Accueil du site
> Dossiers > La dépression
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Dépression : Comment l’identifier et surtout en sortir
Dépression : Comment l'identifier et surtout en sortir
rubrique
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
10 octobre 2011
Auteur de l'article
Bien-être et santé, 172 articles (Magazine Santé)

Bien-être et santé

Magazine Santé
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
172
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Dépression : Comment l’identifier et surtout en sortir

Dépression : Comment l'identifier et surtout en sortir

La vraie dépression est parfois difficile à reconnaître, en particulier par le déprimé lui-même. Elle varie en intensité et en manifestations selon les individus, mais elle doit toujours être prise en charge médicalement.

Pleurer et être triste quand on vit ou qu’on a vécu une situation dramatique, un deuil par exemple, quoi de plus normal ? Comme ne pas avoir la tête vide, se sentir sans force et abandonné quand de gros soucis s’amoncellent. Mais une souffrance psychique peut déboucher sur une dépression sans que l’entourage ni la personne elle-même s’en rendent compte, la distinction n’étant pas toujours facile à faire. Résultat : certaines vraies dépressions sont prises pour des déprimes passagères et ne sont pas correctement soignées. L’inverse est également vrai : certains troubles psychiques sont traités à tort par des antidépresseurs.
 
 

L’entourage le vit mal

La dépression est une vraie maladie réunissant plusieurs symptômes psychiques et physiques qui durent anormalement. « Ce n’est pas leur intensité qui permet de rattacher ces souffrances à une maladie. La douleur psychique peut être fulgurante à l’annonce d’une mort, maximale au moment d’une rupture sentimentale, violente après une humiliation. Elle peut être intense lors d’un divorce ou d’un conflit familial. Mais elle n’appartient pas nécessairement au champ de la maladie et il est inutile de la médicaliser, la seule molécule alors utilisable est la parole. », affirme le Dr Alain Gérard, psychiatre à Paris. Bref, il ne faut pas confondre une réaction douloureuse à une épreuve difficile, laquelle finira par s’estomper avec le temps, avec une dégradation psychique et physique persistante…
 
D’autres idées erronées égarent souvent les proches. Nous avons tous, au cours de notre existence, traversé des moments de tristesse, de découragement, d’insomnie, et nous croyons savoir intuitivement ce qu’est la dépression. Les dépressifs disent tous que l’expérience de la dépression est d’une autre nature et n’a rien à voir avec les passages douloureux de la vie. Pour une personne bien portante, il est très difficile de comprendre vraiment ce que vit un dépressif. Cette incompréhension explique les conseils, en complet décalage, de l’entourage  : « Secoue-toi un peu… Va faire du shopping, fais du sport… Va voir tes amis… Sois positive, dis-toi qu’il y a pire… », etc.
 
Quand on est déprimé, ce type de conseils tombe à plat. Le dépressif ne peut justement rien faire de tout cela. Il a du mal à exprimer ce qu’il ressent, comme si les mots n’existaient pas pour décrire ses symptômes et il utilise donc des termes approximatifs et fourre-tout, fatigue, vide, ras-le-bol, épuisement, qui ne reflètent pas son état… et ne mettent pas les proches sur la voie. Il a alors l’impression que personne ne le comprend, se replie et se laisse de plus en plus aller. Un cercle vicieux peut s’instaurer et conduire à la catastrophe.
 
Cet article est extrait en exclusivité du magazine Bien-être & Santé - Tous droits réservés
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté