Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Georges Tron, fétichiste du pied prétextant la médecine ?
Georges Tron, fétichiste du pied prétextant la médecine ?
rubrique
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
7 juin 2011 | 2 commentaires
Auteur de l'article
Henri de Miebenthal, 476 articles (Kinésithérapeute)

Henri de Miebenthal

Kinésithérapeute
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
476
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Georges Tron, fétichiste du pied prétextant la médecine ?

Georges Tron, fétichiste du pied prétextant la médecine ?

Il est question ici d’une affaire qui oscillerait entre sexualité débridée et fascination débordante pour la réflexologie. Eva et Virginie, qui ont porté plainte contre Georges Tron pour harcèlement sexuel, ont témoigné pour la première fois à visage découvert avec le soutien de Marie, l’une des anciennes assistantes parlementaires du député-maire.

Deux femmes accusent Georges Tron, ancien secrétaire d'Etat et maire UMP de Draveil, d’agressions sexuelles et de viols. Employées de la ville au moment des faits, elles déclarent avoir été abusées par le maire et son adjointe de maîtresse en devant accepter des gestes de moins en moins acceptables pour obtenir puis garder un travail. La première plaignante n’en revient pas : « A notre première rencontre, il m’a directement ôté ma bottine ». Georges Tron aurait commencé par des massages de pied torrides en portant sa bouche sur les orteils et en soufflant violemment dessus. Il aurait ensuite égaré ses mains vers des parties du corps plus intimes... ce qui a évidemment bien plus de conséquences. Pour la seconde victime, même chose. Et le menu commence là aussi par des "massages" et des suçotages d'orteils.

François-Joseph Roux, ancien bras droit de Georges Tron à la mairie, a confirmé les accusations pesant sur ce dernier. L'intéressé avait du quitter la mairie car, dit-il, « Tron savait que je savais pour ces deux femmes, et ça le génait  ». De source policière GT (appelons-le ainsi) « suçait les orteils des femmes qui l’accusent. Tous les doigts sauf le petit orteil ». Et selon une interview du Parisien « en voiture, à table, dans son bureau, à tout moment, sous n’importe quel prétexte, tout est bon pour Georges Tron pour tripoter des pieds ». Au delà de cette affaire que la justice s’efforcera d’élucider, des témoignages se sont succédés pour mettre en lumière la passion sans limite de Georges Tron pour les pieds de jolies jeunes femmes.

A Draveil, devenue capitale des orteils sucés, GT est "le maire au mille pieds". « Le fétichisme de M. Tron pour les pieds, c’est notoire  » confie une habitante, gênée, au Parisien : « Quand je le croise l’hiver, il me demande quel type de chaussettes j’ai dans mes bottes ». Les élus locaux décrivent un « drôle de climat en mairie, et on savait tous pour les pieds ». Dans la petite aile de la mairie aménagée pour lui, à côté de son bureau, GT s’est même fait installer un petit cabinet de "massage". Une élue de la ville voisine raconte : « Tron m’a fait le coup deux fois. La première fois en voiture. Il était à l’avant et moi derrière, et j’ai senti sa main m’enlever la chaussure… Ce n’était pas désagréable mais vite un peu gênant. La seconde fois, j’ai mis le holà ». Une journaliste locale relate elle aussi son expérience avec ce fanatique du pied féminin : « C’est quelque chose de bizarre dont on ne se vante pas. Je n’en ai d’abord pas parlé. Puis j’ai compris, un soir d’élection. Une élue l’a vu arriver et a dit tout fort : “Ah, si j’avais su que Tron était là, j’aurais mis des bottes.”… On s’est regardé et on a compris, toutes les femmes présentes, qu’il nous avait déjà massé les pieds ! »

Une autre journaliste de télé se souvient avec gêne d’une séance en espadrilles dans le petit cabinet. Et Daphné Ract-Madoux, la présidente du MoDem 91 en personne, témoigne elle aussi de ce qui s’est déroulé avec le Député-Maire de Draveil : « Je ne peux parler que de mon expérience personnelle. C’était lors d’un rendez-vous dans le bureau de Tron. Tout d’abord, il m’a offert un petit livre (La réflexologie pour tous du Docteur Denis Lamboley aux éditions Marabout) sur la réflexologie, en expliquant qu’il avait participé à la préface avec le docteur Lamboley. Puis il a décortiqué les principes de la réflexologie et ses bienfaits sur l’être humain. De fil en aiguille, il dit avoir mis au point avec le Docteur, un prototype de chaussette bas qui masserait les points de réflexologie et vous propose de l’essayer. Ainsi vous vous retrouvez projetée dans un moment décalé et déplacé auquel, interdit, vous ne savez pas vraiment comment vous extirper. J’ai mis rapidement fin à l’entretien ».

D’après les confidences d’un ministre, GT aurait massé « plus d’un millier de pieds ». Les uns défendent le maire en mettant en avant son goût supposé pour la réflexologie plantaire, une technique chinoise ancestrale ayant pour but de soulager. Les autres voient ici un cas assez lourd de fétichisme du pied. Sous couvert de réflexologie, l’homme -selon des éléments de l'enqûete- s’exciterait donc sur les pieds avant, parfois, d’agresser sexuellement. Les réflexologues professionnels, qui se seraient bien passés de cette publicité, tiennent à rassurer le grand public. Danielle Vidy, praticienne, précise ainsi que «  la réflexologie ce ne sont ni des caresses ni des suçotements d’orteils, mais une véritable médecine qui ne peut pas s’exercer correctement sans formation ».

Me Schnerb, l’avocat de GT, assure pour sa défense que son client avait cofondé l’Association pour une alternative en médecine, et aurait développé un véritable don pour la réflexologie : « Il est de notoriété publique que Georges Tron encourage les médecines douces et la réflexologie. C’est insolite, inhabituel. Mais si vous saviez le nombre de hobbies surprenants dans nos mairies françaises, vous seriez stupéfait ». Il existe une Fédération française des réflexologues (FFR) qui rassemble 600 praticiens réellement compétents. Pour ce qui est du reste, Martine Boisserie, présidente de la fédération, regrette le nombre élevé de charlatans qui se déclarent réflexologues après avoir lu un simple livre : « Ce genre de dérives nuisent à la profession et aux patients ». Eva Sutter, réflexologue, lache pour sa part un soupir « face à tout le mal que l'affaire Tron fait à la profession ».

La réflexologie n’est pas encore une médecine à part entière, en raison du manque d’études scientifiques démontrant ses principes d’action. Un nombre croissant de médecins ont cependant recours à cette pratique en milieu hospitalier, notamment dans les services de cancérologie où la réflexologie permet de soulager les malades. En appuyant sur des points précis du pied, il est en effet possible de rééquilibrer le corps en permettant d’évacuer le stress et de résoudre des problèmes de constipation, de sommeil, d’hémorroïdes, de douleurs musculaires et articulaires et des troubles respiratoires. Il ne s’agit pas de massages mais de digitopressions, et les vrais réflexologues ne s’aventurent pas au delà du mi-mollet.

Le cas de GT relevait donc davantage du fétichisme, à en croire les observateurs. Le fétichisme des pieds est une pratique érotique ou érotisée par des milliers de personnes en France. On pourrait parler dans le cas présent de « podophilie » qui, bien que faisant partie des paraphilies, n’est pas vraiment une perversion. Les podophiles expriment une adoration des pieds eux-mêmes ou de tout ce qui peut l’habiller (à ne pas confondre toutefois avec le penchant "normalisé" et bien plus répandu pour un habillage de la femme en lingerie et en escarpins pendant un acte sexuel classique). Melle Pheno, une blogueuse trentenaire post-féministe qui écrit sur des sujets liés à la sexualité, relate une multitude de fétichismes autour du pied, parmi lesquels :

« - Déjà par la forme : talons aiguilles, chaussettes sales, bottes en cuir à talons hauts ou de forme cavalières, bas en nylon, pied nu, chaussures à talons plats, les baskets, les pieds sales, chaussures abîmées....

- Le Massage des pieds : pratique très répandue qui consiste à vous faire masser les pieds nus ou habillés d'un bas ou une chaussette par un fétichiste. En général, ces derniers aiment lorsque les pieds sentent forts. Par expérience, j'a vu beaucoup d'entre eux s'agenouiller à mes pieds et rapprocher mon pied le plus possible de leur visage tout en le massant, me reprochant parfois d'avoir une trop bonne hygiène.

- Lècher les pieds ou les chaussures : le fétichiste amènera le pied nu ou non à sa bouche pour le lécher. Si vous êtes pieds nus, gare aux chatouilles de la langue qui passera entre vos orteils. Si vous vous concentrez un temps soit peu, vous pourrez découvrir toute la dimension érotique de cette pratique.

- Le footjob est l'art de masturber le sexe de quelqu'un avec ses pieds. A noter que cela peut demander une certaine dextérité.

- Le trampling correspond à marcher sur quelqu'un qui est souvent allongé au sol, pieds nus ou muni de chaussures. Cette pratique n'est pas sans risque. Il est important de ne pas se jeter à deux pieds sur le corps de l'autre. Il est d'usage de garder un point d'appui (mur, rebord d'un bar...) afin de ne pas y mettre tout son poids sur certaines parties du corps ou selon la résistance du tramplé. Cette pratique correspond souvent au fantasme de se faire écraser par l'autre, comme si le fétichiste était insignifiant.

- L'abused shoes : abîmer volontairement des chaussures. Dans ce cas le podophile se place en position de voyeur ou spectateur, la vue et non l'odeur intervenant comme sens excité.

- Le crushing : écraser des insectes ou autres avec ses chaussures. Cette pratique rejoint un peu le trampling qui donne à celui qui écrase une position de surpuissance ».

L’affaire Georges Tron a en tout cas fait couler beaucoup d’encre sur Internet, où des témoignages se sont succédés. Et si le fétichisme n’est pas bien méchant lorsqu’il se pratique entre personnes consentantes, il en va parfois différemment, et le site de clint.be fait part de la stupéfaction face au « trip » des fétichistes du pied : « Marie, une Parisienne de 26 ans se rappelle d'une petite anecdote vécue avec sa coloc du temps où elle vivait à Lille, il y a cinq ans. Celle du jour où un homme apparemment sourd et muet a sonné à la porte. « Il nous disait des choses qu'on ne comprenait pas en nous montrant nos pieds. Nous, on voulait lui rendre service, on croyait vraiment qu'il était sourd et muet. On lui a demandé s'il cherchait un podologue, un pédicure, un magasin de chaussures… Jusqu'au moment où il a fait asseoir ma coloc, lui a pris son pied en chaussette et l'a frotté contre son visage. On l'a mis dehors illico. »
 

Inscrivez-vous à la newsletter !
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
0 vote
par le journal de personne (IP:xxx.xx8.164.131) le 8 juin 2011 a 09H45
le journal de personne (Visiteur)

Plainte contre X

Qu’il ne se berce surtout pas d’illusions parce qu’il saura en descendant dans la rue qu’il n’y a que la Révolution ... pour passer l’ultime coup de balai... parce que nous sommes de vieux enfants parmi nous, seuls les plus jeunes ont droit de prendre le relais pour voir la vérité de plus près !

http://www.lejournaldepersonne.com/...

0 vote
par L'Ankou (IP:xxx.xx7.232.70) le 8 juin 2011 a 16H11
L'Ankou (Visiteur)

Merci pour cet article intéressant et fort détaillé...

Je m’étonne que peu d’articles aient relevé le caractère paradoxale du fétichisme du pied, s’agissant de l’homme Tron...

Bien à vous, L’Ankou