Accueil du site
> Psycho & Sexo > Conseils & Solutions
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Couple : Elle a subi des abus sexuels, quelle attitude adopter ?
Couple: Elle a subi des abus sexuels, quelle attitude adopter ?
rubrique
note des lecteurs
date et réactions
28 novembre 2011
Auteur de l'article
Jocelyne Poussant, 3 articles (Psychanalyste - Thérapeute analytique)

Jocelyne Poussant

Psychanalyste - Thérapeute analytique
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
3
nombre de commentaires
1
nombre de votes
2

Couple : Elle a subi des abus sexuels, quelle attitude adopter ?

Couple: Elle a subi des abus sexuels, quelle attitude adopter ?

Un corps de porcelaine ou les ravages de l’abus sexuel

Aimer et faire l’amour, cela semble logique, tellement logique et tellement simple… Vous l’aimez et l’autre vous aime, cette personne qui partage votre vie, cette personne qui partage votre lit, cette même personne ne partage pas vos envies. Pourquoi ? Qui est l’autre ?

Pour vous, sans doute, ce qu'elle a vécu fait partie de son passé, un passé où vous n'étiez ; un passé comme les autres plus ou moins douloureux.
Vous aussi sans doute avez vécu des évènements vous provoquant souffrances et ressentiments à un moment de votre vie.
Mais le corps, ce que vous possédez de plus précieux, la seule 'chose' qui vous appartienne vraiment. Votre corps n'a pas été capturé.
La capture… c'est exactement le terme adéquat ! Celui ou celle qui a subi : incestes - abus sexuels a bel et bien été capturé corps et âme. Pris en otage corps et âme et sous le poids d'un odieux chantage, un chantage fait à lui-même et par lui-même : le chantage de la honte et de la culpabilité. Un chantage fait par les autres, ces autres qui leurs étaient les plus chers et les plus proches.
Leurs ressentis, leurs impressions à ces capturés pris dans les mailles d'un filet immonde tissé d'incompréhensions, de suspicions, de doutes, d'accusations… Un corps de porcelaine…

Le cerveau n'est plus logé là où il devrait être, il est presque palpable, leurs pensées mêmes sont à fleurs de peau. Le corps et l'esprit ne font plus qu'un. Lorsque vous les touchez, vous ne touchez pas : un bras, une cuisse, un sexe ; vous touchez le passé, vous touchez l'inconscient, vous touchez l'intouchable… Et si vous insistez la fissure de la porcelaine s'agrandit d'avantage. Celui qui a subi ne voit pas vos gestes de tendresse, il ne voit qu'agression, humiliation, salissure et honte.
Arrêtons là les images et construisons la réalité.

Le corps de l'autre :
Comme une femme battue conservera très longtemps le reflexe de se protéger le visage à chaque haussement de voix, à chaque geste un peu brusque, à chaque dispute même banale ; une victime d'abus sexuels resserrera les jambes à chaque tentative d'approche. Même une caresse sur la joue peut lui sembler agressive dans le sens où elle va suivre un chemin de pensée qui ne sera pas forcement le votre mais celui qu'elle s'est construit.

Lorsqu'elle est dans la reconstruction, grâce à une thérapie, elle est encore plus fragile, car la personne qu'elle a été… la victime qu'elle a été, est là présente en elle puisqu'elle est de nouveau dans ce stade de par le fait qu'elle ressorte son vécu auprès de son thérapeute.
Elle le ressort de façon à pouvoir évacuer cette personne de son corps et de son esprit.
Il n'est pas encore clair pour elle qu'elle a été victime !
Elle se questionne, s'interroge sans cesse sur ce qui a provoqué cette atrocité, si elle en est responsable et comment et pourquoi…

Le plus fréquemment nous entendrons :
- J'aurais du l'arrêter
- J'aurais du dire non plus fort
- Je l'ai surement cherché
- Je n'aurais pas du le suivre
- Je n'aurais pas du être là
- Ce n'est pas de sa faute
- C'est moi la coupable

Dans tous ces mots, vous reconnaitrez les maux des femmes battues auxquelles je faisais référence, car tout est dans la domination, le pouvoir du bourreau. Pouvoir psychologique, pouvoir physique, il n'existe pas d'échelle dans ces pouvoirs lorsque vous êtes en présence de la peur.

Pourquoi je fais un parallèle avec les femmes battues ?
Parce que ce sujet devient enfin moins tabou ; alors que l'abus sexuel, l'inceste, la pédophilie sont encore bien cachés, les victimes continues à être les seules à avoir honte !!!

Votre corps :
Vous le conjoint qui vous sentez rejeté, consciemment ou inconsciemment.
Vous le conjoint qui pensez que tout va bien.
Vous le conjoint qui souffrez de sa souffrance.
A vous, il n'y a qu'un seul mot : PATIENCE !
Vous l'aimez, vous n'aimez pas qu'un corps.
Vous l'aimez pour sa douceur, sa gentillesse, sa présence, son écoute.
Alors écoutez-la ! Ecoutez ce qu'elle ne vous dit pas…
Ecoutez-moi quand je vous dis PATIENCE.
Ne demandez pas, ne forcez pas, même sous forme de jeux cela reste pour elle une agression. Aidez là sur le chemin thérapeutique qu'elle a entrepris.
Vous la voyez en larmes n'interrogez pas, dites lui je suis là !
Vous la voyez prostrée, demandez-lui de vous regarder pour qu'elle voit la plus belle image d'elle même !
Vous la voyez rire, riez avec elle…
Respectez sa pudeur, respectez ses craintes, respectez ce corps qui lui fait mal !

Un jour viendra où elle ira à vous, mais en attendant, le soir au coucher, prenez la juste dans vos bras en lui disant : JE T'AIME ET JE SUIS LÀ POUR TOI.

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté