Accueil du site
> Psycho & Sexo > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
James Holmes : Le Joker devra affronter le psy
James Holmes : Le Joker devra affronter le psy
rubrique
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
27 juillet 2012
Auteur de l'article
Henri de Miebenthal, 476 articles (Kinésithérapeute)

Henri de Miebenthal

Kinésithérapeute
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
476
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

James Holmes : Le Joker devra affronter le psy

James Holmes : Le Joker devra affronter le psy

James Holmes est accusé d’avoir tué 12 personnes et blessé 58 autres le 20 juillet dernier dans un cinéma de la banlieue de Denver, dans le Colorado, lors de la projection du film Batman The Dark knight rises. Cet homme particulièrement étrange, qui affirme être le Joker, est placé en isolement dans l’attente d’une évaluation psychiatrique. Et le jeune homme de 24 ans, qui fut étudiant en neurosciences, n’est pas à un contact près avec le corps médical : Peu avant le massacre, il avait envoyé à un psychiatre de son ancienne université un cahier contenant ses dessins du massacre projeté, accompagnés par des écrits explicatifs.

Le comportement de James Holmes suscite de vives interrogations chez les experts. Quelle est donc la personnalité de ce jeune meurtrier qui, lors de sa première comparution devant la justice lundi dernier, est resté muet comme une carpe, l’air hagard sous ses cheveux teints, semblant vouloir rejoindre la troupe du Magicien d’Oz sur la scène d’un théâtre. Tout le monde est encore abasourdi, comme la mère de l’accusé, qui se fait un sang d’encre pour son fils placé en isolement. Retour en arrière. James Holmes fut un adolescent timide mais brillant, ayant grandi dans une famille qui ne manquait de rien. Il a décroché un diplôme en neurosciences. Mais il n’y a pas si longtemps, James Holmes avait échoué à valider son troisième cycle universitaire en médecine à l’Université du Colorado.
 
Et selon TMZ, voilà que l’étudiant déchu se met à fréquenter plusieurs prostituées, notamment dans les quelques mois précédant le carnage. Certaines d’entre elles le décrivent comme un homme normal, voire charmant et agréable. Mais selon The National Enquirer, le voilà subitement avec un fantasme malade en tête : « Il voulait tuer Christian Bale, qui joue dans Batman, avec le reste du casting et Dieu sait combien de personnes avec. Il voulait frapper un grand coup sur New York, qui représente Gotham City dans le film. C’était devenu un monstre dérangé ». Et cet esprit désormais survolté se met à dessiner et à remplir un cahier de croquis du massacre qu’il projette de commettre. Des écrits accompagnent ses œuvres.
 
Le tout est envoyé par la poste à un professeur en psychologie de son ancienne université du Colorado dans les jours qui on précédé le drame. Selon The Christian Science Monitor, « le fait d’avoir expédié ce colis au professeur psychiatre est probablement un signe révélateur d’une dépression et d’une isolation psychologique, qui aurait peut-être fait suite à son échec en dernière phase des études au campus ». Après la tuerie du 20 juillet, au cours de laquelle James Holmes portait le masque à oxygène de Bane, l’adversaire de Batman dans The Dark knight rises, les médias se lancent dans une surenchère d’hypothèses sur le profil psychologique de l’accusé.
 
Selon le psychologue Michael Mantell, de San Diego, « il est beaucoup plus malade que ce à quoi nous nous attendions. Il pourrait s’agir d’un grand schizophrène, mais la préméditation des attaques est incompatible avec un épisode psychotique total ». En France, le psychiatre et psychanaliste Samuel Lepastier estime de son côté que « le passage à cet acte meurtrier aurait pu être une tentative de triompher d’une souffrance psychique insurmontable autrement ». Quoi qu’il en soit, l’examen clinique et l’évaluation psychiatrique dont James Holmes fera l’objet percera peut-être le mystère.
 
Une chose, pour l’heure, surprend le personnel pénitentiaire du centre de détention du comté d’Arapahoe, où le féru des aventures de l’homme chauve souris est placé en isolement : James Holmes, qui y construit de petites marionnettes dans sa cellule et crache sur tous ceux tentant de s’approcher de lui, se présente sans arrêt comme étant le Joker, et ce depuis son arrivée. Sa passion pour cet ennemi juré de Batman serait ancienne : Selon certaines sources non vérifiées, James Holmes était accroc à la vicodine : c’est cette drogue qui a tué Heath Ledger, le comédien qui a incarné le Joker dans le premier volet de la trilogie Batman, sorti en 2008. Et un membre du personnel de l’infirmerie du pénitencier a confié aux journalistes que «  James Holmes parle comme si rien ne s’était produit. Je pense qu’il essaye vraiment de passer pour un fou ».
 

L’accusé joue-t-il la carte de la folie ? Selon Marissa Randazzo, ancienne chercheuse en psychologie des services secrets américains, « il peut avoir connu un épisode psychotique, notamment lors de l’audience à cause du stress. Mais il ne faut pas le sous-estimer : Pendant ses études en neurosciences, il a mené des travaux précisément sur les maladies cérébrales dont il est question dans cette affaire ». En fin de compte, les dessins qu’il a envoyé au professeur de l’université du Colorado pourraient être décisifs dans le verdict des psychiatres : Selon l’expert Scott Robinson, qui s’est confié au Denver Post, « Si les dessins de James Holmes se présentent comme étant l’œuvre d’un malade mental, cela jouera en faveur de la défense et l’accusé pourrait prendre le chemin d’un asile psychiatrique. En revanche, s’il s’agit d’un travail reflétant la pensée d’une personne structurée et organisée, l’accusation s’en trouverait renforcée ». Une âpre bataille sera ainsi suivie par l’Amérique et le reste du monde : le face à face entre ce nouveau Joker et les experts psychiatres.

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté