Accueil du site
> Dossiers > La pilule en question
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Docteur, je gonfle avec ma pilule ! Dois-je en changer ?
Docteur, je gonfle avec ma pilule ! Dois-je en changer ?
rubrique
note des lecteurs
date et réactions
5 mai 2011
Auteur de l'article
David Elia, 34 articles (Gynécologue)

David Elia

Gynécologue
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
34
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Docteur, je gonfle avec ma pilule ! Dois-je en changer ?

Docteur, je gonfle avec ma pilule ! Dois-je en changer ?

Voici une affirmation très souvent avancée « la pilule me fait prendre du poids ! » Et si aujourd’hui pour la plupart vous ne craignez plus, comme c’était le cas dans les années 70-80, le cancer, la stérilité ou encore la pousse des poils ou la chute des cheveux, voire le risque d’une grossesse multiple, vous n’en considérez pas moins que la pilule est susceptible de vous faire prendre du poids.

Et s’il est vrai que les pilules des années 70 étaient fortement dosées, celles commercialisées aujourd’hui contiennent des doses d’hormones considérablement abaissées. Une enquête (CERIS) que j’avais effectuée avec quelques collègues à la fin des années 80 avait montré que 20% des femmes interrogées avaient utilisé la pilule (aujourd’hui ce chiffre a quasiment doublé) et que parmi elles, une femme sur trois affirmait avoir grossi avec l’utilisation de la pilule (en moyenne 6 à 20 kg) alors que 70% des utilisatrices n’avaient noté aucune modification significative de leur poids. Les Françaises ne sont pas les seules à se plaindre de leur poids puisque d’autres études réalisées dans le monde confirment la réticence très marquée des femmes sur ce sujet et il faut bien dire que la prise de poids représente une des raisons les plus fréquentes de l’abandon de la pilule.

Je vous rappelle que la pilule est un comprimé associant deux hormones de synthèse : des estrogènes et un progestatif (proche de la progestérone). Plusieurs mécanismes peuvent théoriquement expliquer une prise de poids sous pilule :

- La rétention d’eau et de sel. Ce sont les estrogènes qui seraient responsables alors : il s’agirait ici de « kilos d’eau » plutôt que de « kilos graisse ». Le dégonflement survient à l’arrêt du contraceptif et vous reprenez votre poids tout à fait normal pendant les 7 jours d’arrêt.

- Il est indéniable aussi que les estrogènes peuvent avoir un effet sur l’appétit alimentaire : ils sont capables de contracter, de spasmer l’estomac.

- Nous savons aussi que les femmes mangent moins pendant… la période ovulatoire : la pilule inhibe l’ovulation et pourrait aussi, par ce biais, augmenter l’appétit !

Si vous gonflez ou prenez du poids sous pilule, que faire ?

Tout d’abord vérifiez le sucre et les graisses sanguines : la « prise de sang-pilule » doit être régulièrement faite. L’objectif, chez les femmes qui ont réellement pris du poids (plus de 2 à 3 kg), est de déceler une anomalie soit de la quantité de sucre ou de graisse (cholestérol et/ou triglycérides) circulant dans le sang. Si vous ne prenez pas une pilule faiblement dosée en estrogènes (moins de 30 microgrammes d’éthynil estradiol : regardez, c’est écrit sur la boîte) demandez en une moins dosée à votre médecin. Quant au progestatif (l’autre hormone de la pilule) utilisé aujourd’hui dans la composition des pilules faiblement dosées en estrogènes, on peut dire que leur responsabilité dans la prise de poids ne peut être retenue dans la plupart des cas.

Enfin, pour toutes celles qui « gonflent » (« retiennent » de l’eau) sous pilule, l’utilisation d’une pilule contenant un progestatif appelé la drospérinone peut s’avérer judicieuse. En effet cette molécule a un faible effet « anti-rétention d’eau » comparable à celui de la progestérone naturelle (l’hormone sécrétée par les ovaires).

En bref, si vous prenez 2 ou 3 kilos (ou plus) sous pilule :

Assurez-vous que cette prise de poids ne coïncide pas avec l’arrêt du tabac, un changement de mode alimentaire coïncidant avec un nouveau mode de vie (vacances par exemple), un stress majeur. Suspectez une anomalie métabolique et confirmez ou infirmez la prise de poids grâce à la prise de sang pilule. Arrêtez la pilule (sous contraception locale par
préservatif pendant un ou deux mois) afin de suivre l’évolution de votre poids. La pilule pourrait être tenue responsable si le poids cède spontanément sans autres modifications de votre part. Adressez-vous à des minipilules extrêmement faiblement dosées, 30, 20 voire 15 microgrammes d’éthynil estradiol.

Et si rien n’y fait, changez de méthode contraceptive en vous adressant par exemple à la micropilule (microprogestatif sans estrogène), ou à la mise en place d’un stérilet si elle est réalisable chez vous, ou à la mise en place d’un implant contraceptif. Si la prise de poids est faite « plus d’eau que de graisse » essayez la pilule à la drospérinone. La réalisation de la « prise de sang-pilule » (glycémie à jeun, cholestérol total, HDL, triglycérides) doit être effectuée tous les 2 à 3 ans chez les moins de 35 ans et tous les ans pour les autres. La mise en évidence d’une anomalie contre-indique plus ou moins définitivement la pilule et doit faire s’adresser à un autre moyen contraceptif.

Tous les articles du docteur David Elia sur www.docteurdavidelia.com
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté