Accueil du site
> Psycho & Sexo > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Cinq millions de Français souffrent de solitude
Cinq millions de Français souffrent de solitude
rubrique
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
26 juin 2012 | 2 commentaires
Auteur de l'article
Henri de Miebenthal, 476 articles (Kinésithérapeute)

Henri de Miebenthal

Kinésithérapeute
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
476
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Cinq millions de Français souffrent de solitude

Cinq millions de Français souffrent de solitude

La solitude progresse dans l’hexagone à tel point qu’on parle d’un blues national. Selon une étude de la Fondation de France, 11% de la population s’estiment en situation d’isolement. La solitude touche ainsi 4,8 millions de personnes, soit 20% d’augmentation en deux ans seulement. Et les « relativement jeunes » sont désormais touchés de plein fouet : Près de 10% des 30-39 ans souffrent de la solitude, notamment en raison de la précarité de l’emploi.

Fondation de France (FdF) vient de mener une enquête auprès de 2200 personnes afin de mieux cerner les différents aspects du phénomène de solitude dans l’hexagone. Alors qu’on a pu entendre plus tôt dans l’année l’album de Catherine Major "Le désert des solitudes", c’est à présent dans le rapport de la Fondation de France qu’on constate l’isolement : Près de cinq millions de personnes « souffrent objectivement de solitude », soit 11% de la population totale. Et l’augmentation, de 20%, est spectaculaire depuis la dernière étude du genre menée en 2010. Il y a deux ans, 3% des trentenaires étaient isolés : Ils sont désormais près d’un sur dix. Quant aux plus de 75 ans, habituellement les plus exposés à la solitude, leur sentiment d’isolement s’est encore renforcé : Ils étaient 16% dans ce cas en 2010, ils sont désormais 21% cette année.
 
L’arrivée en situation de solitude ne se fait plus uniquement selon les schémas habituels, jadis dévolus aux personnes d’un certain âge, suite à un divorce, le décès d’un proche, la perte d’un emploi ou l’apparition d’une maladie. Le phénomène se généralise et semble toucher toutes les catégories de la population à des degrés divers. Dans l’ensemble, 9% des sondés déclarent se sentir « inutiles » et 21% affirment se sentir seuls. Et ce sentiment d’abandon touche principalement les personnes à faibles revenus (moins de 1000 euros par mois), qui sont 38% à se sentir isolés.
 
Travailler n’est plus suffisant, aujourd’hui, pour tisser des liens ou s’insérer dans la société, et la précarité des contrats y contribue pour beaucoup. Ce sentiment de mise à l’écart relationnel est dû notamment à l’absence de liens avec les réseaux classiques qui structurent la société : la famille, le travail, les loisirs, les amis et les voisins (d’ailleurs, selon FdF, un français sur deux n’entretient pas de relation avec ses voisins). A noter, selon l’étude, que près d’un quart des personnes isolées (24%) utilisent les réseaux sociaux, comme par exemple Facebook. Les « solitaires » n’étaient que 12% dans cette situation en 2010. Preuve en est que le virtuel ne remplace pas un lien social réel.

POST-SCRIPTUM

  • L’enquête de Fondation de France a été réalisée par téléphone auprès de 2 200 personnes âgées de 18 ans et plus, entre le 10 et le 27 janvier par l’institut d’études TMO régions et par l’institut Wei.

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Les Actus
Mots-clés :
Solitude
Commentaires
2 votes
par Franck de Lyon (IP:xxx.xx0.92.164) le 26 juin 2012 a 20H46
Franck de Lyon (Visiteur)

Les logements sont de plus en plus petits. A Paris, les professionnels du logement mettent des "studios" de 5m carrés sur le marché : de grands placards pour une petite personne.

3 votes
par dan taneli (IP:xxx.xx5.8.19) le 28 juin 2012 a 19H01
dan taneli (Visiteur)

bonjour,

La solitude. Il y a la solitude que créée le système capitaliste. Chômage de masse, précarité etc... Quand on vit avec des miettes on se sent abandonné par la société tout entière ! On est en "prison" ! On ne peut plus faire de projets, voyager, penser "liberté". Liberté de se déplacer ! quand on ne peut même pas payer un ticket de métro. Il faut dire les choses telles qu’elles sont : la prison au sein d’une société égoïste, satisfaite d’elle-même et de sa soi-disant assistance aux "plus démunis", qui sont en état perpétuel de rendre des comptes sur leur "vie".

Et puis il y a la "solitude" que l’on se choisit. Mais le terme français a une connotation péjorative, puisque selon les critères de cette société, être seul c’est mal. On n’est pas sociable, bla bla bla... Je préfère le terme anglais "lonesome" . Etre seul "avec soi-même", dans son intériorité, et dans la sérénité. Tout ce que la "solitude" apporte d’enrichissement personnel, de profondeur, de créativité à condition de prendre le temps de l’apprivoiser, de ne pas attendre que les autres remplisse nt le vide intérieur que beaucoup vivent. Apprendre sinon à" s’aimer" et avant tout à s’accepter, toutes choses qu’on ne vous apprend pas à l’école, et rarement au sein de la famille.

Tant de choses à dire sur le sujet.

Le titre par ailleurs sonne faux. Il y a énormément de gens souffrant de solitude, au sein des couples, sur le lieu de travail, dans les grandes villes, à la campagne, des enfants dans leur famille, des gens âgés chez eux ou en maison de retraite. La solitude est ontologique à l’humain. On naît seul et on meurt seul, ce que chacun sait. Le mot en soi stigmatise celui ou celle qui la vit. Les mots peuvent tuer, culpabiliser, mais aussi élever l’âme.

Tant que l’on vivra dans une société concurrentielle, parfaitement injuste, socialement, matériellement, prônant la compétition sauvage, la raison du plus fort, où des patrons milliardaires gavés de fric doivent sourire toutes dents refaites lorsque le smic est augmenté d’une vingtaine d’euros pour la majorité de la population, et qu’on nous fait croire à "l’austérité" perpétuelle, la "solitude" a de beaux jours devant elle. La solitude capitaliste !!! bien entendu.

Cordialement