtres de la méditation zen ont plus de 100 ans et sont toujours très alertes. Ce n'est probablement pas une coïncidence. »

SOURCES

  • http://www.cerveauetpsycho.fr/ewb_pages/a/actualite-le-zen-plus-fort-que-la-douleur-24653.php

    http://sante.doctissimo.fr/blog/9316-La-meditation-Zen-contre-la-douleur.html

    http://sante.doctissimo.fr/blog/9316-La-meditation-Zen-contre-la-douleur.html
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
2 votes
par méditant (IP:xxx.xx8.37.134) le 26 mars 2010 a 19H42
méditant (Visiteur)

Quelque chose me gêne dans le sous-entendu exprimé par cet article...

Oui l’étude explique assez clairement l’avantage de la pratique de la méditation non pas contre la douleur, mais dans "l’approche" de la douleur. En réalité, ce n’est pas la méditation qui est l’élément à prendre en considération, mais la vie de l’individu lui-même et ce qui l’a conduit à pratiquer la méditation. ;) Les méditants sont généralement plus zen et mieux armé contre toutes les formes de "pollutions" (psychiques ou physiques). Je vous conseille de faire un papier sur ce sujet qui me semblerait plus indiqué pour attirer les personnes à prendre soin d’eux.

Quant à elles, les personnes souffrantes ont rarement l’occasion de se mettre, du jour au lendemain, à la méditation et si elles le font, elles doutent souvent que leurs douleurs (rarement 1 seule) vont disparaitre comme par enchantement avec cette "discipline". Il est à noter que lorsqu’elles entreprennent la méditation, elles attendent des résultats plus ou moins immédiat et, n’en trouvant pas, elles abandonnent après seulement quelques jours...

Ceci pour dire qu’une douleur physique installée rend difficile d’emblée la méditation (ce contexte scientifique telle qu’il est soumit à lecture est donc trompeur !) : le danger (pour n’importe quel individu) serait même de se forcer à l’occulter par cette pratique ; cette déconnexion du corps par sa douleur et de l’esprit par sa volonté aurait rapidement un impact grave sur l’individu qui n’aurait pas de connaissances de son fonctionnement et de ses limites. C’est sans doute pour cette raison que l’article indique bien qu’il s’agit de méditants "aguerris" sans autre précision ce qui peut véhiculer une information erronée aux débutants ou aux souffrants, enclin à croire ce qu’on leur dit... sans réfléchir.

Si votre intérêt était d’aider les personnes souffrantes, il fallait peut être expliquer ce genre de chose et dire qu’il est nécessaire de qu’ils se fassent accompagner pour qu’ils comprennent ce qui a produit LEUR douleur et là, c’est certainement plus difficile à identifier qu’une plaque chauffée sur sa peau.... :) Si c’était juste pour dire que la méditation permet de mieux supporter la douleur, alors je suis persuadé que vous n’avez PAS compris l’intérêt de la méditation.

Cette étude n’apporte donc pas grand choses aux personnes souffrants de douleurs chroniques ou non, ni aux méditants qui n’en seront pas pour autant privés. Je suis donc dubitatif sur l’intérêt de montrer la méditation sous ce regard, pis, en voulant dire qu’elle "vise à protéger du stress, etc", sinon en se méprenant sur les véritables motivations des méditants... Il y a comme un gout de mettre la charrue avant les bœufs, si vous comprenez mon point de vue...

Aussi, si vous vouliez relever l’intérêt de la méditation (et c’est louable !), il fallait avant tout s’intéresser aux pratiquants et à la pratique, mais pas de manière accessoire, et pas par une étude faussement scientifique... Eric T

0 vote
(IP:xxx.xx9.170.99) le 26 septembre 2011 a 00H41
 (Visiteur)

Bonjour, Merci à la science de montrer la méditation sous un jour bénéfique et efficace, je suis sûr que cela change le point de vue de l’opinion public sur ces pratiques traditionnelles. Il est sûr que cet article ne va pas amener des personnes à pratiquer la méditation pour éviter la douleur, vu que dans un premier temps prendre une posture de méditation fait souvent mal... Seulement, nous voyons que la science donne de la légitimité à cette saine manière d’être aux yeux des occidentaux et c’est déjà beaucoup ! Mon site : http://santeverte.org/meditation-ni...

0 vote
(IP:xxx.xx9.2.58) le 6 janvier 2012 a 17H56
 (Visiteur)

tout à fait d’accord, j’ai commencé depuis peu le yoga sutra avec un maitre yoga formé dans un ashram depuis 1971, il m’a fait une sorte de bilan car j’ai des douleurs cervicales suite à mon travail(aide soignantes) et donc je dois faire attention aux postures de méditation mais cela m’a aidé, car au début avec les bras croisés derrière la tête j’ai ressentis une douleur, donc j’ai arrêté. et y revenant après alors je n’avais presque plus mal car mes vertèbres s’étaient remises en place en position allongée, le dos bien droit... et après la séance je me suis sentie vraiment bien !!! bref à voir un documentaire d’arte : "quand l’esprit guérit le corps " sur le pouvoir de la médiation ; quand on constate par des études aussi que l’anesthésie sous hypnose serait mieux sur plan infectieux et de la guérison alors on peux se poser des questions, mais selon mon père médecin généraliste , lors de ces études les patients sont bien plus suivi que les patients opérés sous anesthésie conventionnelle... enfin la médecine reste peut être trop sceptique car en y réfléchissant bien, l’étude à du être menée en comparaison avec un témoin test (si le terme s’applique aux humains...) ou groupe témoin... bien sur dans le cadre de toute hypnose il y a une condition importante pour qu’elle soit effective : le patient doit y croire et bien sur, ce qui implique l’effet placebo, le praticien lui même si vous vous intéressé à l’effet du psychisme sur le corps deux documentaires sont disponibles sur le net, paru aussi sur le net : "le pouvoir de l’inconscient" qui traite entre autre d’une étude (en double aveugle) montrant que des patients à qui l’on applique sur une zone douloureuse du corps une crème antalgique, mais en leur faisant croire qu’elle n’a aucune vertu, ne ressentent pas les effets de l’antalgique !! à l’inverse une crème banale est appliquée mais alors le patient pense qu’elle est antalgique, alors l’effet sur la douleur est le même comparé à celui d’une crème avec antalgique... vous ne verrez plus la médecine comme avant...