Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Dominique Strauss Kahn admet être malade
Dominique Strauss Kahn admet être malade
rubrique
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
14 novembre 2011 | 4 commentaires
Auteur de l'article
Henri de Miebenthal, 476 articles (Kinésithérapeute)

Henri de Miebenthal

Kinésithérapeute
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
476
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Dominique Strauss Kahn admet être malade

Dominique Strauss Kahn admet être malade

Selon le Journal du Dimanche, qui cite des proches souhaitant rester anonymes, l’ancien patron du FMI aurait pris conscience d’une maladie et envisagerait de faire traiter ses pulsions. Lâché par ses soutiens et anéanti par des révélations en cascade, DSK serait « un homme brisé », terré dans son appartement de la Place des Vosges. Selon le Docteur William Lowenstein, directeur de la clinique spécialisée Montevideo de Boulogne, dans les Hauts-de-Seine, il serait question d’ « une personne extrêmement fragile, dans une situation excessivement dangereuse et souffrant le plus souvent d’une angoisse majeure ».

Il reste encore quelques rares personnes, un dernier carré d’irréductibles, qui viennent le voir chez lui, où il reçoit deux visites en moyenne par semaine. Mais l’homme qui se présente devant eux n’aurait plus grand-chose à voir avec ce président talentueux du FMI et ultra favori des sondages qui brillait de mille feux il y a voici moins d’un an. Un proche de cette homme, désormais classé dans la rubrique des faits divers pour ses frasques sexuelles diverses et variées, s’est confié au JDD : « Pour la première fois ces derniers jours, il m’a dit qu’il fallait qu’il se fasse soigner. Il a admis qu’il était malade ».

Cet homme que la presse qualifie de « brisé » ne serait plus que l’ombre de lui-même : «  Il passe ses journées à ne rien faire. Un ressort s’est cassé. Il reste parfois de longues minutes dans le vague ». Pour ce noyau de personnes resté fidèles à DSK, mis à mal par l’affaire du Sofitel à New York et par l’affaire du Carlton de Lille, « cela ressent à sa façon de parler, de s’habiller, de marcher et même respirer. Et il perd du poids, en reprend puis en reperd. Rien n’est stable ». L’intéressé poursuit : «  Il se ronge les ongles et tourne en rond. Il ne peut plus se concentrer sur un livre, refusant d’ouvrir la télé ou de lire les journaux. Seules les équations de maths le calment, mais son emploi du temps est vide ».

En écho à ces affirmations, Michel Rocard a récemment rappelé sur les ondes d’Europe 1 qu’il avait été le premier à dire que Dominique Strauss Kahn « souffrait d’une maladie mentale, éprouvant des difficultés à maitriser ses pulsions », en ajoutant que ce dernier «  vit une histoire assez épouvantable, qui le détruit lui-même ». Qu’en serait-il concrètement ? Interrogé par le site Slate.fr, le Docteur William Lowenstein, responsable de la clinique spécialisée Montevideo de Boulogne, dans les Hauts-de-Seine, suggère que DSK est sur le point d’entrer dans une nouvelle phase : « La fin de l’état de déni d’une addiction coïncide avec la prise de conscience des conséquences négatives majeures de cette addiction. Ce n’est pas l’origine de l’assuétude qui est en cause, mais les impacts directs sur la famille, les proches ou la profession qui jouent un rôle de révélateur. A ce stade, la personne concernée est extrêmement fragile, dans une situation excessivement dangereuse. Elle souffre le plus souvent d’une angoisse majeure. Elle a rompu avec ce qui lui donnait une forme d’équilibre et ne sait pas de quoi sera faite sa nouvelle vie ».

Quoi qu’il en soit, en reconnaissant souffrir d’une pathologie mentale, DSK s’exposerait à des conséquences juridiques probablement négatives : Aux Etats-Unis, où il fait l’objet d’une procédure civile, la maladie mentale est considérée comme un élément aggravant dans les affaires de délits et de crimes.
 

Inscrivez-vous à la newsletter !
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
5 votes
(IP:xxx.xx1.121.226) le 15 novembre 2011 a 17H54
 (Visiteur)

SNIF !

SNIF !

SNIF !

5 votes
(IP:xxx.xx2.208.179) le 15 novembre 2011 a 20H32
 (Visiteur)

Nous allons pleurer !!!

5 votes
par malicia (IP:xxx.xx9.231.7) le 15 novembre 2011 a 20H46
malicia (Visiteur)

Cela tend à expliquer l’affaire de la femme de ménage... Un sex addict agit comme un camé en manque et peut sans problème agresser pour avoir sa dose. J’attends avec impatience les réactions de tous ceux qui le défendent depuis le début. J’espère qu’ils sauront se remettre en question en profondeur...

3 votes
par Dr Rached Trimèche (IP:xxx.xx5.144.127) le 17 novembre 2011 a 22H14
Dr Rached Trimèche (Visiteur)

triste personnage qui passe des hauteurs de l’Everest aux profondeurs abyssales du Pacifique, victime indirect de ses pulsions ? Non, il se croyait TOUT PERMIS

shame on U sir DSK