Accueil du site
> Psycho & Sexo > Polémiques & Débats
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
L’école du sexe
L'école du sexe
rubrique
note des lecteurs
date et réactions
16 juillet 2012
Auteur de l'article
LunedeSable, 17 articles (Consultante en nutrition)

LunedeSable

Consultante en nutrition
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
17
nombre de commentaires
6
nombre de votes
4

L’école du sexe

L'école du sexe

L’apprentissage de la sexualité a été, et est encore, une des choses les plus complexes que j’ai rencontrées dans ma vie. Présentée comme une activité de couple, la sexualité est pourtant une activité d’abord solitaire.

Réhabiliter la masturbation féminine

La découverte du corps est abordée de manière très différente selon qu’on parle d’une petite fille ou d’un petit garçon. La masturbation masculine est « encadrée » socialement : on invite le petit garçon à se créer une intimité, on lui explique que « ces choses là ne se font pas en public ». En revanche, la masturbation féminine est encore assez tabou. Chez l’adulte, on commence à peine en parler dans les médias. On voit même, de plus en plus, d’articles traitant de l’orgasme féminin et de sa nature très proche de celui de l’homme¹.

Pour les femmes plus adultes, la littérature sur l’orgasme féminin fait frémir : le point G et l’orgasme vaginal notamment, ont fait et font encore très mal à l’éducation sexuelle des jeunes femmes et aussi des jeunes hommes. Le va-et-vient du sexe masculin devrait suffir, n’est-ce pas, à accéder à l’orgasme ? Et bien non, et comme il n’y a aucune « école du sexe », ces idées reçues perdurent et font très mal à des jeunes femmes qui se sentent anormales de ne pas être comblées par ces « va-et-vient ». Dommage vraiment, quand un peu de fantaisie et d’imagination peuvent si facilement « débloquer » la voie du plaisir².

Le paradoxe du sexe dans les médias

Tous les experts, tous les communiquants s’accordent : le sexe fait vendre. Le sexe est donc omniprésent dans notre espace médiatique, sur internet, dans les publicités (voir cette pub d’ « Envie de Fraise » avec une femme nue, enceinte de photoshop). Les corps, les relations, tout conduit à une perception de soi en décalage avec la « normalité », qui n’est en fait que de la science fiction.

Le traitement réaliste de la sexualité est vécu comme de la pornographie. Les émissions intéressantes sur le sujet sont diffusées en même temps que les films X et érotiques, voire ne sont plus diffusées du tout : j’ai adoré « le sexe en 10 leçons » qui passait sur Teva… A 23h30 ! Et qui n’est plus rediffusée depuis 2010. Quelques sites internet voient le jour, comme le site « Education sexuelle » qui revendique sur la page d’accueil : »La pornographie ne doit plus être le 1er vecteur d’éducation sexuelle des ados ». Le site « Education sensuelle » fait intervenir de nombreux professionnels de santé, dont le très célèbre Christian SPITZ, pédiatre… Mais si, vous le connaissez : c’est « Le Doc », de Lovin’Fun.

Cette émission de radio, que j’ai écoutée comme des millions d’adolescents au début des années 90, était une révolution. Elle permettait à quelques auditeurs de poser des questions sur la sexualité, la « normalité » et à des milliers d’autres d’écouter les réponses, décomplexées, du médecin et de l’animateur. A ma connaissance, cette émission n’a pas d’équivalent aujourd’hui, ni à la télévision ni à la radio. Dommage ? Nous sommes peut-être passés à autre chose avec internet.

Le plaisir (féminin) ça s’apprend

A quand donc une « école du sexe », pour les femmes notamment, qui permette aux femmes d’apprendre leur corps, leur plaisir et leur sexualité ? L’article de Slate à qui j’emprunte le titre de ce chapitre donne quelques pistes pour les femmes à la recherche de leur plaisir : sex toy, gigolos, cours, assistants sexuels… L’important étant de savoir qu’on peut ne pas être seule face à l’absence de plaisir, et que non, ce n’est pas sale ! Mais tout de même, pour un sujet aussi important dans nos vie, on ne peut que regretter la légèreté avec laquelle l’apprentissage du plaisir, notamment féminin, est abordé…

Merci au groupe Sexologie/sexologues de Facebook pour les articles, points de vue et échanges très précieux qui m’ont inspiré cet article

SOURCES

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Polémiques & Débats