Accueil du site
> Psycho & Sexo > Conseils & Solutions
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Donner de l’espoir aux « Borderline »
Donner de l'espoir aux « Borderline »
rubrique
note des lecteurs
date et réactions
21 mai 2010 | 3 commentaires
Auteur de l'article
Tichote, 28 articles (Rédacteur)

Tichote

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
28
nombre de commentaires
2
nombre de votes
4

Donner de l’espoir aux « Borderline »

Donner de l'espoir aux « Borderline »

J’ai reçu sur mon blog ce message auquel je n’ai pas su répondre :
« Je suis moi même borderline on m’a dit que c’était de naissance et que les symptômes se développaient selon les événements de notre vie. Je suis suivie en hôpital de jour, j’ai beaucoup de médicaments et honnêtement je ne vois pas le bout de cette "putain" de maladie..... »
Posté par oups62 | Dimanche 02 Mai 2010 à 22:03

Depuis la création de mon blog je reçois beaucoup de messages de personnes suivies médicalement pour ce trouble de la personnalité. Et je ressens cette inquiétude, cette forme de désespérance qui s’exprime par « je n’ai pas d’issue », « mon mal est incurable ». Les mots ne peuvent pas tout et même si mes réponses se veulent rassurantes, je comprends ces réactions. Je n’ai bien sûr aucune qualification pour répondre à ces appels à l’aide, je ne peux qu’affirmer ma tendresse et mon soutien. « Ne baissez pas les bras, votre thérapie portera ses fruits, elle est longue, elle est difficile mais elle vous aidera à gérer vos émotions avant qu’elles ne vous submergent ». Je sais que des médecins, des professionnels médicaux lisent parfois mes écrits. Me désapprouvent-ils ? Toutes ces recherches sur les troubles du comportement m’ont permis de comprendre le mal être de Céline. Pensez-vous que les personnes en souffrance doivent rester dans l’ignorance ? Un jour, j’ai reçu un message d’un infirmier au Québec qui m’a rabroué vertement en me disant de me mêler de ce qui me regarde et que je ferai mieux d’aller me faire soigner. « Rassurez vous Monsieur, je me fais soigner depuis le décès de mon enfant » Ma démarche est-elle donc si incompréhensible ? J’avance jour après jour pour connaître ce mal qui a terrassé mon enfant. Je découvre jour après jour un monde de souffrance que je ne connaissais pas. Alors oui, je ne suis pas médecin ! Mon approche est celle du cœur. Je veux tendre la main, être à l’écoute…et peut-être même être à l’origine de consultations vers un monde médical qui fait parfois bien peur. Ce n’est jamais facile de venir parler de soi. Imaginez alors la difficulté pour quelqu’un qui ne connaît même pas son « moi », qui parfois se reconnaît avoir un double visage…Docteur Jeckyl, Mister Hyde … Si vous estimez que ma démarche est mauvaise, conseillez-moi ? Dites moi comment agir ; mais surtout par pitié, ne me demandez pas de rester dans mon coin à faire l’autruche.

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Conseils & Solutions
Mots-clés :
Troubles borderline
Commentaires
0 vote
(IP:xxx.xx2.191.194) le 12 juillet 2010 a 22H41
 (Visiteur)

Bonjour ,

A mon avis, votre écoute est fondamentale et elle apporte beaucoup aus personnes qui viennent à vous.

L’écoute, le réconfort, l’encouragement n’ont pas de prix pour celui ou celle qui est enfermé dans un monde de souffrances intérieure.

Merci pour ce que vous faites et un grand bravo pour votre courage !

Amicalement

Bruno

0 vote
par Tichote (IP:xxx.xx3.166.53) le 13 juillet 2010 a 08H59
Tichote, 28 articles (Rédacteur)

Merci Bruno, J’avoue être en quête de soutien. Vos paroles me vont droit au coeur Tichote