Accueil du site
> Psycho & Sexo > En savoir plus sur...
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Je n’aime pas les étiquettes
Je n'aime pas les étiquettes
rubrique
note des lecteurs
date et réactions
16 février 2011
Auteur de l'article
Eric, 24 articles (Magnétiseur)

Eric

Magnétiseur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
24
nombre de commentaires
9
nombre de votes
19

Je n’aime pas les étiquettes

Je n'aime pas les étiquettes

Je n’aime pas les étiquettes. L’Homme en colle partout, c’est presque devenu une seconde nature chez lui : sur un membre de sa famille, sur son compagnon, sur son patron, sur ses collègues de travail... et sur lui-même. Il faut qu’il se rassure en définissant qui est l’autre, comment est l’autre et quel danger il représente pour lui. Ça fait un peu primitif dit comme ça, non ? Au XXIe siècle. Si seulement ça s’arrêtait là... C’est simple, quand l’humain a tout étiqueté, il faut ensuite qu’il vérifie l’étiquetage ! On s’étonne ensuite que les gens ne s’entendent pas. C’est sûr, on est sans arrêt en train de chercher la bonne étiquette, et d’ajuster celle qu’on tente de nous coller. Quelle perte de temps...

Alors j'ai décidé de ne plus en coller nulle part. Ce fut difficile au début, car j'avais déjà collé beaucoup d'étiquettes. En plus, ce n'est pas facile à décoller, il faut s'intéresser à ce qu'on fait. On voit les choses différemment aussi. C'est comme ouvrir une fenêtre et sentir l'air caresser notre visage et remplir nos poumons. On respire soudain ! C'est simple, la première étiquette que j'ai décollée, c'est celle que j'avais dans le dos. Il faut tirer un coup sec. Ça fait mal ! Au début, j'ai ressenti quelque chose de nouveau, comme une grande liberté, ou comme si je ne faisais plus partie du système. Je me suis senti seul.
 
Alors l'envie m'a pris de me laisser recoller une étiquette, par tous ces changements que les autres voyaient chez moi et ne comprennent pas toujours. Je ne sais pas si on peut ensuite se laisser faire. Pour ma part, j'ai résisté. Au début. J'ai continué de retirer les étiquettes que j'avais collées sur les gens. Ça m'a obligé à m'intéresser à eux, et surtout à comprendre qui ils étaient au-delà de leur étiquette. Souvent, on peut constater que l'étiquette colle bien au personnage. Les gens sont perspicaces ! D'autres fois, ça ne colle pas du tout. C'est généralement le cas, probablement à cause de l'indifférence des autres.
 
J'ai décollé toutes les étiquettes de ces 10 dernières années. Je les ai ensuite jetées. D'autres les ont prises pour eux, mais ce n'est plus mon problème. Mon regard a changé. Je ne me suis plus du tout intéressé aux étiquettes, mais aux gens qu'il y avait en dedans. Vous me croirez si je vous dis que j'ai découvert un trésor ? L'air de rien, beaucoup de gens n'aiment pas beaucoup les étiquettes. Mais ils ne savent pas comment s'en libérer. Alors, lorsque je croise l'un d'entre eux, je lui montre comment ouvrir sa fenêtre, mais je le laisse découvrir la sensation de la bise sur son visage, et la sensation de respirer un air de nouveauté. Je me dis "la vie demande de faire bien des efforts " !
 
Mais pas les efforts qu'on nous apprend sur les bancs d'école. Pas les efforts qui nous obligent à nous lever chaque matin pour aller travailler. Je parle des efforts de vivre ensemble ! C'est une chose tellement difficile qu'on en a peur. C'est pourquoi on colle des étiquettes sur tout, pour se rassurer. Vous m'en avez surement collé une en lisant ce texte. Mais ce n'est pas important. En découvrant le trésor que recèle chaque être humain, je me suis aperçu d'une chose qui vous fera surement sourire. Je me suis aperçu que je m'en fichais pas mal de l'étiquette qu'on me collait dessus.
http://medecinesparalleles.blogspot.com/
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté