Accueil du site
> Psycho & Sexo > Conseils & Solutions
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
L’auto-thérapie de couple
L'auto-thérapie de couple
rubrique
note des lecteurs
date et réactions
1er février 2013
Auteur de l'article
David Rofé-Sarfati, 14 articles (Psychanalyste)

David Rofé-Sarfati

Psychanalyste
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
14
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

L’auto-thérapie de couple

L'auto-thérapie de couple

Vous vous querellez dans votre couple ? Sachez transformer ce moment de tension en espoir de construction de votre couple.

Vous vous querellez dans votre couple. Votre implication dans cette relation est si grande, si riche et si complexe que le challenge consistera à assurer à cette dispute une fonction méliorative.

Voila dix règles simples à respecter.

1. La première règle est de choisir le bon moment et le bon endroit. Le bon moment sera un moment choisi ; il est essentiel que cette querelle ne débute pas au plus fort de votre colère. A chaud votre esprit cherchera plus à calmer votre tension que d’élaborer ce que vous avez à dire. Au moment opportun, à intervalle de votre ressenti, vous serez dans un endroit où vous pourrez parler ouvertement et où rien ne viendra vous déranger car une dispute doit durer et ne se finir que lorsque les choses sont dites, qu’est atteint le moment où les mots deviennent inutiles. Vous choisirez un endroit où vous pourrez vous asseoir l’un en face de l'autre, avec un contact visuel fort. Vous éviterez les querelles par téléphone ou pire par sms, car sans contact visuel, les mots s’extrémisent, les positions se radicalisent.

2. Évitez les mauvais départs. Évitez le dénigrement, le sarcasme ou les mots cruels. Si vous commencez à blâmer ou à insulter, votre partenaire va chercher à se défendre plutôt que de soutenir vos besoins et sentiments. Essayez plutôt de commencer par un compliment, rappelant ce que vous appréciez chez votre partenaire. D’ailleurs, cette dispute reste la preuve et le rappel que vous êtes attaché à cette relation et que vous avez à cœur qu’elle réussisse, qu’elle s’amende vers le mieux. Commencez par expliquer calmement comment le conflit vous affecte, comment ce grief blesse vos sentiments, vos valeurs, vos rêves, vos envies.

3. Ne pas essayer de convaincre votre partenaire que vous avez raison. Au lieu d'essayer de vaincre à force d’arguments, essayez d'obtenir de votre partenaire la compassion nécessaire à vous comprendre. Ne rabâchez pas les détails et les faits mais parlez à la première personne et décrivez vos sensations. De ce lieu de l'empathie, votre partenaire pourra mieux vous entendre. Si la conversation dégénère, n'oubliez pas de dire à votre partenaire que vous reconnaissez que votre point de vue n’est que relatif et partiel. Votre vérité n'est pas toute la vérité. Votre vérité reste intriquée à sa vérité. Faites d'abord l’effort de comprendre, pour ensuite cherchez à être compris.

4. Disciplinez-vous pour vous calmer avant de commencer à parler. Bien que crier reste supérieur aux réponses allusives ou évasives, les cris ajoutent au problème et alimentent le conflit. Les cris nourrissent la colère. A gros traits, quand vous êtes en colère, vos capacité de raisonnement se bloquent, et il devient plus difficile voire impossible et de résoudre les problèmes et de vous exprimer clairement. Combien plus graves seront les conséquences de la colère, que les causes de celle-ci.

5. Ne généralisez pas. Ne dites pas : - Tu fais toujours ça. Tu dis toujours ça. Ces généralisations ne font qu'aggraver l'état émotionnel de votre partenaire rendant vos arguments plus imprécis et donc moins crédibles. Soyez psychologue, limitant votre propos à l’exposé de l’événement spécifique et récent qui vous tracasse.

6. Je crois que presque toutes nos leçons de vie sont des leçons à apprendre à mieux aimer et être aimé. Tolstoï a écrit : tout ce que j’ai appris, je l’ai appris par ce que j’aime. Si votre partenaire est en colère contre vous, repérez dans sa colère une plainte, une demande d'amour. Votre partenaire est bouleversé et blessé, tout simplement parce qu'il voit dans ce que vous avez dit ou fait le signe d’un désamour. Sa colère doit être comprise à travers ce prisme.

7. Décrivez vos émotions. Si vous êtes en colère contre votre partenaire, nommer les émotions exactes que vous ressentez. Une fois que vous avez nommé une émotion négative, renommez-la avec un esprit positif. Remplacez chaque émotion négative avec l'un des mots suivants : l'acceptation, le pardon, l'abandon, l'empathie, la chaleur, l'amour, la compréhension. Contemplez ce mot, il deviendra comme un mantra, comme le signifiant primordial où viendra s’étayer et se trianguler votre relation de couple.

8. Apprenez à écouter l’autre en vous forçant à vous taire, en vous forçant à ne pas répondre de façon impulsive. Le débat en gagnera en clarté si vous vous accordez du temps avant de réfuter et même si vous prenez le parti de ne pas ergoter sur tout. L’autre a aussi raison, souvent.

9. Evitez les gestuelles nerveuses, dénigrantes. Évitez les bras croisés, l’œil ricanant ; n’oubliez pas que vous parlez à la personne que vous aimez.

10. Enfin, clôturez cette conversation difficile en évoquant les souvenirs communs, les bons moments que vous avez partagés et les qualités que vous aimez chez votre partenaire. En rappelant ces souvenirs vous réanimez les affects positifs en désamorçant les ressentis négatifs.

En respectant ces règles simples fondées sur l’amour, l’empathie, le respect, l’oblativité et la vertu, chaque querelle, grosse d’un avenir meilleur, éloignera la rupture, car au fond, que redoutons nous d’autre que d’être abandonné.

David Rofé-Sarfati, Psychanalyste, Maisons Alfort.
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Couple