Accueil du site
> Psycho & Sexo > Etudes Scientifiques
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
L’infidélité est-elle génétique ?
L'infidélité est-elle génétique ?
rubrique
note des lecteurs
date et réactions
6 janvier 2011 | 2 commentaires
Auteur de l'article
Henri de Miebenthal, 476 articles (Kinésithérapeute)

Henri de Miebenthal

Kinésithérapeute
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
476
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

L’infidélité est-elle génétique ?

L'infidélité est-elle génétique ?

Si d’aventure vous étiez à court d’arguments pour justifiez des infidélités, tentez l’excuse génétique. Selon une récente étude américaine, le chimie du cerveau pourrait s’avérer déterminante dans la volonté des personnes à commettre l’infidélité. Selon les chercheurs certains gènes, associés aux comportements propres à la recherche de sensations tels que l’alcool ou le jeu, stimuleraient la promiscuité sexuelle et l’infidélité. En clair, certaines personnes seraient «  génétiquement prédisposées » à commettre l’irréparable.

C’est à l’Université de Birmingham, à New York, qu’une équipe de scientifiques regroupée autour de Justin Garcia, professeur en anthropologie évolutive, s’est penchée sur l’existence probable de mécanismes biologiques pouvant entraîner l’infidélité dans un couple. Les auteurs se sont ainsi entretenus avec 181 jeunes adultes (118 femmes et 63 hommes) au sujet de leur comportement sexuel tout en prélevant des échantillons de leur ADN. Les résultats, publiés dans le magazine PLoS ONE, sont éloquents : La génétique s'inviterait dans la chambre à coucher.

Le coupable a été trouvé, il s’agit du récepteur de dopamine D4, aussi appelé le gène DRD4. Dans le cadre d’une enquête policière, les enquêteurs n’auraient pas eu la tache facile, puisque ce gène, qui influence la chimie du cerveau, est également associé à d’autres comportements euphoriques liés à la récompense et aux bons sentiments (sic). Si chacun d’entre nous possède ce gène, son expression varie d’une personne à l’autre.

Ainsi, les personnes dotés de la variante génétique DRD4 7R+ seraient plus aptes à se montrer infidèles (50% d’entre eux y ont succombé selon l’étude) que celles n’étant pas dotées de « 7R+ » (seuls 22% de cas d’infidélité dans ce second groupe). Et le sexe de l’individu ne joueraient aucun rôle, car les femmes sont presque aussi nombreuses que les hommes à être dotées de la variante génétique 7R+ (23% contre 26%). Justin Garcia tient cependant à éviter tout raccourci maladroit : « Posséder la variante génétique 7R+ n’entraîne pas de facto la promiscuité sexuelle et l’infidélité. Et inversement, puisque les hommes et les femmes qui ne l’ont pas peuvent se montrer les plus tentés à commettre le sacrilège d’amour ».

Pour les chercheurs, il n’y aurait donc pas de relation de cause à effet, mais pour eux « l'étude montre clairement que la biologie influence les comportements humains au niveau des prises de décision concernant leur vie personnelle ». Toutes les personnes impliquées par ces recherches sont d’accord sur un point : des études ultérieures à plus grande échelle seront nécessaires pour confirmer ou infirmer cette tendance.
 

SOURCES

  • Garcia, J. PLOS One, November 2010; vol 5: pp 1-6.
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
0 vote
par adolf le zazou (IP:xxx.xx7.34.130) le 7 janvier 2011 a 13H15
adolf le zazou (Visiteur)

Euh ...je pense ,modestement que c est bien plus simple : l’ occasion fait le larron !!! Combien d "honnêtes" citoyens hésiteraient une simple seconde a faire un hold up si ils avaient la certitude de ne pas être pris ? AUCUN !! Le hold up est génétique ??? En amour c est bien sûr la même chose...

0 vote
(IP:xxx.xx4.73.205) le 7 janvier 2011 a 13H51
 (Visiteur)

Est-ce que c’est si grave que ça l’infidélité est la vraie question ? Ce que je reprocherai à l’article est cette dimension de jugement moral. A-t-on besoin d’une justification ? Il faudrait pour cela que ce soit grave. Pour la question du hold up, excusez moi de penser qu’en ce qui me concerne, je ne le ferai pas tout simplement par "vertu". Mais j’ai le sentiment d’être naïf parce que si j’agissais comme ça ce serait par principes philosophiques, or on vit dans un monde où on ne nous invite pas à penser et ça semble pas mal convenir à certains...