Accueil du site
> Dossiers > Dopez votre mémoire !
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Enregistreur de vie ou mémoire virtuelle
Enregistreur de vie ou mémoire virtuelle
rubrique
note des lecteurs
date et réactions
29 mars 2010
Auteur de l'article
Loreline Robbe, 61 articles (Rédacteur)

Loreline Robbe

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
61
nombre de commentaires
0
nombre de votes
40

Enregistreur de vie ou mémoire virtuelle

Enregistreur de vie ou mémoire virtuelle

Avec les progrès technologiques majeurs de ces dernières années en matière notamment de stockage de l’information, on pourrait imaginer un nouveau gadget, qui serait une sorte de « mémoire virtuelle », capable de retrouver des données numériques stockées préalablement sous forme de vidéos, cartes, mails… et qui viendrait très largement suppléer notre propre mémoire, éventuellement défaillante. Ce petit engin semble tout droit sorti d’un film de science fiction et pourtant, les avancées actuelles pourraient permettre de le faire passer du mythe à la réalité dans un futur bien plus proche que prévu.

Cet archivage des moindres détails de notre quotidien est même plutôt bien amorcé lorsqu’on voit d’un même temps les technologies de stockage de l’information se développer à vitesse grand V et leur prix diminuer. Aujourd’hui, un téraoctet de stockage (10*1012 octets) coûte 100 dollars et dans 10 ans, on en aura 250 fois plus pour le même prix, soit suffisamment pour stocker des dizaines de milliers d’heures de vidéos et des millions de photos. On observe également en parallèle, l’apparition de logiciel de classement de données. C’est pourquoi, selon Gordon Bell, chercheur principal de Microsoft Research et co-auteur de Total Recall : How the E-Memory Revolution Will Change Everything (Comment la mémoire électronique révolutionnera le monde), la numérisation de notre existence est inévitable.

Les caméras intégrées aux téléphones cellulaires, les GPS, les boites mails sont tout autant de médias de stockage de cette future « mémoire virtuelle ». On pourra bientôt filmer et archiver chaque détails de notre vie : ce que l’on fait, lit, voit, entend, les gens à qui l’on parle, ce qu’on leur dit et ou on va. On pourrait même enregistrer les variations dans notre état de santé grâce à un capteur fixé à notre poignet, informant sur nos données biométriques.

Si toutes ces données sont autant de souvenirs, qui réjouiront les personnes âgées à la fin de leurs jours, ou permettront éventuellement de régler les conflits du quotidien, preuves à l’appui, comme dans le monde sportif, ce journal intime en 3D pose également bien des questions éthiques. Questions sur la préservation de la vie privée notamment. En effet, ou iront toutes ces informations récupérées ? Quels sens donner à ces informations ? Car une même donnée peut avoir de nombreuses interprétations, sortie de son contexte. Les utilisations d’un même temps que les dérives possibles semblent donc malheureusement assez nombreuses.

Le life logging (enregistrement chronologique de la vie), terme inventé par Bell et Gemmel, qui se livrent à un cette activité dans le cadre de leur recherche (Voir * ci-dessous), ne fait pas que des enthousiastes. 51% des lecteurs du blog TechCrunch affirment que porter un tel appareil, sorte d’enregistreur de vie, ne leur plairait pas du tout. Ceci étant, près de la moitié des lecteurs n’a donc rien contre et amorcerait une nouvelle manière de vivre, qui resterait gravée pour l’éternité dans les archives de l’humanité.

*Depuis 1998, Bell et Gemmell travaillent à une entreprise pharaonique : ils tentent d'enregistrer dans leurs moindres détails les activités quotidiennes de Gordon Bell. Ils filment tout ce qu'il lit, enregistrent tout ce qu'il fait à son ordinateur et toutes ses conversations téléphoniques, suivent de près ses données biométriques à l'aide d'un capteur qu'il porte au bras. À son cou, il a une Sense­Cam, caméra de la taille d'un paquet de cigarettes mise au point par Microsoft. L'appareil prend des photos tout au long de la journée, en particulier lorsque son capteur infrarouge détecte la chaleur d'une personne à proximité. Ces milliers d'images et de conversations sont ensuite stockées dans la grande banque de données de sa vie.

Loreline Robbe Sciences et ...

SOURCES

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté