Accueil du site
> Psycho & Sexo > Risques
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Dur métier d’être parent quand votre enfant présente des troubles du comportement
Dur métier d'être parent quand votre enfant présente des troubles du comportement
rubrique
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
26 février 2010
Auteur de l'article
Tichote, 28 articles (Rédacteur)

Tichote

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
28
nombre de commentaires
2
nombre de votes
4

Dur métier d’être parent quand votre enfant présente des troubles du comportement

Dur métier d'être parent quand votre enfant présente des troubles du comportement

« Etre parent est un dur métier », un métier pour lequel il n’y a pas d’école. Et quand de surcroît notre enfant présente des difficultés, que l’on appelle cela « troubles du comportement » ou « trouble du développement » ou « trouble de la personnalité »... de la même façon que pour n’importe quel handicap, aucun parent n’y est préparé.

 

Le regard de l’autre

 

Dans notre société contemporaine, qui n’offre pas de sécurité affective, et où il ne fait pas bon être adulte, l’environnement interne (familial) et externe (environnemental) n’apporte pas à l’adolescent la stabilité dont il aurait tant besoin.

Or l’adolescence est une période trouble par essence. L’adolescence est une période charnière, coûteuse (psychiquement), car conflictuelle pour l’enfant et pour les parents.

Si l’enfant développe alors des troubles du comportement, il déstabilise l’entourage, épuise son environnement et provoque des réactions négatives et d’incompréhension.

En effet, les jeunes qui présentent des troubles du comportement n’attirent pas a priori la compassion : Ils dérangent « l’ordre des choses ». Ne sont-ils pas mal éduqués ? Et les parents de ces enfants ne sont-ils pas un peu responsables, quelque part ?

Mon enfant était Borderline

J’étais totalement ignorante sur ce trouble du comportement. Pour moi, à l’adolescence, Céline était devenue dépressive, voire même suicidaire. Ce n’est qu’après sa mort, à la lecture des rapports médicaux la concernant que j’ai appris à comprendre cette terrible souffrance qu’elle portait en elle.

Je la rabrouais sur sa conduite, estimant qu’elle se mettait trop souvent en danger mais elle me rassurait toujours en me disant : « Mais Maman, t’affole pas ! Tout le monde fait ça maintenant. Y’a pas de risque »

Les comportements qui font partie du champ suicidaire inconscient sont extrêmement nombreux : abus de drogues, d’alcool, comportements antisociaux, les accidents de la route (moto), jeux du foulard, conduites à risque…

Toutes ces conduites représentent des modalités de fuite, de mise à distance, d’une tension interne . Le doute et l’incertitude quant à sa propre identité amènent l’adolescent à vivre, à se sentir exister en partant ailleurs, à rechercher de nouvelles identifications qu’il ne peut pas rencontrer là où il vit. Mon enfant vivait dans sa bulle, utilisant pour son « envol » des produits illicites…

J’ai évoqué mes craintes mais mon entourage, pensant sans doute me tranquilliser, me disait. « Ne t’en fais pas, les jeunes fument souvent un pétard de temps en temps, ils ne sont pas drogués pour autant »

Borderline, un trouble bien méconnu

Le terme “trouble de l’attachement” ou “enfant passoire” n’est employé en théorie que pour des enfants.

Pour les jeunes de plus de 18 ans, ce trouble s’appelle “BORDERLINE”.

Les caractéristiques de ce trouble sont :

· Le changement d’humeurs

L’humeur peut basculer d’un moment à un autre, et même si soudainement que les personnes de l’entourage n’ont aucune idée de ce qui a pu faire basculer cette humeur. Souvent cette inversion d’humeur est qualifiée “d’hypersensibilité”. L’humeur peut changer du très heureux vers le profondément malheureux ou par exemple vers une irritabilité intense.

· L’impulsivité

Les personnes “Borderline” prennent souvent leurs décisions de manière impulsive. Sans aucune réflexion sur les conséquences, elles ont décidé par exemple de suivre une formation qui, si peu de temps après ne plait pas, est donc aussitôt arrêtée. L’impulsivité s’exprime souvent aussi à travers des troubles alimentaires, le gaspillage d’argent ou une consommation démesurée de boissons ou de drogues.

· Les perturbations d’identité :

Beaucoup de sujets Borderline ont peu de confiance en soi. Ils ne savent pas bien ce qu’ils veulent faire de leur vie et ont une instabilité de l’image de soi ou de la notion de soi.

· Les sentiments chroniques de vide :

Beaucoup de personnes Borderline ont une “impression de vide”. Comme si elles se sentaient coupées des choses.

· La manière de penser tout blanc ou tout noir.

Le borderline voit autrui SOIT comme quelqu’un de formidable, SOIT comme quelqu’un complètement sans valeur et il alterne ainsi entre les positions extrêmes d’idéalisation et de dévalorisation. Pour lui, il n’y a que très peu ou aucune nuance de gris entre le noir et le blanc.

· L’automutilation :

Parfois, les tensions montent tellement que le borderline s’abime lui-même, et pas toujours “inconsciemment”. Parfois, l’automutilation se produit dans des situations vécues comme une sorte d’ivresse.

· Les phénomènes psychotiques et dissociatifs

Les personnalités borderline vivent parfois des états de courte durée. La plupart du temps, ces psychoses sont transitoires et passent après quelques heures. Souvent, elles se manifestent par une méfiance démesurée, le fait d’entendre des voix, d’être dans l’embarras.

La dissociation se manifeste sous différentes formes. Le patient peut avoir l’impression de ne plus être dans la réalité et que tout passe à coté de lui sans qu’il y prenne part (déréalisation).

Il peut aussi avoir le sentiment de vivre dans un corps où il ne sent rien (dépersonnalisation).

Il arrive aussi par exemple qu’il se rende quelque part, mais qu’il ne sait plus comment il s’y est rendu, ou même qu’il y est allé. Ces situations peuvent être des expériences assez angoissantes.

La dislocation est un état de conscience modifié, comme si différentes fonctions du cerveau n’étaient plus en accord. L’entourage peut parfois apercevoir des dissociations par le fait qu’il observe que la personne borderline n’est plus présente en esprit ou qu’elle donne une impression d’absence.

· La peur de l’abandon

Beaucoup de patients borderline ont une frousse bleue de l’abandon. Ils font l’impossible pour l’éviter.

Quelles sont les causes de l’origine des troubles de la personnalité borderline ?

Plusieurs causes sont possibles dans la formation du trouble borderline.

L’origine du trouble est habituellement perçue comme une combinaison de prédisposition personnelle et de circonstances (modèle biopsychosocial).

Bio venant de biologique, montre le rapport avec la prédisposition, avec des facteurs corporels et l’hérédité. Chez la personne souffrant de troubles borderline, l’impulsivité et l’instabilité émotionnelle sont probablement une prédisposition personnelle.

Psycho est mis pour psychologique et est en rapport avec l’éducation, incluant expériences et événements. Chez les personnes ayant le trouble borderline, il a souvent été question d’une situation familiale instable et / ou d’expériences pénibles comme la maltraitance, l’abus sexuel ou la séparation des parents.

Par contre, toutes les personnes borderline n’ont pas connu un tel passé et ce n’est pas non plus parce qu’une personne a vécu un tel passé qu’elle développe des troubles borderline.

Réseau Européen d’Etude de la Personnalité Borderline à l’Adolescence

Faut-il voir une prise de conscience des conséquences du trouble de la personnalité Borderline ?

En juin 2008 un réseau européen d’étude de la personnalité Borderline à l’adolescence a été mis en place.

Responsable du projet européen : Dr Maurice CORCOS, Institut Mutualiste Montsouris, Paris
Responsable du projet adolescent européen : Dr Mario Esperanza, Versailles ; Dr. Rémy Barbe, Genève(Suisse)
Direction scientifique à Genève : Dr. Rémy Barbe, Médecin Adjoint, (SPEA), Remy.Barbe@hcuge.ch. ;
Collaboration à Genève : Dr. Ph. Stephan, SUPEA, Lausanne ; Dr. MH Pham Médecin adjoint responsable du Salève, HUG ; Dr. Françoise Narring, Programme adolescent et jeune adulte, HUG ;

La prévalence du trouble de la personnalité borderline est importante, estimée à environ 2% de la population générale (aux alentours de 10% de la population générale des adolescents) et entre 15 et 25 % de l’ensemble des patients consultant en Psychiatrie.

Typiquement, le tableau clinique de ce trouble de la personnalité débute à l’adolescence, et souvent de façon très bruyante : surmortalité, tentatives de suicide itératives et graves (5% de décès par suicide avant l’âge de 30 ans), automutilations, épisodes psychotiques aigus transitoires (dépersonnalisation, déréalisation), conduites impulsives (prises de risque, vols, rixes, colère non contrôlée …) et addictives (prises de drogues, alcoolisations, crises de boulimie …), masquant ainsi le reste de la symptomatologie (expression d’une identité de soi diffuse, sentiment de vide persistant, relations interpersonnelles violentes et chaotiques, lutte pour éviter l’abandon, fluctuations rapides de l’humeur …).

La prise en charge de ces adolescents borderline est longue, difficile, associe de multiples modalités thérapeutiques (prescriptions médicamenteuses, psychothérapies, nombreuses hospitalisations en situation de crise aiguë, séjours prolongés en établissement de soins ou de soins-études…), et reste peu codifiée.

Les objectifs principaux de ce projet sont :

·  L’identification des caractéristiques psychopathologiques spécifiques au trouble borderline de l’adolescent (structuration de personnalité, style tempéramental, mécanismes de défense, modalités de l’expression émotionnelle, niveau d’impulsivité, type d’attachement, quantification de la dépression associée, idéation suicidaire …)

·  L’étude de la stabilité du diagnostic de trouble borderline dans le temps au cours de l’adolescence, et de son devenir (pronostic, tentatives de suicide, comorbidité …) se fait à l’aide d’un suivi de deux ans des patients borderline

·  La mesure de l’impact des différentes modalités thérapeutiques sur la pathologie borderline et le patient sont pris en charge (prescriptions médicamenteuses, psychothérapies, hospitalisations …)

·  La caractérisation de certains facteurs étiopathogéniques (abus sexuels, négligence émotionnelle, maltraitance, distorsions du rôle parental, dysfonctionnements familiaux, séparations précoces …) sont aussi à l’origine du trouble borderline.

SOURCES

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté