Accueil du site
> Psycho & Sexo > En savoir plus sur...
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Journées européennes de la dépression et de la santé mentale : « Il faut d’autres moyens pour vaincre la dépression »
Journées européennes de la dépression et de la santé mentale : « Il faut d'autres moyens pour vaincre la dépression »
rubrique
note des lecteurs
date et réactions
14 octobre 2011 | 1 commentaires
Auteur de l'article
Cliniques et Hôpitaux Privés, 21 articles (Rédacteur)

Cliniques et Hôpitaux Privés

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
21
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Journées européennes de la dépression et de la santé mentale : « Il faut d’autres moyens pour vaincre la dépression »

Journées européennes de la dépression et de la santé mentale : « Il faut d'autres moyens pour vaincre la dépression »

Maladie du XXIème siècle, la dépression sévère concerne entre 5 et 8% des Français[1] chaque année. Elle est souvent mal diagnostiquée et trop peu prise en charge : en effet, la moitié des patients n’a pas accès à un traitement ou à des soins simples et abordables[2]. Dans une société en crise, Les Cliniques Psychiatriques de France, en première ligne dans la prise en charge des patients dépressifs, alertent les pouvoirs publics sur la nécessité d’améliorer le dépistage de cette pathologie et de repenser les moyens alloués aux programmes de santé…

Dans son nouvel Atlas de la Santé Mentale publié à l’occasion de la Journée mondiale de la Santé mentale, l’OMS insiste sur la nécessité de « dépenser davantage au niveau des soins primaires ». Mal diagnostiquée, la dépression engendre des complications comme le suicide et/ou le passage à la chronicité avec de forts retentissements socio-économiques. Si les enjeux sanitaires sont majeurs, les défauts de traitements ont eux des conséquences économiques indirectes graves, tant pour le patient dépressif que pour la société : 75% des coûts totaux de la dépression sont en effet liés à la perte de « productivité sociale et économique »[1]. La dépression multiplie par 2,5 les risques d’absentéisme au travail[2] ; elle était en 2000 la cause de 31,9 millions de journées de travail perdues en France[3].
 
Enjeu économique majeur, la dépression est aussi responsable d’une déconnection du patient avec son milieu socio-professionnel, facteur aggravant la maladie. Pour le docteur Olivier Drevon, président de l’Union Nationale des Cliniques Psychiatriques, « Nous ne ferons évoluer la situation qu’en améliorant le dépistage ! C’est une maladie grave nécessitant traitement et suivi psychiatrique adaptés et mieux coordonnés. Il faut en effet savoir que 60% des suicidants ont consulté un médecin généraliste dans le mois précédant une tentative de suicide[4] ! ».
 
Les Cliniques Psychiatriques de France sont engagées dans le développement de prises en charge efficaces afin de limiter les risques de rechute : les 162 établissements répartis sur toute la France soignent 70% des patients atteints, dans le cadre d’une prise en charge de qualité. «  L’implication du personnel soignant des cliniques permettent de faire de ce moment, même s’il est toujours difficile, une étape nécessaire et réussie vers la guérison. Mais, la prise en charge est essentielle et nos moyens sont limités : dans nos établissements des listes d’attentes existent et nous sommes contraints par une tarification inadaptée » souligne le docteur Drevon. « Nous prônons une étroite collaboration avec la médecine de ville, les associations de patients et l’ensemble du réseau des acteurs impliqués afin de mieux prévenir, mieux guérir », ajoute le psychiatre, président de l’UNCPSY.
 
Selon l’OMS, en 2020 la dépression sera la 2ème cause d’invalidité dans le monde derrière les maladies cardiaques. En 1990, elle était en 4e position. Alors que, selon une étude nationale de la D.R.E.E.S. parue en juin 2007, seuls 28% des dépressifs auraient recours à des soins, la maladie représente un véritable défi de santé publique.
- Les Cliniques et Hôpitaux Privés -

POST-SCRIPTUM

  • À propos de l’UNCPSY

    Espace dynamique d’échange et de réflexion sur la prise en charge de la santé mentale et son devenir, l’UNCPSY, syndicat affilié à la Fédération de l’Hospitalisation Privée, concourt à la performance continue et homogène des 162 cliniques psychiatriques de France. Au cœur des enjeux de santé, ce syndicat professionnel œuvre également à représenter les cliniques psychiatriques privées et à garantir leurs missions de santé publique dans le système global de la psychiatrie.

SOURCES

  • [1] Selon l’Institut National de Veille Sanitaire, octobre 2003

    [2] Rapport du sénateur Milon sur la prise en charge de la psychiatrie en France, Office parlementaire des politiques de santé, mai 2009.


    [1] Stoudemire MD et al. « The economic Burden of Depression ». General hospital Psychiatry 1986;8:387-394
    [2] Simon G. Social and economic burden of mood disorders. Biol Psychiatry 2003 ;54:208-215
    [3] Conférence interministérielle de l’OMS, 12-15 janvier 2005.
    [4] Conférence de consensus. La crise suicidaire : reconnaître et prendre en charge. 19 et 20 octobre 2000.
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
0 vote
par France (IP:xxx.xx8.244.20) le 20 octobre 2011 a 21H53
France (Visiteur)

Une solution contre la dépression moins chère, plus efficace et sans effets secondaires indésirables, à étudier sérieusement :

http://www.marketwatch.com/story/un...