Accueil du site
> Psycho & Sexo > Vérité sur...
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Carence dans les hôpitaux psy
Carence dans les hôpitaux psy
rubrique
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
15 mars 2010 | 4 commentaires
Auteur de l'article
Docteur David Vincent, 74 articles (Médecin généraliste)

Docteur David Vincent

Médecin généraliste
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
74
nombre de commentaires
29
nombre de votes
25

Carence dans les hôpitaux psy

Carence dans les hôpitaux psy

Après avoir visité 21 services de santé accueillant des patients hospitalisés sous contrainte, le contrôleur général des lieux de privation de liberté dresse un constat de carence des activités thérapeutiques au sein de ces structures :

- le plus souvent passifs devant la télévision, les patients s'y plaignent d'ennui, sans faire un choix de programme.
- dans quelques unités on propose des jeux de cartes, de société ou du baby-foot ;
- pas de droit à la cafétéria ni à la bibliothèque pour la plupart ;
Il paraît qu'il n'y aurait pas assez de personnel spécialisé, les médecins n'inclueraient pas les activités dans les projets thérapeutiques.
- pas de possibilité de fumer car pas d'accès aux espaces extérieurs, ce qui est source de stress ;
- recours aux entraves systématiques selon des patients ;
Et la suspension de peine pour raison médicale reste limitée avec des délais d'expertise souvent très longs (plus d'un mois) y compris pour des patients en fin de vie.
- des caméras sont dans certaines chambres d'isolement. (tiré du quotidien du médecin du 12/3/2010).
 
J'ai encore en tête la réflexion de Jean-Marie Ployé (auteur de Neuf Mois chez les Fous) qui disait : "certains patients venant de la prison voisine n'avaient qu'une hâte, c'est d'y retourner tellement c'était l'enfer".
Je pense qu'un espace grillagé avec un ballon de foot ne pourrait que défouler ces patients... et une petite cour, pas grand chose pour pouvoir fumer et respirer l'air du dehors.
Docteur Vincent
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Hôpital Psychiatrie
Commentaires
0 vote
par Michel de Tiarelov (IP:xxx.xx8.111.27) le 16 mars 2010 a 00H21
Michel de Tiarelov (Visiteur)

La solution coule de source : il suffit d’organiser la carence des "hôpitaux psy"© et le problème est réglé ! Sauf pour les "bien-portants", évidemment...

De fait, la petite phrase de JM Ployé résume bien la situation... même si elle n’est pas partout aussi funeste.

0 vote
par jean-marie ployé (IP:xxx.xx4.147.64) le 17 mars 2010 a 03H13
jean-marie ployé (Visiteur)

L’oisiveté qui existe dans les hôpitaux psychiatriques est telle que les malades rendus "patients" par le camisole chimique ne deviennent, au bout de 15 jours, que l’’ombre d’eux-mêmes. De dépressifs, ils sont transformés en véritables légumes errant dans une seule pièce SANS PARLOIR. Et cela est un véritable scandale ! De même, les cellules d’isolement, véritables mitards de deux mètres carrés meublés d’un paillasse, d’un tabouret et d’un seau de toilette. Interdiction de lire (la lumière y est inexistante) et de posséder un montre, le prisonnier, au bout de quelques heures confond le jour et la nuit, perd tous ses repères cognitifs dans ce "’placard" où le temps n’a pas d’heure et en ressort lobotomisé. Il faudrait que les "droits de l’homme et du citoyen" que j’ai moi-même alertés après mon passage à l’HP de Brienne-le-Château viennent visiter rapidement ces lieux d’un autre âge ! J’ai vécu trois fois 15 jours dans ces cellules insalubres, je suis marqué à vie même si la thérapie par l’écriture ("neuf mois chez les fous" aux éditions Les Trois Génies) m’a sauvé et permis de me reconstruire. jean-marie ployé, écrivain.

0 vote
par Lagaffe (IP:xxx.xx0.90.55) le 23 avril 2010 a 22H47
Lagaffe (Visiteur)

De quelles structures parlez-vous ? Ont-elles un statut différent des services de soins psy ordinaires ?

Je n’ai pas eu à connaître de services fermés spécialisés pour patients sous contrainte (à part les UMD, mais là c’est vraiment TRÈS spécialisé)

Mon quotidien était un service de soins ouvert accueillant aussi des hospitalisés sous contrainte (HDT et HO) avec les risques de fugue inhérents. Il y en a eu, très peu ont posé des situations graves. Il y avait de la présence infirmière FORMÉE à ce travail. Les activités y ont toujours fait partie du soin.

Actuellement, la situation se dégrade : création d’un service fermé avec la la cage grillagée que vous réclamiez ( + caméra) retour des entraves qu’on n’utilisait plus ou très exceptionnellement, bref, une ambiance de peur réciproque, un retour en arrière de 50 ans !

Dans ces conditions, on peut comprendre que la prison soit plus accueillante (la cour y est certainement plus grande)

"il paraît qu’il n’y aurait pas assez de personnel spécialisé..." Comment comprendre cette phrase ? Mise en doute ou " on m’a dit, je n’y suis pas aller voir" ?

Dans le premier cas, sachez que outre pas assez, c’est à la disparition programmée de ce personnel spécialisé à laquelle on assiste. Les dernières écoles d’infirmiers (ères) psy ont fermé en 1992

Dans le deuxième cas, ça me rappelle qu’en 8 ans dans mon service je n’ai croisé personnellement qu’un généraliste qui venait voir son client...

0 vote
par une conscience (IP:xxx.xx2.99.8) le 29 août 2012 a 14H04
une conscience (Visiteur)

t as été en UMD ? ils t’ont soigné ?! lol c surtout la société qui veut se soigner ! je n’y ai vu aucune chose qu’on pourrait appeler "soin"