Accueil du site
> Psycho & Sexo > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Hommes et féministes : trop c’est trop
Hommes et féministes : trop c'est trop
rubrique
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
14 novembre 2012 | 5 commentaires
Auteur de l'article
Nicole Audette, 18 articles (Sexologue)

Nicole Audette

Sexologue
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
18
nombre de commentaires
0
nombre de votes
1

Hommes et féministes : trop c’est trop

Hommes et féministes : trop c'est trop

Je recevais un homme un jour qui était l’incarnation du manque d’intrusivité envers les femmes. Il était fier de dire combien il admirait les féministes. Qu’il était doux et respectueux, qu’il ne se voulait pas dominant, car cela équivaudrait à avilir la femme.

Il était en relation depuis une quinzaine d’années avec une femme qui ne désirait plus faire l’amour depuis sept ou huit ans, même si elle disait ne pas être éteinte sexuellement et se masturbait de temps en temps. Cette femme exerçait un fort contrôle dans leur relation. C’est elle qui avait toujours décidé l’heure à laquelle ils pouvaient avoir des relations sexuelles. C’est-à-dire, jamais le jour, parce qu’elle ne se sentait pas fraîche, toujours le soir, après le dernier pipi du chien vers les 11 heures du soir, alors que lui n’était pas dans le meilleur de sa forme. Mais, rien à faire, quand elle disait « non », c’était « non ».

En questionnant l’enfance et la jeunesse de cet homme, j’ai appris qu’il était le seul garçon de la maison avec quatre sœurs. Son père, un homme parfois colérique, était très souvent absent de la maison à cause de son travail. Heureusement, car lorsqu’il a pris sa retraite, son épouse lui fît comprendre qu’il devait rester dans son coin et ne rien dire. Et oui, il semble que des couples comme cela existent. Il faut ajouter que cet homme a préféré se laisser mourir plutôt que de se faire soigner pour un cancer. 

Tout devenait de plus en plus facile de comprendre que cet homme n’avait jamais eu de modèle masculin auprès de lui, mais qu’au contraire, il avait été élevé par une mère contrôlante et dominatrice à qui il avait cherché à plaire, comme à toutes les femmes de la maison. Cet homme démontrait pourtant une belle agressivité dans d’autres sphères de sa vie, mais avec les femmes, tout était différent. Il le constatait bien.

Son attitude envers sa partenaire ne stimulait plus son désir à elle, une femme également très contrôlante . En fait, ce qui est souvent paradoxal chez les femmes, même les plus affirmatives, c’est qu’elles ont besoin d’un homme qui se tienne debout pour le désirer et non d’un homme qui fait ses quatre volontés. Ce qui ne signifie pas que les femmes n’apprécient pas la douceur, la tendresse et l’affection des hommes capables de s’imposer et de se respecter dans un couple. Là est la vraie égalité. 

Alors, si vous souhaitez être respecté, désiré et aimé messieurs, sachez vous respecter vous-mêmes tout en étant ouverts à écouter le point de vue de votre partenaire. Et surtout, ne soyez pas un « yesman », car vous risqueriez de récolter le sort que l’on réserve aux carpettes. Je vous assure que c’est la réalité, même si mes propos vous semblent durs à entendre.

Nicole Audette, sexologue

Spécialiste du traitement de l’éjaculation précoce.

Nicole Audette, M.A. sexologue Spécialiste du traitement de l'éjaculation précoce

POST-SCRIPTUM

  • Pour en savoir davantage sur le traitement de l’éjaculation précoce en personne ou sur DVD. visitez www.nicoleaudette.com

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Sexualité Couple
Commentaires
0 vote
par nemotyrannus (IP:xxx.xx2.79.202) le 14 novembre 2012 a 16H42
nemotyrannus (Visiteur)

"Et surtout, ne soyez pas un « yesman », car vous risqueriez de récolter le sort que l’on réserve aux carpettes. Je vous assure que c’est la réalité, même si mes propos vous semblent durs à entendre."

Ah , bon ?!

Pourtant d’après la présidente de S.O.S sexisme , Mme Michèle Dayras , soit on est un gros macho , violent ,dominateur , intégriste et violeur en puissance , soit on est un gars qui vit tranquillement parce que sa femme n’a pas osé , dans sa terreur millénaire de femme soumise , lui dire qu’il est un gros macho , violent ,dominateur,intégriste et violeur en puissance...

0 vote
(IP:xxx.xx4.69.46) le 14 novembre 2012 a 18H16
 (Visiteur)

Si je devait être juré, il faudrait beaucoup de conditions pour que je déclare coupable un homme qui a tué sa femme "par amour" ou par colère

On peut tuer une femme apparemment normale par excès d’amour parce qu’elle est invivable et n’apprécie pas votre amour

Féministe, non ; machiste, non

Coupliste

1 vote
par lunatu (IP:xxx.xx2.130.23) le 16 novembre 2012 a 16H59
lunatu (Visiteur)

Heureusement on commence à en prendre conscience des dérives de ce comportement soumis à la volonté des femmes et d’une mauvais interprétation du respect. En cause, le sentiment de culpabilité de peur d’être considéré comme un prédateur.

La sexualité implique de laisser se manifester une certaine nature instinctive, une certaine animalité. Pour le bonheur des deux partenaires. Comme dit Erik Zemour : "Un homme qui respecte une femme ne peut pas bonder". Moi j’ajoute "Une femme qui se sente respectée ne peut pas mouiller".

N’oublions pas la réponse d’Elisabeth Taylor à un journaliste qui lui demanda "Quand est ce que vous vous êtes senti commencer à vieillir ?". "Quand les hommes ont commencé à me respecter"

1 vote
par sert (IP:xxx.xx2.175.89) le 16 novembre 2012 a 17H24
sert (Visiteur)

Ce genre de situation n’a pas attendu le féminisme pour exister. 2 classiques dans l’histoire. L’homme qui tente de séduire sa compagne comme il tente de séduire sa mère c’est a dire en étant un gentil larbin. Et la femme qui se sert du sexe comme d’un moyen de pouvoir/domination. ps : on remarquera des mots politiquement correct du genre très controlante, si les genres étaient inversés on aurait parlé de violence conjugale.

0 vote
par acadienne (IP:xxx.xx3.88.29) le 16 novembre 2012 a 18H01
acadienne (Visiteur)

Mon dieu ! Madame ! Je ne peux pas croire qu’une femme puisse écrire de telles inepties ! Si vous êtes sexologue, j’aimerais bien savoir quelle pauvre institution vous a décerné vos diplômes ! Votre titre ne fait aucunement de vous une autorité en matière de féminisme ! Et il faut croire que vous ne connaissez pas la vraie définition du mot « féminisme », puisque ce dernier ne constitue pas l’idée de contrôler, ni de subjuguer les hommes, mais bien de permettre aux femmes d’atteindre l’égalité réelle dans toutes les sphères de la société, que ce soit sur le plan économique, social, politique ou privé.

Je n’ai sûrement pas besoin de vous dire que de nombreuses études réalisées tant au Canada, en France ou dans le reste du monde démontrent que les femmes sont toujours les victimes de profondes inégalités. Je n’aurais jamais cru entendre un tel discours patriarcal et sexiste de la bouche d’une femme !

« Il était fier de dire combien il admirait les féministes. Qu’il était doux et respectueux, qu’il ne se voulait pas dominant, car cela équivaudrait à avilir la femme. Il était en relation depuis une quinzaine d’années avec une femme qui ne désirait plus faire l’amour depuis sept ou huit ans, même si elle disait ne pas être éteinte sexuellement et se masturbait de temps en temps. Cette femme exerçait un fort contrôle dans leur relation. C’est elle qui avait toujours décidé l’heure à laquelle ils pouvaient avoir des relations sexuelles. C’est-à-dire, jamais le jour, parce qu’elle ne se sentait pas fraîche, toujours le soir, après le dernier pipi du chien vers les 11 heures du soir, alors que lui n’était pas dans le meilleur de sa forme. Mais, rien à faire, quand elle disait « non », c’était « non ». » (… )son épouse lui fît comprendre qu’il devait rester dans son coin et ne rien dire. Et oui, il semble que des couples comme cela existent. Il faut ajouter que cet homme a préféré se laisser mourir plutôt que de se faire soigner pour un cancer. (…)

Parce que forcément, si ça avait été l’inverse, si cette femme avait été contrôlée par son mari, si elle avait été soumise à ce dernier, tout le monde aurait été heureux, non ? L’ordre « normal » des choses aurait suivi son cours ? Parce que « forcément », les femmes doivent se soumettre à tous les ordres et désirs de leur mari, non ? Non, mais quelle stupidité ! Et vous utilisez un seul cas pour diaboliser TOUTES les féministes ? Quelle généralisation grossière ! Que de préjugés ! Évidemment, les féministes sont responsables de tous les maux de la planète !

« Cet homme démontrait pourtant une belle agressivité dans d’autres sphères de sa vie, mais avec les femmes, tout était différent. Il le constatait bien. »

Parce que c’est « beau », l’agressivité d’un homme envers une femme ? Vous trouvez que l’agressivité et la violence d’un homme envers sa femme sont belles ? Connaissez-vous la définition de l’agressivité ? Quelle belle justification pour la violence conjugale. Savez-vous combien de femmes meurent à chaque année au Canada seulement aux mains d’un mari ou d’un conjoint violent ? Savez-vous combien d’enfants, de familles ont été détruits par cette violence ? Vos propos sont tout simplement abominables et indécents.

Il y a toute une marge entre un homme qui s’affirme et un yesman ou une carpette. Vous devriez apprendre à faire la différence entre les deux avant de donner des conseils aux couples. Si Agoravox continue à publier de tels textes sexistes, je vais tout simplement arrêter de lire ce journal. Entre vos propos et le commentateur ci-dessus qui dit : « On peut tuer une femme apparemment normale par excès d’amour parce qu’elle est invivable et n’apprécie pas votre amour », je ne sais pas ce qui est le plus aberrant...