Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Dépression puis Chocolat ou Chocolat puis Dépression ? C’est la question gourmande du Jour
Dépression puis Chocolat ou Chocolat puis Dépression ? C'est la question gourmande du Jour
rubrique
note des lecteurs
date et réactions
30 avril 2010
Auteur de l'article
Frédéric Duval-Levesque, psychopraticien et hypnothérapeute, 156 articles (Psychopraticien certifié)

Frédéric Duval-Levesque, psychopraticien et hypnothérapeute

Psychopraticien certifié
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
156
nombre de commentaires
2
nombre de votes
83

Dépression puis Chocolat ou Chocolat puis Dépression ? C’est la question gourmande du Jour

Dépression puis Chocolat ou Chocolat puis Dépression ? C'est la question gourmande du Jour

Confirmation du lien entre chocolat et dépression !

L’étude de l’Université de Californie publié lundi ne tranche pas sur les vertus ou les effets néfastes du chocolat sur l’humeur.

Mais elle confirme deux choses : les hommes et les femmes dépressifs mangent plus de chocolat et la quantité ingurgitée augmente selon la sévérité de leur dépression. Ca, c’est une nouvelle !

Ces chercheurs ont examiné la relation entre la consommation de chocolat et l’humeur d’environ un millier d’adultes qui ne prenaient pas d’antidépresseurs et ne souffraient d’aucune maladie cardiovasculaire ou de diabète. « Notre étude confirme le vieux soupçon selon lequel les personnes consomment du chocolat quand elles sont déprimées », observe le Dr Beatrice Golomb, professeur adjoint à la faculté de médecine de l’Université de Californie à San Diego (Ouest), un des co-auteurs de ces travaux parus dans les Archives of Internal Medicine datées du 26 avril.

Mais, cette chercheuse reconnaît que « dans la mesure où il s’agit d’une étude portant sur une période de temps donnée, il n’est pas possible de savoir si le fait de consommer du chocolat a accru ou décru les symptômes dépressifs. » Les auteurs de l’étude ont découvert que les hommes et femmes les plus dépressifs consommaient près de 12 portions (une portion équivalent à environ 28 grammes) par mois comparativement à cinq portions sur la même période chez les sujets sans aucun symptôme dépressif. Les sujets moyennement dépressifs avaient consommé huit portions par mois.

Au fait, vous reprendriez un autre carré de ce délicieux chocolat noir ?

Frédéric Duval-Levesque, psychopraticien et hypnothérapeute. Mon blog: PSYCHOTHERAPIE - SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE - COACHING (à Toulouse)
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté