Accueil du site
> Psycho & Sexo > En savoir plus sur...
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Croyances et idées reçues : le poids de notre passé
Croyances et idées reçues : le poids de notre passé
rubrique
note des lecteurs
date et réactions
17 septembre 2012 | 2 commentaires
Auteur de l'article
Jean-Philippe Jason, 42 articles (Sophrologue)

Jean-Philippe Jason

Sophrologue
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
42
nombre de commentaires
6
nombre de votes
4

Croyances et idées reçues : le poids de notre passé

Croyances et idées reçues : le poids de notre passé

Chaque individu fonctionne avec un système de croyances qui lui est propre. Une croyance est une idée, une pensée que nous avons hérité, qui a marqué notre quotidien. Il ne nous viendrait pas à l’idée de remettre en cause ou bien de douter du bien fondé de certaines pensées ou croyances que l’on a pu entendre enfant.

Certaines idées, pensées ou croyances sont pour nous une réalité ! Nous sommes prisonniers de ces émotions et nous construisons notre quotidien en fonction de celles-ci. Si enfant j’ai baigné dans un climat de tendresse, d’affection, d’amour et d’échanges où la communication verbale et physique était toujours mise en avant, et que j’ai grandi dans le respect et l’écoute, adulte il y a fort à parier que je serai moi-même un adulte responsable. En revanche, si dans mon enfance j’ai entendu répéter que l’homosexualité est contre nature, que l’on ne doit pas aborder certains sujets, je remettrai sans doute en cause certaines valeurs en exprimant mes états émotionnels.

L’adulte que je suis devenu reste prisonnier de ces croyances réductrices ! Par la suite si je change de mode de pensée, la façon que j’ai de me mouvoir retrouve sa liberté d’action. Mais il suffit que je sois submergé à nouveau émotionnellement par mes doutes, mes peurs et mes croyances pour que mon mental reprenne la direction de mon état antérieur.

Il est important de comprendre que nos états intérieurs sont le fruit de notre passé. L’atmosphère dans laquelle nous avons grandi influe considérablement notre présent, cette résonance nous reconnecte à une atmosphère que nous avons déjà vécu dans notre enfance. Enfant nous n’avons pas eu le choix. Nous avons grandi dans des milieux différents et chaque individu que nous avons rencontré, côtoyé, a eu une influence positive ou bien négative sur notre développement. Chaque personne nous a transmis son état de tension ou de tranquillité, son angoisse, son anxiété, sa tristesse ou sa joie de vivre. L’homme peut changer son mode de pensées, et se défaire de certaines croyances, à condition de travailler à un niveau suffisant de subtilité. S’il ne le fait pas, il reste prisonnier de certains comportements et certains états réactionnels.

http://eclosion83136.canalblog.com

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
1 vote
par Pascal (IP:xxx.xx1.9.36) le 17 septembre 2012 a 22H00
Pascal (Visiteur)

Et quand on pense au temps passé devant la TV et les inepties racontées à longueurs de programmes, il y a du travail pour remettre les idées en ordre !

Pour mon compte, le nettoyage se fait petit à petit, et cela demande beaucoup d’efforts !

1 vote
par schuss (IP:xxx.xx2.218.89) le 17 septembre 2012 a 23H02
schuss (Visiteur)

bonjour J-philippe, C’est un fait , nous sommes le fruit des mémoires qui nous ont engendrées ! En d’autres termes, notre passé et celui de nos aïeuls résonnent dans notre subconscient. Cette réalité est nécessaire à notre construction psychique. Cependant au delà d’une certaine durée, la persistance de ces mémoires devient préjudiciable à notre développement. Tant que l’individu est "reproducteur physique" ces mémoires jouent un rôle stimulateur de la survie. Au delà, ces mémoires ( liées à la souffrance du passé) sont préjudiciables au maintien de la bonne santé de l’individu. Elles étaient utiles avant, elles deviennent nocives après (cinquante ans) ... Pour réaliser sa dimension spirituelle, l’homme a besoin de faire la paix avec le passé et inventer son avenir. Etre libre est impossible sans une telle démarche de conscience. Beaucoup de maladies se déclarent après cinquante ans chez les personnes qui n’ont pas nettoyé leur "karma" du fait cause de cette réalité... je ne développe pas plus. C’est juste pour confirmer la thèse de l’article.